L'ordre du phénix

Annonce de l'alliance et de toutes ses factions.

L'ordre du phénix

Messagepar Akura » Lun 24 Aoû 2020 02:22

UN CHANGEMENT RADICAL

Le bourg-du-cerf avait bien changé depuis l'accord rouge-rubis, les temples d'adonysia qui autrefois était présent dans chaque village servant pour la plupart de place centrale, un lieu de rencontre qui permettait de souffler après une une semaine de dur labeur dans les champs ou les étables. Bien que non détruit comme le stipuler le contrat avec la rébellion, il furent tombés en ruine en quelque décennies, et les habitant de la région vivant dans le bourg depuis des dizaines de générations, furent rapidement débordé par l'immigration massive d'adeptes du dieu phénix, venant de tout hédarion, et très communautaire.

Face à déferlement de population étrangère, occasionnant des rixes dans chaque village, dût à de nombreuse différences religieuses et culturelles, ils n'eurent que deux choix : profiter de la prime de départ offert par l'ordre du phénix pour aller s'installer sur le rempart ou sur les terres de rokdor, ou partir dans une ville du bourg-du-cerf majoritairement contrôlé par le culte d'adonysia. Les coutumes des deux peuple se juxtaposèrent involontairement, pour permettre le commerce ou tout autre interaction entre les deux ethnies, sans que les concernés ne trouve un accord qui allait dans ce sens. Rapidement, les plus âgés, perclus depuis des années dans un train de vie monotone dans lequel les seule occasions était les fêtes religieuse ou bien les d'anniversaire décennal des membres de leur famille, regardèrent d'un très mauvaise oeil "l'envahisseur", certain allant même jusqu'à dégrader les temples du dieu phénix, ou attaquer sans vergogne des maisons isolés dans leur quartier. Les générations les plus jeunes n'avait pas du tout cette haine pour les phoebiens, la plupart d'entre ayant grandit dans le même quartier, et ayant étudier dans les mêmes écoles, dans certaine portion de la ville, les moins traditionnelles, la mixité n'était pas rare.
Mais peu à peu la mixité religieuse, raciale et culturelle l'emportait sur les appréhensions de chacun, et le bourg du cerf redevenait cette région productrice, aux étendus magnifique, coupées du temps, tel qu'il a toujours était.
Dernière édition par Akura le Lun 24 Aoû 2020 12:32, édité 7 fois.
l'illustre phénix
Akura
Colporteur
 
Messages: 46
Inscription: Sam 29 Fév 2020 21:53

L'ordre du phénix

Messagepar Akura » Lun 24 Aoû 2020 02:25

UN DEBARQUEMENT ALARMANT

Un petit groupe de cavalier sortit d'un petit bois, dont les arbres le constituant semblait camouflaient leur arrivé d'une ombre glaciale. Les hommes n'étaient armés que très légèrement, mais les cicatrices recouvrant leur corps laissaient présager d'une forte expérience militaire. Leur visage sale et balafré étaient en accord avec leur tenue déchiré, et taché de toute part de sang et de boue, si on ne connaissait pas leur rôle, on aurait pus les prendre pour des déserteurs d'une batailles lointaine, ou pour des ménestrels en quête d'un gagne pain. Néanmoins, le fait qu'il possédaient tous un cheval, malgré leur piteuse état, ne laissait pas envisager que ce soit des pestiférés ou des mendiants affamés, rassurant la plupart des paysans qu'ils avaient croisé en parcourant les terres de l'ordre. Ils arrivèrent à l'orée de ashrall-kra après plusieurs heure, affamé et épuisé, une fois au pied de la grande porte sud, ils s'arrêtèrent, en essayant de sortir quelque membre de la garnisons de leur sieste, quand ceci dirent avec une certaine agressivité "qui va la ?" , les hommes au pied la muraille dévoilèrent leur avant bras et incantèrent, à ce moment, le petit phénix qu'ils portaient en tatouage s'anima pendant quelque seconde, se gorgeant d'un dégradé de rouge vif, et nimbant ses ailes d'un feu splendide, et les gardes perchés sur la muraille ouvrirent alors la grande porte,avec un respect palpable dans le regard qu'ils portaient aux arrivant, la lourde porte grinça, puis s'ouvrit avec difficulté durant plusieurs minutes, sous le regard agacés des cavaliers.

Ceux-ci, choisirent de passés par la grande place, qui servait de terrain pour les musiciens, et troubadour en tout genre, et qui était recouvert d'un immense marchés. Les bas quartiers pouvait s'avérer très dangereux, et la valeur d'un cheval étant largement supérieur au risque assez faible de séjour en prison, il optèrent pour la grande place sans grande hésitations malgré la perte de temps évidente. Ils traversèrent une longue rue cerné d'habitations typique de la classe moyenne phoebienne, soutenue par quatre grosse poutre visible de l'extérieur, et construit dans un mélange de chaume et d'une étrange terre maléable, provenant des oasis du désert. L'apparence assez rustique était contrebalancé efficacement par la multitude de peinture et de bijoux qui recouvraient les murs, rendant chaque maisons unique, et perdant les passant dans un flot de couleur.
La rue, divisé en deux, comme dans toute la ville, une voies réservé aux chevaux et l'autre, plus large, aux piétons, était chargé d'un d'une multitude de classe social et de race, comparable à une rue de richepont : des mages patrouillaient dans la ville, des fois suivit par une classe d'apprentis, leur longue robe vermeille, se imposait le respect, et les gens, qu'importe leur rang ou fortune, se décalait pour les laissait passés, plus loin d'immense troll, protégeait un riche marchand, un noble, ou encore un chef militaire (l'un allant souvent avec l'autre). Leur grande armure doré, à l'alliage si particuliers, combiné à leur taille magistrale, attirait systématiquement les regards, même sur plusieurs centaines de mètres, et malgré l'imposante foule, tandis que les roturiers baissait les yeux avec peur, l'employeur hurlait sans crainte des ordres ou des reproches à l'immense créatures, qui hochait la tête instinctivement, sans chercher à remettre en question quoi que ce soit. Et les cavaliers aperçurent même un petit groupe de gorzagh mercenaire, qui sortait d'une brasserie avec bruit, suivis des yeux par le regard soulagé du tavernier qui n'avait que peu de perte de mobilier à déclaré, un robuste nain portant une ceinture sur laquelle une dizaine d'arme en tout genre était accroché , une nymphe dont les racines s'étendait sur plusieurs mètre, faisant trébuchés un bon nombre de personne, sous le regard amusés des marchands, et enfin, une espèce quasi disparus ; un drakkens, recouvert de tatouages draconniques, et aux regard... reptiliens.
La rue s'agrandissait plusieurs dizaine de mètre plus loin, pour laisser de la place aux étales multiples et vagabondes qui couvraient les abords de l'avenue.
Les couleurs était aussi nombreuse qu'éclatante, et faisait perdre la tête, bleu turquoise, gris acier, rouge sang, ocre, or, argent, vert feuille, décorait des étoffes, tapis, armures, armes, chevaux, et atours en tout genre. L'odorat était aussi largement sollicité que
la vue : cumains, piments, riz, pains, légumes, fruits, pouvaient donné faim à un pierre, et les effluves délicates qui s'en dégageait pouvaient réveillés un mort, à cela s'ajoutait le bruit infernale : discutions animées, beuglement de cheptels en tout genre qui passait quelque rue plus loin, hurlement de terreur de provenance inconnue, bruissement d'étoffes, tintements des pièces de monnaies. Un concentration à toute épreuve était nécessaire pour ne pas devenir fous... et se faire détrousser par les habiles voleur dissimulés dans la foule.


Ils finirent par traversé le quartier artistiques, dans lequel les musiciens jouaient sans discontinuer, essayant du mieux qu'ils pouvaient de surpasser leur concurrent... et le brouhaha général, le chaos acoustique était tel, que l'on devait s'approcher à quelque mètre pour différencier un tant soit peu une mélodie dans le maelström sonore qui régnait en maître. Mais la concurrence était rude, cracheur de feu, montreur d'ours, comédien et autre troubadour en tout genre rivalisait d'astuce du haut de leur estrade pour captivait un public déjà solliciter de toute part, cherchant le sensationnel ou la provocation pour grappiller quelque minutes d'attention. Et, les spectateurs, très exigeant, pouvait, lorsque le spectacle leur avait suffisamment plus, offrir quelque pièces au valeureux artistes.
Les cavaliers finirent, après de longue minutes de déambulation à travers les dédales bruyant de la grande place, par parvenir à la sortie. Ils empruntèrent alors plusieurs rue, bien moins animées, et à l'architecture elfiques, synonyme des hauts quartiers, occupé par les magistrats, les officiers militaires, les riches commerçant, ainsi que par la noblesse phoebienne. Ils finirent enfin par arrivé à leur destination finale : le palais de l'empereur Robin II akura...


Les gardes à l'habit vermeille qui patrouillait dans le jardin d'accueil du palais les arrêtèrent et les questionnèrent sur les raisons de leur venue. Les cavaliers ne répondirent pas, et se contentèrent d'animer le phénix sur leur avant bras, et les gardes s'inclinèrent et les accompagnèrent jusqu'à l'entrée du palais, elle aussi gardés par deux mage-sentinelles, totalement immobile et au regard implacable. Les porte richement décoré d'or et de joyaux divers et variées s'ouvrirent sans un bruit, et les cavaliers confièrent leur chevaux aux sentinelles, et continuèrent à pied à l'intérieur du palais. Après une demi-heure d'attente dans une succursale immense de la salle d'arme, qui était l'équivalent de la salle du trône pour les adeptes de phoebus, ils reçurent l'autorisation de rentrée, après avoir était minutieusement fouillés. L'intérieur de la salle leur coupa le souffle, tout les murs, le sol et même le plafond, représenté une immense constellation, chaque détails du tableau cosmique étant minutieusement positionnés. La magie animait chaque étoiles pour qu'elle brillent d'une lueur somptueuse, accentué par la beauté de la pierre qui la constituait, aux quatre points cardinaux se trouvait, éclatant, les quatre astres solaires, représentant les quatre avatar du dieu phénix. Au centre, Robin II akura, se tenait debout, sans aucune chaise pour le soutenir, et seul, sans aucun garde pour le protégeait. L'empereur observa avec attention les quatre cavaliers, aux habits déchirés et à l'air hagard qui se prosternait devant lui.
-Que voulez vous ?demanda-t-il d'un ton las
Un des cavaliers s'avança et prit la parole :
-Grand Ashkar, nous vous rapportons des nouvelles de notre expédition à l'extrême limite du désert...
-J'ai des conseillers pour cela, je suis sûr qu'ils seront ravie d'entendre vos explications... passionnante...
-C'est à dire grand Ashkar, que les nouvelles pourraient grandement vous intéresser...
L'empereur les dévisagea avec curiosité.
-Je vous écoute, mais soyez bref !
-Et bien Grand ashkar, alors que nous cherchions l'origine d'une rivière souterraine à l'extrême sud du désert, nous avons trouvé... L'endroit... dans lequel elle se jette : la mer. Alors que nous nous apprêtions à lever le camp, pour revenir sur nos pas, et recommencer nos recherches, nous avons aperçus quelque kilomètre plus loin sur la plage, des cavaliers, nous nous sommes approchés avec attention, car ni les gorzaghs, ni les nomades, qui habitent dans cette zone, n'ont pour habitude de monter un cheval. Nous avons alors fait connaissance du peuple des Kar'kathri et...
-En quoi cela me concerne ?
-Et bien ce peuple ne vient pas d'hédarion...
-...
-Ils disent être partis d'hédarion, quelque décennie avant la guerre du bouclier cassé, à en juger par leur peau, ils sont indéniablement d'origine nomade... Leur nombre n'est pas alarmant, quoi qu'il dispose déjà de 30 milles guerrier, mais... ils nous ont affirmé...
Que des centaines de milliers d'autre attendent de pouvoir traverser la mer sur leur continent d'origine...
-Bien ! J'en discuterait avec le conseil du phénix, vous pouvez disposer !
-Une dernière chose !
-Quoi donc ?
-Un élément qui me semble primordial... Ils sont adeptes le dieu solaire ! Et cela depuis deux millénaires, ce sont les plus proches descendants de la Grande armée astral. Ils reçoivent d'après leurs dires, leur instructions religieuse et culturelle de la cité autonome de asrhall-xyhan.
-Ashrall-xyhan ? Je pensais qu'elle était tombé en ruine !
-D'après eux, elles serait florissante, quelque détail me suffisent pour penser qu'elle dépassent ashrall-kra de part sa taille et ses richesses !
-Fascinant... Je vous remercie pour ses détails, je m'occuperais de votre récompenses qu'en j'aurais prévenue le conseil de ceci, ils nous faut à tout prix en faire des alliés, en insistant sur l'appartenance à un culte commun... Enfin bon... Ce n'est plus de votre ressort, vous pouvez disposez ! Et prévenez la haute-intendante Louve Velka de l'urgence de la situation pour qu'elle mette en place un convois capable de traverser sans encombre le désert.
-Bien Grand Ashkar !
Dernière édition par Akura le Mar 25 Aoû 2020 22:14, édité 1 fois.
l'illustre phénix
Akura
Colporteur
 
Messages: 46
Inscription: Sam 29 Fév 2020 21:53

Lettre à la fédération

Messagepar Akura » Mar 25 Aoû 2020 21:27

Une lettre couleur or, marqué du sceau des familles akura, velka, arthéna et ybycui est remis aux seigneur des principales familles qui constituent la fédération royale d'adonysia

Salutations membre de la fédération d'adonysia,
L'ordre du phénix vous fait savoir, qu'après des attentats et rébellions fréquente, de la population, majoritairement constitué de phoebien,en partie grâce à la grande migration sur le bourg du cerf, il a décidé que cette terre devait retourner à son propriétaire : l'ordre du phénix. En effet cette terre a été négocié par mon aïeul Robin II, la somme d'achat à été réglé, nous avons scrupuleusement respecté les conditions de transmission, d'important travaux sociaux-culturelle ont été mis en place pour rapprocher les populations et répondre aux mieux aux besoins du peuple. Malgré un problème de succession chez les akura, qui va être réglé d'ici quelque moi étant donné que la plus jeune est enceinte, ainsi que des problèmes de pillages sur les terre des ybycui, nous sommes parfaitement apte à reprendre l'entretien du bourg du cerf, avant que la population ne se soulève, car après avoir pris contact avec elle, nous sommes d'accord pour affirmer que la résistance pourrais vous être très néfaste, et c'est un euphémisme, de plus cette guerre civil ruinerait le bourg.
Nous avons été étonné que vous gardiez cette terre sans vous poser des questions comme "sommes nous apte à la défendre ?", "qu'en pense la population", "ne serait-ce pas une insulte diplomatique vis-à-vis de l'ordre ?".

Maintenant le choix est votre : ou vous accepter de nous redonner notre terre, et les relations diplomatique reprendront de bon terme, et nous seront ravie de vous soutenir d'une quelconque façon... Ou nous seront obligé d'en venir aux armes, et d'envahir le bourg avec nos légions, voir même de se payer les redoutables mercenaires venant du sud du rempart, si besoin est...

Qu'importe votre choix, il reste encore une fois le votre,
en espérant nous retrouvé du même camp que vous sur le champ de bataille.

L'ordre du phénix
l'illustre phénix
Akura
Colporteur
 
Messages: 46
Inscription: Sam 29 Fév 2020 21:53


Retourner vers Académie des Mages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron