[FLOT] Le forbandais volant

Annonce de l'alliance et de toutes ses factions.

[FLOT] Le forbandais volant

Messagepar Drakender » Jeu 21 Mar 2019 16:53

Image

Le roi de l'hiver, la liche, Algalius Vi Arkenus a réanimé à son service une horde de pirates sanguinaires qui sont libres de faire toutes les atrocités qu'ils veulent en son nom ou en leur propre nom.

Le forbandais volant, le célèbre vaisseau maître de cette fameuse flotte est un ancien vaisseau qui a été réparé et aménagé sur le dos d'un dragon géant réanimé sous le contrôle de la capitaine Mera'Kryya Drakender.

On sait encore peu sur ces pirates, mais ils la réputation de ne pas être d'agréable compagnie.


Équipage

Capitaine: Mera'Kryya Drakender

Sous-capitaine: Celeste "Alule"

Quartier-maître: Omer Drakender

Sous officiers: Hector Uchichawa

Cuisinier: Libre

Brasseur: El'orio Elyom

Barman: El'orio Elyom

Alchimiste: Libre

Vigie: Virgi l'Oeil de lynx Drakender

Navigateur: Hector Uchichawa

Chirurgien: Libre

Sorciers: El'orio Elyom, Mera'Kaya Drakender, Lo'Khlas(PNJ)

Musiciens: Libre

Garde: Lo'Khlas (PNJ)
Dernière édition par Drakender le Ven 5 Avr 2019 19:47, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Drakender
Haute-Noblesse
 
Messages: 180
Inscription: Jeu 10 Nov 2016 00:23

Re: [FLOT] Le forbandais volant

Messagepar Drakender » Dim 31 Mar 2019 23:05

Homère faisait encore une fois les comptes de la maison Drakender. Les choses allaient bon train, la maison gagnait en popularité , et ce, malgré le climat de guerre qui pesait sur sa faction. deplus la maison pouvait profiter de plusieurs commandes au marché.

Homère avait pris le commandement de la maison il y avait maintenant une disaine d'années, après que sa mère, puis Virgil, lui laissent la place.

Néanmoins Homère était amer. La vie n'avait plus le même sens depuis que son épouse, Elycop Theyr, était morte. À quoi bon s'efforcer de garder épouse quand celle-ci pouvait partir à tout moment? À quoi bon essayer de faire la paix si la guerre perdure quand même?

Et bientôt, sa mère allait mourrir aussi...

Mera'Kryya, leur mère nécromancienne était devenue vieille et son esprit de plus en plus troublée par les vestiges de magie noire qu'il y avait en elle. Kryya avait toujours été stricte, mais contre toute attente, elle n'avait jamais forcé les siens à suivre la cérémonie familliale du nom qui faisait d'un Drakender un nécromancien à part entière. C'est pourquoi son frère et lui avaient gardés leurs noms malgré leur enfance de nécromancien.

Malgré son côté autoritaire et son penchant pour la magie noire, Homère aimait sa mère et ne voulait pas la perdre comme il avait perdu Elycop.

Depuis deux ans déjà, il étudiait divers livres de nécromancie pour trouver une solution. L'un deux, particulièrement interressant, portait sur la technique utilisée par le grand Rùben Rahzall pour prolonger son existence.

Encore fallait-il trouver un corps viable et un nécromancien compétent.

Homère se dit que sa mère devait s'y connaitre en nécromancien. Il partit la voir espérant fort que son esprit ne défaillerait pas.
Drakender23/03/2019
Il la retrouva en compagnie de son frère Virgil, dit l'oeil de lynx, le chef des éclaireurs de la maison.


Mera'Kryya: Qu'y a-t-il mon cher fils?

Homère: Mère, vous connaissez un bon nécromancien?

Mera'Kryya: Je connais le meilleur nécromancien du continent!

Homère: Ah! oui!?

Mera'Kryya: Bien sûr, mais au juste, que veux-tu faire?

Homère ne savait pas s'il devait le dire, mais sa mère étant télépathe...

Homère: Je ne veux pas vous perdre!

Virgil: Moi non plus!

La mère prit un air décidé.

Mera'Kryya: Direction Forteresse Blanche!

Après une semaine de bateau, la famille arriva devant le manoir du roi aux innombrables noms. Un somptueux manoir, digne d'un roi du nord, mais nul n'aurait pensé à une liche, du moins, de l'extérieur. On aurait simplement cru voir la demeure d'un grand roi du nord, même si les crânes accrochés à des pieux faisaient plutôt sinistres.

Il arrivèrent enfin devant l’immense entrée gardée par un guerrier en fourrure plein de cicatrices à la peau pâle, un barbare du nord, en somme, plutôt intimidant.


Garde: Qu'est-ce qui vous amène?

La voix du garde était plutôt grave, voire carrément gutturale et il sentait mauvais, il était sûrement mort en fait, du moins à s'en fier à ses yeux!

Mera'Kryya: Nous demandons à voir le roi!

L'homme, si on pouvait l'appeller ainsi, hocha la tête.

Un instant s'écoula.

Garde: Vous êtes chanceuse, il est libre, Dame Drakender!

La membres de la maison furent guidés à travers le palais juaqu'à la salle du trône.

...

Omer: Donc si j'ai bien compris, le roi accepte notre requête si nous acceptons de lui lier nos âmes et de le servir sur son bateau comme corsaires quand il aura un équipage décent, c'est ça?

Serviteur: Exactement, sir.

Si Homère demandai à mère de prolonger sa vie pour lui,il voulait bien en faire autant pour elle, mais sacrifier une fille de 10 ans, de la maison, ça se faisait pas! Mais bon, c'était la fille de Virgil, à lui de décider!

Homère: Sommes-nous encore loin?

Serviteur: Juste devant vous!

Homère était stupéfait, devant lui se trouvait un immense navire scellé sur un immense dragon dormant dont la peau écailleuse était devenue une sorte de cuir putride en lambeau et dont l'odeur infecte atteignait les narines du marchand.

Homère: Non, mais c'est une blague!?

Le servant qui leur servait de guide semblait outré.

Serviteur: Non, pas du tout!

Homère tenta de reprendre son sang froid, il se mit soudain à apprécier l'idée d'habiter le Forbandais et de de devenir pirate.

Homère: Donnez-moi la dague!

Serviteur: Tout de suite!

Et Homère planta la dague dans son coeur...

Les secondes passèrent, puis il entendit la voix du roi.

*Je vois que vous avez accepté.*

Il ressentit l'envie urgente de rejoindre son nouveau maître.

...

Homère regarda la cicatrice qui marquait désormais l'endoit où était son coeur, il a encore quelques heures. Il ne sentait plus rien battre et il avait plus froid que jamais. C'était tellement suréaliste qu'il se croirait dans un rêve ou un cauchemar, il ne savait plus trop...

Virgil avait accepté de sacrifer sa fille!? Il n'en revenait pas. Quant à Agathe, cette fille était tellement sotte qu'il pourrait lui faire avaler n'importe quoi.

Invulnérable, il pourrait faire tout ce qu'il n'avait jamais pu faire vivant, sans craintes! Coutrtiser les femmes, se faire craindre de tous, tant de nouvelles possibilités...

Le maitre allait les rappeller à lui, le temps venu, en attendant, vallait mieux faire comme si de rien n'était...
Dernière édition par Drakender le Lun 1 Avr 2019 00:55, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Drakender
Haute-Noblesse
 
Messages: 180
Inscription: Jeu 10 Nov 2016 00:23

Re: [FLOT] Le forbandais volant

Messagepar Alule » Dim 31 Mar 2019 23:23

7 ans plus tard

Froid. Elle avait terriblement froid.
Mais quoi de plus normal quand on était morte. C'était juste étrange de se dire qu'on pouvait encore avoir froid.
Là encore, cela restait logique, les abysses des mers étaient décrits comme plus froide que la mort elle-même.
Fallait bien qu'une vie de débauche et de pillage soit punie d'une façon ou d'une autre...

Et pourtant elle aurait refait la même chose...

Parce que bon sang à quoi ça servait de vivre si ce n'était pas pour en profiter ? Pourquoi se priver de boire et de tuer quand on le pouvait ? Perdre du temps en paroles pour ne pas faire avancer une situation qui serait réglé d'un bon coup de dague bien placé ? Jurer fidélité à une seule personne ?

Oui, elle aurait fait la même chose et en pire, si elle en avait l'occasion !
Du fond des abysses du Néant, elle entendit un rire et une voix. Des Mots aussi et elle se concentra pour saisir leur sens :

*Vous pensiez que c'était la fin? Levez-vous mes enfants !*

Un frisson parcouru son corps, l'animant d'un sursaut et elle rouvrit les yeux sous l'écume des mers laissant filtrer un ciel étoilé.

Alors, ça, c'était bien beau ! Elle se voyait encore couler dans les débris de son navire, pris dans cette stupide tempête que cet idiot de vigie Bois-sans-soif n'avait pas remarqué !

Elle regagna la surface en quelques brasses et ouvrit la bouche pour jurer mais il n'y eut qu'un horrible gargouillement et une quantité faramineuse d'eau quitta ses voies respiratoires. Oh, seul un mort pouvait avoir tant d'eau de mer dans le gosier ! Elle l'était donc et si elle avait voulu le nier, il lui fallait juste se rendre compte qu'elle n'avait plus besoin de respirer.

Et toujours aussi froid !

Ses yeux s'écarquillèrent alors que la terreur et une incroyable exaltation la saisissait. Il lui fallait du rhum ! Tout de suite ! Immédiatement !

Si elle pouvait encore jouir des plaisirs de la vie, c'était une bénédiction et ce monde brûlerai à petits feux aux grès de ses pillages et de ses désirs.

Sinon, elle partagerait sa malédiction en mettant à sac et réduisant en cendre toute vie dans sa quête de destruction.
Elle rejoignit le rivage profitant de la nage pour observer l'endroit et se sentit appeler par quelque chose. Par quelqu'un. Et, dans son esprit, le besoin irrépressible de chercher son maître résonna.
Abandonnant le peu d'humanité qui lui restait, elle décida de ne garder que le surnom qu'on lui avait un jour donné.


Alule se mit en marche dans la nuit noire, en quête de Rhum et de son Maître.
Avatar de l’utilisateur
Alule
Vagabond
 
Messages: 2
Inscription: Jeu 21 Mar 2019 23:43

Re: [FLOT] Le forbandais volant

Messagepar Drakender » Lun 1 Avr 2019 00:53

La taverne tournait en sous régime depuis quelque jour, El’orio Elyom ne s’en préoccupe pas, c’était la période. Tous les marins était partie en mer depuis un moment, et l’île au Forbans était vide et silencieuse, jusqu’au prochain arrivage.

Seul quelque ramassis et soulards erraient dans la taverne, où l’odeur rance de la pisse se mélangeait aux odeurs du bois moisi, de la mauvaise bière et du rhum qui gisait au sol, s’infiltrant à travers le plancher, se précipitant sur le sol humide, pour abreuver la terre de ce mélange divin.

El’orio se trouvait derrière le comptoir, occupé à le nettoyer tout en écoutant d’une oreille distraite les divagations du vieux devant lui. Une personne au teint pâle, aux cheveux longs et gras et au visage parsemé de peintures tribales et de rides.


Eddie: J’te jure El’ …. C’te navire nous a foutu une peur dont je me souviendrais!

Le vieux cracha une glaire visqueuse et noirâtre au sol.

El'orio: J’te crois Eddie, lui répondis El’orio en remarquant le verre vide du soulard, tu reprendras bien un cinquième verre?

Eddie: ARR, postillonna Eddie, j’vois bien que t’me crois pas, et qu’en plus, tu n’en a rien à foutre… J’pensais que ça t’intéressais c’genre d’histoire moi !

El'orio: Oh, mais ça m’intéresse Eddie, mais seulement si j’peux me faire de l’or grâce à cela.

Eddie: Comme toujours… T’es putain de doué, mais tellement con et borné avec t’es sous imaginaire, grogna le vieux.

El’ ne réagit pas à la pique, il savait qu’il était cupide. Il ne le cachait pas, et c’était devenu une blague récurrente des habitués de son établissement. Maintenant 10 ans qu’il était implanté sur l'île au Forbans, des histoires, il en avait entendu des milliers. D’ailleurs, la moitié provenait d’Eddie, source intarissable de potin, d’or et de beuverie.

Le vieux grognait toujours, il lui lança les pièces pour une pinte de plus, El’ leva juste les doigts pour faire bouger les pièces directement dans une sacoche accrochée à sa ceinture.

Eddie glapit en voyant cela, marmonnant.


Eddie: J’ai vraiment horreur quand tu fais cela, foutu mage…

El'orio: Je le sais bien. Et ne m’insulte pas, s’il te plait, je suis tavernier. Pas un foutu mage.

Eddie: Tu fais d’la magie, tu es un mage, c’tout, . Bon je reviens sur mon histoire…

Eddie gloussa en avalant son verre d’un trait

Eddie: C’te navire… Impitoyable, rapide… et nauséabond.

El'orio: Nauséabond?

Eddie: Oui ! T’imagines même pas l’odeur qu’ce machin nous envoyais ! Au début on comprenait pas ! On le voyait au loin devant nous, le vent dans son dos. Et quand il est passé devant nous on a compris… Un foutu dragon ! C’te navire a été fait sur un putain de foutu de dragon mort !

El’orio tiqua. Est-ce que ce serait le navire qu’il recherche… Probable… Il devrait vérifier… Il regarda Eddie et continua à discuter avec lui de ce bâtiment. Il en apprit suffisamment pour être sûr.

Il avait retrouvé le Légendaire Forbandais Volant. Eddie lui avait confirmé cela en disant que le navire était dirigé par une magnifique femme. Il lui avait également appris que le navire avait était aperçut mouillant dans une crique des environs. Le jeune homme attendit la fermeture de sa taverne, expulsa les derniers soulards, et récupéra ses affaires qui étaient prêtes depuis qu’il était là.

El’orio voyait le Forbandais comme une occasion de se faire de l’or. Mais également de commencer à se faire un nom, et d’être l’un des premiers à pouvoir proposer un accord avec eux ! Il était certains de sa réussite et de sa bonne idée. De toute manière, le karma avait toujours été contre lui jusqu’à maintenant, ça ne pouvait que fonctionner.

Il se mis donc en route en pleine nuit, avec pour objectif de monter sur le navire avant qu’il ne reparte, et de proposer son idée à la capitaine. Rien ne pouvait mal se passer…
En arrivant en vue du navire, sous la lumière de la lune qui éclairait le sol et créait des ombres à l’aspect horrifique qui ne déstabilisaient absolument pas notre homme, celui-ci avança d’un pas déterminé vers l'énorme dragon mort. En arrivant à son niveau, El’orio senti l’odeur de la mort, de la pourriture.


*Une odeur si familière*

Les souvenirs de son enfance au Temple des Ombres lui revinrent avec la force d’un taureau en pleine charge… Il continua sa marche, c’était pour cela qu’il était là, en finir avec cette vie de merde. En finir avec ces mêmes ivrognes, avec ses connards de parents absents et toutes les autres personnes vivant sur cette planète…

Revenir aux sources, tout en gardant en tête son envie obsessionnelle de l’or.
Il secoua sa tête en arrivant proche du navire, qui était étrangement silencieux. Le quai de chargement était vide, le pont également. Il monta dessus en pleine confiance et sans se cacher, en s'annoncent et demandant si quelqu’un était là.
Aucune réponse.

L’odeur devenait de plus en plus oppressante, le bois craquant sous ses bottes lui donnait l’impression d’os qui se brisaient. Le vent claquait sur les voiles et instaurer un murmure spectral inquiétant. El’orio se sentit chez lui, et choisi d’attendre là.

Il s’installa sur une caisse, et plaça ses jambes en tailleur, sortant de son sac une gourde de Rhum. Il s’envoya une bonne rasade et ferma les yeux.
Quand il se réveilla, il avait froid, il ne sentait plus son cœur battre. Il se sentait différent... Il était dans un lit, le plus confortable lit qu’il ait pu imaginer! Il regarda autours de lui, il se trouvait dans une chambre somptueuse. Cela allait contre toutes ses attentes. Puis il vit les silhouettes…


Serviteur: Ça a marché, maître, il est réveillé.

Capitaine: Bienvenue dans la famille!
Avatar de l’utilisateur
Drakender
Haute-Noblesse
 
Messages: 180
Inscription: Jeu 10 Nov 2016 00:23


Retourner vers Négociants du Sud

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité