Quand deux gamins... II

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

Re: Quand deux gamins... II

Messagepar Roi Nel » Dim 27 Juin 2021 11:54

A ces mots, le Capitaine Tabasco éclata de rire.

"Mais non ma Sœur, je voulais juste que nous nous enfuyons avec Soeur Cunégonde et que nous rentrons à notre couvent de l'Académie des Mages

-T'es mignonne Frisette. Tu sais ce que c'est une dictature, au moins ? Une dictature, c'est quand les gens ont froids, vivent sur la Banquise, portent des fourrures et des bottes en peau de phoques et vénèrent Kanghar.

- Et comment vous appelé un royaume dont toutes les mesures ne servent qu'à glorifier et enrichir son dirigeant ?

- J'appelle ça l'Île aux Forbans, Frisette. Et pas n'importe laquelle, l'Île aux Forbans de Sa Majesté !

- Et tous ces tournois absurdes. Où des Princes de Royaumes inexistants s'affrontent pour les beaux yeux d'une Princesse Nel. Tout ça pour qu'à la fin le Roi Nel gagne sans participer et fête sa victoire en augmentant les taxes.

- Comment ose tu manquer de respect à Sa Majesté, esclave. Si sa Majesté gagne son tournoi à chaque fois, c'est qu'il est meilleur que les autres. Voilà tout !

- Il ne participe même pas et fait arrêter ses concurrents à chaque fois.

- Attendez, Mon Fils. Les Princesses Nel ? Je ne suis pas la seule.

- Bien sûr que si. Les autres sont ne sont plus princesses. Elles sont devenues Reine Nel en épousant le Roi Nel.

- Et où sont-t-elles maintenant ? Il ne m'en a jamais parlé.

- Il s'en débarrasse dès qu'elles tombes enceintes. ça lui évite d'avoir à partager ses richesses.

- D'où sors tu ces théories farfelus, Frisette ?

- Ciboulette m'a parlé de l'école, de ses cours, m'a lu des histoires. J'ai discuté avec les autres prisonniers.

-Pff, Théories complotistes que tout ça.

- Qu'est ce que je dois comprendre, mon Fils ? Il y a d'autres tournois et d'autres Princesses Nel ?

- Ben évidemment. A chaque fois que sa Majesté veut marier une Princesse Nel, il organise un tournoi où tout Hédarion est invité. Il laisse sa chance à chacun.

- Et il gagne à chaque fois ?

- Bien sûr. C'est Sa Majesté, il est forcément le meilleur. C'est mathématiques.

- Mais il ne participe même pas.

- Ne dis pas de bêtise, Princesse ! Bien sûr qu'il participe, comment gagnerait-il sinon ?

- Mais...mais...ça n'a aucun sens.

- Pourquoi le peuple participe encore ? S'il n'avait aucune chance, ils auraient abandonné depuis longtemps. Mais il revient à chaque fois.

- Parce qu'il sont forcés.

-Comment ça, ma Sœur ?

-Les espions du Roi Nel repèrent les esprits révolutionnaires, ceux qui ont des vus sur le trésor du Roi Nel, etc. ça lui permet de les arrêter et de confisquer leurs richesses sans que le reste du peuple proteste.

-N'importe quoi. Je ne vous laisserai pas attaquer le Roi Nel, impunément. Qu'arrivera t-il à la Princesse Nel, si jamais Sa Majesté apprenait qu'elle a une bite ?

-Honnêtement, je pense que ça arrangera Sa Majesté. Salsifi n'a aucune chance de tomber enceinte. C'est la Reine parfaite pour lui.

De toutes façons, j'ai fait vœu de chasteté, mon Fils. Je ne ferais jamais de cochoncetés avec le Roi Nel même s'il m'épouse. Alors qu'elle importance que j'ai une bite ou pas, mon Fils ?

-Pff, c'est pas trois gamines qui vont renverser Sa Majesté.

Alors vous me laisser disposer de Sœur Marmelade et Sœur Cunégonde comme je l'entends, mon Fils ?

Allez-y, Princesse. Mais viendez pas vous plaindes le jour où Sa Majesté vous fera couper la tête !

Et il quitta les cachots, retournant à ses occupations.

(A suivre...)
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Noble
 
Messages: 59
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: Quand deux Marmelade organise un coup d'état...

Messagepar Roi Nel » Jeu 22 Juil 2021 18:02

"Vous êtes sûres de vous, les gamines ? Vous allez tuer le Roi Nel ?

Marmelade, Salsifi, Sœur Cunégonde et Echalote étaient réunis dans la chambre de Salsifi.

"Ho non, ma Fille. C'est Sœur Marmelade qui veut. La Déesse la punira pour ça. Sœur Cunégonde et moi veulent juste retourner dans notre couvent.

- Ouais, le but c'était juste d'aller chercher Salsifi et de se casser à la base. Et puis quand elle dit retourner au couvent, c'est sa lubie. Juste quitter cette île de tarés, ça m'ira. On se démerdera ensuite.

- Le tuer, le tuer. Tout de suite les grands mots. Je veux juste le destituer.

- Le destituer ? Mais pourquoi faire ?

- Ben, c'est un despote. Regardez ce qu'il a fait de l'île au Forbans et des Forbandais. Il faut agir !

- Pff, tu n'as pas connue les temps d'avant le Roi Nel, gamine. Tu es là depuis un mois à peine.

- Ciboulette m'a parlé de ses cours d'histoires.

-Alors tu as bien entendu que c'était une ère de terreur et d'anarchie. Le Roi Nel nous a apporté la paix et l'ordre.

- Et les impôts. Et les soldats dans les rues. Et la culte de personnalité. Et la délation. Le léchebotisme. L'esclavage généralisé. L'Île aux Forbans est devenue comme le reste d'Hédarion. Comme Château-Brave, comme Rudeval, comme Roncefranche.

- Mais enfin...c'était le chaos à l'époque. Tout ça, c'est la civilisation.

- Tu aimes ça l'esclavage ? L'humiliation ? Les chaînes ? Les tenues ridicules et pas pas pratiques ? On est traitées comme des chiennes !


- Peut-être mais je suis nourrie, logée, blanchie et avec tous les mecs dans ce palais je baise comme une lapine. Je suis mieux qu'à faire la tapin dans les rues boueuses de l'île.

-Tu baisais pas en faisant la tapin ?

-Bha si, mais c'est pas pareil. Avant on me payait pour baiser. Maintenant je le fais gratuitement !

- Ben justement...C'est pas mieux d'être payée pour un truc qu'on aime faire ?

- Heu, j'ai pas besoin d'être payée puisque je suis blanchie, logée et nourrie.

- Mais en contrepartie, tu n'es pas libre de sortir du palais comme bon te semble, de choisir tes repas et tes fringues ?

-Ben non. C'est le Roi Nel qui décidé, évidemment. Il est roi, hein.

- Bon, bon, bon. Et l'idéal Forbandais ? L'île de la liberté, la où fuyait les esclaves évadés et les nobles en exil. Là où tout le monde pouvait refaire sa vie. Redémarrez sur un pied d'égalité. Sans l'élitisme de la noblesse et le droit divin du sang.

- Mais tu sors d'où, tout ça Marmelade ? Depuis quand tu écoutes à l'école ?

- Des livres de Ciboulette.

- Tu sais lire, maintenant ?

-Ben non, c'est Ciboulette qui lit

- Et comment tu sais qu'elle te raconte pas des cracks ? C'est qu'une gamine.

Ben...Heu

A ce moment un éclair vert irradiait la chambre. En sortie, une immense femme recouverte de végétation. Aussitôt Salsifi se prosterna:

Dé..Déesse Adonysia ? Vous ici ?

-Bonjour mes Filles. Relevez-vous. La ferveur de Sœur Salsifi m'a énormément touchée.

C'est quoi ce délire ?

- Silence humaine. Toutes les trois, dit la Déesse en montrant les pseudos-Sœurs, , je veux vous aider. Votre quête est noble. Rétablissez la liberté sur l'Île aux Forbans.

- Mais nous ne sommes pas dignes, Déesse. Marmelade et moi sommes lesbiennes. Et Salsifi n'est même pas une vraie fille.

-Bien sûr que je suis une vraie fille. Ne l'écoutez pas, Déesse. Demandez et je vous servirait !

-ça n'a aucune importance. Est Sœur d'Adonysia, toutes celles ayant la foi et appliquant mes valeurs dans leur vie. Avoir un pénis ou être lesbienne ne contredit pas ses valeurs.

- Mais, j'ai mangé de la viande. Je croyais que toute vie était sacrée.

- Toute vie est sacrée. Mais des fois, il n'y a pas le choix. En devenant Sœur, tes actions précédents ont été effacées. Tu étais ignorante à l'époque. Maintenant tu es éclairée. Je vais vous aider contre le Roi Nel

- Comment ?

- En vous octroyant des pouvoirs vous permettant de l'affronter.

Sur ces mots, les trois Sœurs furent enveloppées d'une lumière verte. Qui se mit à tourner, tourner, tourner. Puis elle disparue progressivement. Les trois filles étaient maintenant vêtues d'une robe courte de feuille et de branchages et des ailes de libellules s'agitaient dans leurs dos.

La Déesse disparue.

Et moi ?, demanda béatement Echalote

(A suivre...)
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Noble
 
Messages: 59
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: elle reçoit l'aide de la Déesse Adonysia

Messagepar Roi Nel » Ven 20 Aoû 2021 22:16

Pendant ce temps, le Roi Nel prenait son goûter dans sa salle du trône.

"Capitaine Tabasco !

- Oui, Sire ?

- Comment s'est passé la récolte des impôts, aujourd'hui ? Le peuple a apprécié offrir ses richesses à son Roi bien-aimé ?

- Une récolte, Sire ? Nous avons pourtant déjà collecté les impôts hier, Sire.


- Oui mais aujourd'hui ? Je veux mes impôts du jour, Capitaine !, chougna le Roi Nel.

- Mais enfin Sire nous ne pouvons pas collecter les impôts tout les jours. Ce ne serait pas raisonnable. Le peuple...

- Capitaine Tabasco ! Rappelez-moi qui qu'est le Roi et qui qu'est le Capitaine ici ?

- Mais...mais...mais

- J'avais dit que je veux des impôts tous les jours maintenant. Je n'en peux plus d'attendre un mois entre chaque collecte. UN MOIS. Vous rendez compte, Capitaine ? UN MOIS ! UN PUTAIN DE MOIS ! Imaginez toutes les richesses qui me passent sous la moustache. Tout cet or dépense à des inepties au lieu de l'offrir à son Roi bien-aimée. C'est intolérable, ça me rend malade ! MALADE!

- Sire, faîtes preuve de bon sens...Ces richesses sont utiles...


- Il suffit Capitaine, vous dépassez les bornes initiales des limites. Insultez moi encore une fois, une seule et vous serez rétrogradé. Et rétrogradé sévère. Que pensera votre petite Ciboulette quand son papounet sera devenu un esclave ? Vous pensez à votre petite Ciboulette ? Est-ce que quelqu'un pense aux enfants ici ?

- A vos ordres, Sire ! Je vais voir ce que je peux faire, Sire !

- J'aime mieux ça. Amenez une tromelette maintenant !


- Une tromelette pour le goûter, Sire ?


- Capiiiiitaine !

- A vos ordres Sire !"


Le Capitaine Tabasco se dirigea donc vers la porte juste où moment où une liane épineuse l'envoyait valdinguer.

"Capitaine ! Kessadirekececi ? , s'énerva le Roi Nel face au manque de protocole de son subordonné.

-..., répondit le Capitaine Tabasco sonné.

Par l'ouverture laissée par la porte entrèrent les Trois Soeurs d'Adonysia améliorées.

"Que... ?

- Bonjour Sire. Vous nous remettez ?, demanda Marmelade en souriant cyniquement.

-Echalote laisse trainer ses danseuses. Capitaine, faites votre travail !

- ..., répondit le Capitaine Tabasco toujours sonné.

- Nous sommes ici pour libérer l'Île aux Forbans.

- Libérer mon Île ? Elle est attaquée ? Aux armes ! Aux armes ! Sonnez le tocsin ! Souquez les arquebuses ! Capitaine, vous entendez ? Il faut défendre mon Île. Défendre ma vie ! Défendre mes impôts !

- ...,répondit le Capitaine Tabasco toujours sonné

- Bon dans tous les cas, ce n'est pas un travail pour des danseuses nomades. Retournez dans vos quartiers, esclaves. Le Capitaine, mon armée et moi nous chargerons de repousser ces envahisseurs. Et ensuite je vous ferais couper la tête pour punir votre insulte envers ma personne.

- Il n'y a pas d'envahisseurs, Sire. Seulement un tyran qui asservit et affame son peuple.

- Et où est-il cet emplâtré ? Je vais lui faire passer le goût du rhum. Il va voir de quelle eau je me mouille, cet imposteur.

- Grum grum...Il ne comprends rien, celui-là.

- Laisse moi faire, Cunie. C'est moi, l'héroïne de cette histoire.

- Mon Fils...Papa...Il 'y a pas d'imposteur. C'est toi le tyran. Le seul et unique tyran de cette île !

- Salsifi, ma chérie ? Tu traines avec ces trainées ? C'est quoi ce déguisement ridicule ?

-Ces traînées sont mes amies, mes Sœurs ! Et mon costume m'a été offert par la Déesse en personne !, s'énerva Salsifi.

Dans un bruissement d'ailes, il s'envola, tendit les bras et une salve d'épine jaillit vers le Roi Nel. Malheureusement celui esquiva.

-Enfin ma chérie, nous allions nous marier. Nous aurions heureux ensemble. Tu peux tout de même pas tenter de tuer ton papounet et futur mari. L'homme qui t'a libéré de l'esclavage. Tu allais devenir Reine. La Reine Salsifi Nel.

- Tu ne m'as jamais laissé le choix.

- Ne l'écoutes pas, Salsifi.

- Evidemment, je suis ton Roi. Tu dois me satisfaire. C'est ton rôle dans ma société. Ton destin est entièrement dépendant de ton Roi bien-aimé. Il en a toujours été ainsi et le monde en a toujours été satisfait.

- Et bien, il va changer le monde. L'Île aux Forbans retrouva la liberté absolue.

-Qu'on soit bien claire, les filles. Vous avez l'intention de me tuer ?

- Si il faut en arriver là, Papa. Nous n'hésiterons pas !

- Tout à fait !

- Parfaitement !

- Dans ce cas je n'ai plus le choix.

Le Roi Nel ferma les yeux et une intense lumière l'enveloppa. Il se mit à grandir, grandir, grandir. Son corps se recouvrit peu à peu d'écaille. Une queue osseuse lui poussa. Le plafond de la salle du trône explosa, les murs s'effondrèrent, le palais s'émietta. Sa tête s'allongea, des crocs lui poussèrent, ses yeux jaunirent, des griffes apparurent au bout de ses pattes. Il hurla de rage en un cri qui se répercuta jusqu'au confins de l'Île.

Quelle est cette Thempkarerie ?

(A suivre...)
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Noble
 
Messages: 59
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: Quand deux gamins... II

Messagepar Roi Nel » Dim 26 Sep 2021 12:05

"Pfiou, siffla Cunégonde, tu nous avais pas dit que ton petit copain était un dragon, Salsifi

- C'est pas mon petit copain et puis je l'ignorais, ma Sœur.

- C'est un dragon ça ? C'est normal qu'il soit aussi gros, Cunie ?

- Aucune idée. Je ne savais même pas que les dragons existaient pour de vrai. Je pensais que c'était que dans les légendes et les contes.

- Tu croyais bien en Adonysia, pourtant ?

- Mais Marmelade ! Adonysia existe, on l'a vue. Elle nous as parlé.

- Mais avant de la voir, tu ne pouvais pas sa....

Marmelade fut interrompue par un jet de flammes. Les Trois Sœurs se jetèrent de côté pour l'esquiver. Elles s'envolèrent en bourdonnant hors de portée du brasier.

- Grum grum, comment on bat ce monstre ?

- Faites confiance à la Déesse, mes Sœurs. Ses pouvoirs viendront à bout de la bête.

- Qu'est que nos pouvoir végétaux peuvent face à un dragon ?, gémit Cunégonde A feu-bois-eau, c'est le feu qui gagne contre le bois.

- Ouais, on est mal barrées.

- On fait plus les fiérotes, hein ? rugit le Roi Nel

Et le combat s'engagea. Les jets de flammes fusèrent. Les ronces, lianes et autres plantes épineuses se mirent à envahir les ruines du palais, puis le combat quitta le palais et s'étendit à l'île entière. Des jets d'épines jaillirent dans tous les sens. Le bourdonnement des ailes des Sœurs d'Adonysia se mêlèrent au fracas de celles du Roi Nel. ça fit bim, bam, boum, ça fit pshht, et ça fit vroum. L'île trembla, des incendies se déclenchèrent, les bourrasques provoqués par l'agitation des 4 paires d'ailes attisèrent le brasier.

Les Forbandais paniqués se mirent à fuir, courant en tout sens, se jetant à la mer, s'embarquant sans réfléchir dans des navires esclavagistes. Certains restèrent figés, fascinés le nez levé au ciel au cœur duquel, les trois Sœurs affrontait le dragon géant.

- Il va détruire l'Île, il faut l'arrêter.

-Mais...mais...mais... Qu'est ce que tu crois qu'on essaie de faire, Cunie.

- Je sais bien, c'est le stress.


A ce moment le Roi Nel donna un coup de griffe qui lacéra Cunégonde. Surprise et blessée, elle chuta vers le sol, ses ailes ne la portant plus.

- CUNIE, hurla Marmelade.

N'écoutant que son instinct, Salsifi fonça vers Cunégonde et la rattrapa en plein vol.

-Occupe toi du Dragon, Marmelade !


Puis, il se posa sur la plage, joignit les mains sur la poitrine de la jeune Sœur et une lumière verte les enveloppa.

De son côté, Marmelade bouillait de rage. Des éclairs verts s'échappaient dans ses yeux. Ils l'enveloppèrent en grésillant. Elle se mit à grandir, grandir, grandir. Ses membres devinrent du bois, ses cheveux des feuilles.

- Ho, ho, ho, fit le Roi Nel en découvrant la fille-arbre géante. Voilà qui est intéressant, jeune fille.

Le dragon géant et la fille-arbre géante se toisèrent quelques secondes en se tournant autour. Puis Marmelade fit pousser une épine géante sur son bras et fonça sur le Roi Nel qui para le coup d'un mouvement de sa queue osseuse. L'épine cassa et transperça une cabane en s'écrasant au sol. A son tour le Roi Nel se précipita toutes griffes sorties vers le buste de son adversaire mais des lianes s'enroulèrent autour de sa patte stoppant son geste.

Il se dégagea en donnant un coup de queue osseuse en direction de l'abdomen de son adversaire. Marmelade de esquiva le coup et contre-attaqua d'un jet d'épine vers l'appendice de son adversaire. Malheureusement la queue n'était plus là et les épines ne firent que transpercer d'autres habitations.

Une nouvelle passe s'engagea et le Roi Nel réussit à enfoncer ses griffes dans l'écorce de Marmelade. Malheureusement, pas assez profondément et la Marmelade en profita pour lui arracher une patte d'un coup de liane bien tranchant. Un sang d'un noir d'encre goutta de la patte amputée. Et la plage ainsi que les Forbandais fascinés par la bataille ne tardèrent pas à être recouverts de tâches noires et gluantes.

Cependant Le Roi Nel en profita pour cracher un jet de flammes. Trop pressé, il ne vissa pas et manqua son coup. La boule de feu atteignit un navire qui quittait le port, il s'embrasa sur le coup, brûlant vifs des dizaines de Forbandais.

Après la tentative ratée de du Roi Nel, Marmelade réussit à planter une épine dans l'abdomen du dragon. Malgré le trou dans son abdomen, le Roi Nel cracha un autre jet de flamme qui cette fois atteignit le bas de son adversaire. Marmelade hurla de douleur tandis que son bras s'enflammait. Dominant la douleur, elle s'arracha le bras et l'enfonça dans la plaie béante du Roi Nel. Ses yeux s'agrandirent de surprise tandis que ses organes internes brûlaient, se déchiraient, éclataient, se cloquaient. Il tenta un ultime coup de griffe mais déjà la vie le quittait et il se mit à rétrécir, rétrécir, rétrécir, et finalement c'est un corps carbonisé et transpercé par une branche d'arbre géante qui s'écrasa lamentablement sur la plage de l'Île aux Forbans.

De son côté, Marmelade s'évanouit d'épuisement. Elle fut de nouveau enveloppée d'une lueur verte et redevient humaine, elle aussi. Quand elle revient à elle, , Salsifi était penchée sur son bras amputé et une lumière verte émanait de ses mains. Peu à peu, le pouvoir d'Adonysia lui fit repousser. Cunégonde lui sourit:

" Cunie, tu es vivante ?

- Grâce à Salsifi et à la Déesse, oui.

- Que c'est-il passé ?

-C'est fait Marmelade, tu as vaincu le Roi Nel. Tu as libérer les Forbandais Tu es une vraie héroïne, maintenant.

- Au prix de la destruction de l'Île et de la mort de dizaines de Forbandais, ma Soeur, lui rappela Salsifi

- Ils reconstruiront l'Île à leur image. C'est un nouveau départ pour eux. Une chance. Regardes comme ils sont contents, comme ils nous admirent. Salsifi.

En effet, les Forbandais survivants courraient vers eux. Voulant toucher, remercier, féliciter, les trois filles qui les avaient libérer du Roi Nel. Ils firent la fête toute la nuit. Chantant, dansant, s'embrassant, se soûlant, faisant le sexe, etc.

Au petit matin, les trois Sœurs d'Adonysia se réveillèrent emberlificotées l'une sur l'autre.

" Que fait-on maintenant ?, demanda Marmelade

- La Déesse nous a laissé nos pouvoirs, annonça Salsifi en faisant pousser un rosier.

- Nous accomplirons sa volonté. C'est maintenant notre devoir d'utiliser ces pouvoirs pour rendre la justice. Les gens opprimés ne manquent pas en Hédarion., affirma Cunégonde

- J'en suis.

- Moi aussi. Je suivrais la volonté de la Déesse quoi qu'il arrive.

- Et bien, allons-y, les filles ! Prends garde Hédarion, nous arrivons!"


C'est ainsi que les trois Sœurs s'embarquèrent sur un navire, partant à la recherche de nouveaux peuples à sauver de l'oppression.

FIN
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Noble
 
Messages: 59
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Précédente

Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron