Histoire de taverne

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 11 Déc 2018 21:30

Partie 1 - La Serveuse (1418)

L’homme entra dans la petite taverne du village, et prit place à la petite table qu’il occupait chaque fois qu’il venait. Étrangement, il ne semblait avoir aucun mal à trouver sa chaise vide.

La serveuse s’approcha de lui.
“La même chose que d’habitude, Messire?”
L’homme hocha la tête, et elle se dirigea vers le comptoir. Elle transmit la commande, et s’accouda sur le meuble, se surprenant à détailler les traits de l’homme. Ses simples vêtements de voyage peinaient à cacher ses muscles bien dessinés, œuvre d’une vie de travaux manuels, supposa-t-elle. Son visage était calme, mais stricte, et son regard vif semblait saisir tout ce qui se passait autour de lui. Elle nota que ses cheveux mi-long descendaient cette fois-ci le long de son visage, prolongés par une barbe bien entretenue.

“Sélène, eh oh!” Elle sortit de sa transe alors que le tavernier claquait des doigts devant ses yeux. “Arrête de rêvasser veux-tu, et va servir ça.
-Oui tout de suite. Et je ne rêvassais pas !
-Mais oui, c’est ça, répondit-il en riant. Aller, va, si tu ne veux pas que la patronne te jette à la porte.
-Non pas ça! Tu sais que j’ai besoin de ce travail! rétorqua-t-elle avant de prendre le plateau et d’apporter sa commande au client.

Celui-ci, bien qu’ils aient parlé à voix basse, semblait avoir perçu leur conversation, et la fixait alors qu’elle approchait. Elle posa le verra devant lui, tentant de cacher la rougeur qui lui montait aux joues, et lui demanda s’il voulait autre chose. Avec un petit sourire amusé, il secoua la tête et elle le laissa seul.

La soirée passa assez calmement, pour une fois, malgré les habituels poivrots. Évitant les dernières mains baladeuses, elle récupère habilement les verres vides. Elle arriva enfin à la table de son bel inconnu. Celui-ci déposa en souriant quelques pièces d’or sur la table pour payer ses consommations, puis tendit une petite bourse à la serveuse avant de se lever et de jeter son manteau sur ses épaules.
“Messire… Je ne peux pas accepter!
-Vous en avez sans doute plus besoin que moi damoiselle.”
Sur ces mots, il la gratifia d’un sourire énigmatique et quitta la taverne, disparaissant dans la nuit, tel un spectre, ou un ange gardien.

Elle soupira, mais ne put retenir un sourire, et accrocha la bourse à sa ceinture avant de finir son service. Elle rentra ensuite rapidement dans la petite maison qu’elle partageait avec son oncle, se courbant sous le vent glaciale hurlant dans les ruelles du village. Elle referma avec soulagement la porte en bois derrière elle.
“Sélène, c’est toi? Viens ici!”
Elle soupira. Quel sermon son oncle allait-il encore lui faire?

Elle allait poser son manteau usé quand elle repensa à la bourse pendant à sa ceinture. En grimaçant, elle le remit sur ses épaules et s’avança dans la pièce à vivre, éclairée par un bon feu de cheminée. Passant devant la fenêtre, elle jeta un coup d’oeil dehors. Comme toujours, la forêt attenante au village était plongée dans une brume opaque, lui donnant un air fantomatique, que les arbres décharnés n’arrangeaient pas. La lune, haute dans le ciel, ajoutait de sa lumière blafarde à l’ambiance inquiétante que dégageait le lieu. Elle frissonna malgré elle, imaginant les râles et les crissements hantant la zone. “Ne t’approche pas de la Forêt Sélène”. La voix de sa mère s’imposa à elle, comme à chaque fois, et les larmes lui montèrent aux yeux.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mer 19 Déc 2018 20:08

“Sélène !”
La voix de son oncle la tira du passé et de ses sentiments, et elle se détourna de la fenêtre pour se concentrer sur le feu crépitant dans un coin de la pièce. Un homme d’âge mûr la fixait. Ses cheveux noirs commençant à grisonner coupés courts encadraient un visage carré. Ses yeux marrons étaient le reflet de l’homme: froid mais d’une foi sans faille à ses maîtres.

-Oui mon oncle?
-J’ai entendu dire que des recruteurs allaient bientôt passer à Vifcomble. Où en sont tes études?
La jeune fille grimaça.
-Je n’y arrive pas…
-Tu n’y arrive pas… ou tu ne veux pas? Comme elle ne répondait pas, une lueur de colère passa dans son regard, qui se durcit un peu plus. Est-ce trop te demander de te prendre enfin en main? Tu veux rester une serveuse minable au Loup Sacré toute ta vie? Tu veux ressembler à tes parents? Être une ratée, comme eux?
-Laisse les en dehors de ça! Le cri, venu du coeur, était sorti malgré elle.
-Ne me parle pas… sur ce ton. L’homme s’était approché, pesant de tout sa taille sur la frêle jeune fille, et avait saisi ses poignets avec force, appuyant chacun de ses mots par un regard emplit par l’ombre de la colère. Il continua sur un ton encore plus menaçant. Tu vas faire ce que je te dis.
Sélène plongea son regard dans le sien
-Pourquoi devrais-je le faire? Leurs monstres ont tué mes parents! Je les hais, et je les haïrai toujours! Je ne serais jamais comme eux!

L’homme la gifla violemment, la faisant tomber au sol. Sous le choc, la bourse se détacha de sa ceinture, et vint rouler aux pieds de son oncle, qui se baissa pour la récupérer et examiner son contenu.
-Où as-tu eu ça?
Se frottant la joue, les larmes aux yeux, la jeune fille répondit en hoquetant.
-Au travail. Rends la moi.
-Te la rendre? Pour que tu puisses filer en douce? Oh non ma chérie, je vais la garder bien précieusement. Refermant la main sur la bourse, il sourit. Je te la rendrais peut-être quand tu seras nécromancienne. Sur ce, je te laisse étudier, ajouta-t-il en désignant l’ouvrage de magie noire reposant sur l’unique table de la pièce, moi je vais me coucher.
Content de sa soirée, faisant tinter les pièces d’or remplissant la bourse, il quitta la pièce, laissant seule sa nièce toujours à terre.

Sélène se releva difficilement, l’adrénaline qui l’avait portée pendant qu’elle défiait son oncle ayant disparu. Serrant les poings, elle s’approcha du livre qu’elle saisit à pleine main et envoya contre le mur de la pièce. Peu lui importait la fortune que son oncle avait dû dépenser pour se procurer un tel ouvrage. Tout ce qu'elle voulait, c'était partir. Partir le plus loin possible. Loin de son oncle, loin de ce village, loin de la Brume.

Finalement, elle s’assit sur la chaise et enfouit son visage dans ses mains, laissant ses larmes de haine et d’impuissance inonder le meuble en bois.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mer 26 Déc 2018 16:00

Partie 2 - Recrutement (1418)

Un petit groupe vêtu de toges noires brodées de violet foncé, capuche rabattues, entra dans le village. Annonce fut faite sur la place publique qu’ils étaient prêts à engager une dizaine d’habitants suite à la sélection qui commencerait le lendemain.
Après une énième dispute avec son oncle, Sélène se vit contrainte à y participer, mais se jura de tout faire pour ne pas réussir les tests.


Quand le soleil se leva, de nombreux villageois attendaient sur le lieu de rendez-vous. La serveuse détailla les visages parfois inquiets, souvent impatients. Elle reconnu notamment un jeune homme de son âge, dont elle savait qu’il rêvait depuis toujours de se rendre au Temple des Ombres, et qui étudiait dans ce but.

Elle commença alors à dresser mentalement une liste de celles et ceux qui lui semblaient être les plus susceptibles d’être sélectionnés. Elle réussit à y mettre six noms, parmi lesquels seuls deux lui semblaient certains.

Soudain, les conversations se turent alors que les mages noirs se frayaient un chemin parmi les candidats. L’un d’eux prit la parole, d’une voix stricte et assurée.
Candidats, candidates. Aujourd’hui vous est donné la chance de rejoindre l’armée du Seigneur Tokoyami. Sachez que ce ne seront pas vos connaissances en magie noire qui seront évaluées, mais vos aptitudes. Le Sanctuaire se chargera ensuite de votre formation. Son regard se durcit. A partir de maintenant tout départ de ce terrain sans accord préalable sera considéré comme un abandon. Avez-vous des questions? Les candidats se regardèrent en silence, n’osant pas se manifester. Bien.

A ces mots, Sélène sentit ses membres s’entraver. Alors que la peur montait en elle, elle croisa le regard terrifié de la plupart des autres candidats. Passant entre ceux-ci, le nécromancien déclama sans hésitations, comme s’il avait appris ces mots par coeur et les avait répétés un nombre inlassable de fois, ce qui était sans doute le cas:
Voyez la Brume. Sentez le touché du Gardien. Imprégnez-vous de la peur qu’il inspire. Il laissa quelques secondes passer, avant de reprendre. Qu’importent les idéologies, la soif de pouvoir ou la cupidité de chacun. Qu’importent le rang ou la richesse. Chaque mort, chaque âme en peine est une âme de plus pour le Gardien.

L’homme s’arrêta, et sourit en voyant les premiers candidats se libérer des liens d’ombre. Un frisson parcourut la colonne vertébrale de Sélène alors que l’orateur reprenait. Au fur et à mesure, les candidats ayant réussi à se libérer se dirigeaient vers les autres mages noirs. “Contemplez sa puissance. Ressentez la peur. Servez-vous en

Pétrifiée, elle n’avait d’autre choix que d’écouter.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 1 Jan 2019 16:54

Le nécromancien, qu’elle supposait être le chef, s’arrêta soudain devant elle. Elle ne voyait pas son visage, mais sentait son regard la transpercer. Sous l’effet de la peur, elle fit un pas en arrière, puis un autre,brisant sans savoir comment les liens qui la retenaient. L’homme esquissa un sourire qui ne la rassura en rien, bien au contraire. Puis il se détourna et reprit son discours, alors qu’elle se dirigeait vers les autres participants ayant réussi l’épreuve. Elle attendit là, en silence, que se finisse le test. De temps en temps, les mages noirs échangeaient à voix basse, mais rien d’autre ne venait perturber le discours fervent de leur chef.

Enfin, il se tu, et d’un geste l’un des nécromanciens libéra ceux qui étaient encore figés. Ces derniers furent priés de quitter le terrain. Celui qui avait parlé se retourna ensuite vers ceux qui restaient, et les regarda d’un air supérieur.

Il les dévisagea, et s’arrêta devant un jeune homme. “Vous avez peur, je le sens. Peur de la Mort. Peur de la Haine. Peur de la Peur elle-même. Mais vous pouvez surmonter ça. Un sourire condescendant lui échappa. Du moins je l’espère pour vous. Vous en aurez besoin dans la Forêt morte. Devant le visage du garçon qui se décomposait à vue d’œil, il éclata de rire. Allons, vous devriez tous appeler la Mort de vos vœux, l’accueillir en votre sein.”

Sélène écarquilla les yeux alors que la lumière se faisait dans son esprit. Des fous. Voilà ce qu’ils étaient. Des fanatiques à l’esprit à jamais perdu. Elle recula inconsciemment. Tout ce qu’elle voulait, c’était partir. Partir d’ici, de cette ville, de cette vie. Se reconstruire là-bas, dans le nord, loin de la Brume et de ses créatures.
Elle fut stoppée lorsqu’elle percuta quelque chose de mou et chaud. Elle se retourna, et se retrouva face à un serviteur du Sanctuaire. Bien qu’elle ne voyait pas ses yeux, elle sentait son regard posé sur elle, la jaugeant, la jugeant. Une plainte lui échappa, d’une voix faible, suppliante. Son corps exprimant malgré elle ce que son esprit lui criait. Pitié. Je veux partir. Laissez-moi partir.

A son grand étonnement, le nécromancien s’écarta, lui laissant la voie libre. Au bord du terrain, elle aperçut son oncle, la fixant d’un air mauvais, et elle blêmit encore plus. Quitter volontairement la sélection signerait son arrêt de mort. La poursuivre également.

Elle ferma les yeux. “Ne t’approche jamais de la Brume.” La voix de sa mère, encore. Des larmes coulèrent sur sa joue. Elle finit par se ressaisir et les essuya rageusement, honteuse d’avoir montré sa faiblesse devant son tortionnaire. Elle serra les poings. Elle affronterait la Brume! Elle mourait comme ses parents. Faisant face aux créatures. Elle lança un regard provocateur à son oncle, et fit demi-tour malgré la boule qui s’était formée dans son ventre. Quand elle eut repris sa marche, le nécromancien lui emboîta le pas. Direction la Forêt Morte. Direction la Brume. Direction le Gardien.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 8 Jan 2019 22:34

Partie 3 - La Forêt Morte (1418)

Le petit groupe atteignit beaucoup trop rapidement sa destinations. Le chef des nécromanciens s’arrêta à l’orée de la Forêt. La première chose que nota Sélène, c’était le silence pesant qui régnait en ces lieux. Pas d’oiseaux, pas d’animaux, et, plus étrange encore, pas même de vent.

Le mage s’écarta, et leur fit signe de passer devant. En arrivant à son niveau, la serveuse sentit le regard moqueur de l’autre. Elle se força à ne pas réagir, et franchit la frontière formée par les arbres décharnés. A mesure que la Brume l’entourait, elle sentit le froid s’insinuer en elle. Était-ce simplement dû à la peur? Ou à la magie sombre imprégnant les lieux? En réalité, elle n’était pas en état de se le demander. Les images du passé se superposaient au présent.

Une petite fille de 5 ans, tout au plus, pleurant dans la Brume, appelant ses parents qui n’étaient pas là. Enfin, une femme prend l’enfant dans ses bras, lui murmurant des paroles réconfortantes, pendant qu’un homme guette les alentours. C’est là que commencent les râles et les crissements. Une créature surgit de la brume, puis une autre, et encore une. L’homme abat son arme improvisée sur le monstre le plus proche, criant à sa femme de partir. Prenant l’enfant dans ses bras, celle-ci part en courant, disparaissant dans les volutes blanches, puis les autres ombres s’évanouissent.
La suite, Sélène la connaissait. L’homme succombe sous les coups des Marche-Morts. La femme et l’enfant tombent sur d’autres créatures. Finalement, seule la petite quittera la Forêt, hantée à jamais par la mort de ses parents, sacrifiés pour qu’elle vive.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 22 Jan 2019 20:22

Alors qu’elle revenait peu à peu à la réalité, elle remarque que seule la Brume l’entoure. Plus aucun signe des autres candidats, ni des nécromanciens. La peur qui montait en elle s’amplifia encore quand elle entendit les premiers râles. Elle recula, la respiration saccadée, cherchant du regard les premiers corps réanimés. Elle fut stoppée par quelque chose de dur et rugueux.

C’est alors qu’ils surgirent des ombres. Des êtres de cauchemar, côtes saillantes, crâne découvert pour la plupart. Elle crut reconnaître un Gorzagh, mais leur état de décomposition était si avancé qu’elle ne pouvait en être certaine. Incapable de bouger, elle ne pouvait que regarder la Mort lui fondre dessus. Elle savait que la fin était proche. Ce n’était plus qu’une question de minutes, voire même de secondes. Au moins, son oncle n’aurait pas le plaisir de la voir devenir nécromancienne.

Elle ferma les yeux, refusant de voir le coup arriver. Elle s’imagina ses parents. Ceux-ci souriaient d’un air réconfortant, lui tendant la main. Elle sourit à son tour, et une larme coula le long de sa joue. Elle n’aurait pas connu l’amour, elle n’aurait pas voyagé à travers le monde. Mais elle serait de nouveau avec ses parents. Un homme apparut aux côtés de son père. Elle reconnu, à moitié surprise, son client mystère, et son sourire s’élargit. En si bonne compagnie, la mort ne devait pas être si terrible. Qu’ils prennent son corps, elle, elle serait loin de tout ça. Loin des peines gangrénant le monde. Loin de la haine et de la peur qu’ils aiment tant. Loin de la guerre.

Oui, son corps errerait avec ces monstres, servirait ce Temple qu’elle haïssait tant, mais elle, elle serait libre.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Ven 31 Mai 2019 23:41

Partie 4 - L'Épreuve (1418)

Elle fut soudain tirée de ses pensées rassurantes par l’absence de bruit. Elle ouvrit les yeux, étonnée. Les Marche-Morts avaient disparu, comme s’ils n’étaient qu’un mauvais rêve, mais la Brume et les arbres morts lui rappelaient que non. Un nécromancien lui faisait face, et lui fit signe de le suivre. Encore sous le choc, elle lui emboîta le pas sans poser de questions, sans même réfléchir, comme un pantin.

Après ce qui lui sembla être une éternité, elle sentit le soleil sur sa peau, et la terre morte laissa la place à l’herbe bien verte. Un long soupire de soulagement lui échappa, contenant toute la peur qu’elle avait ressenti, la haine envers ce sentiment d’impuissance qui l’habitait, mais aussi les regret quant à ce monde meilleur qui l’attendait. Elle ferma les yeux, savourant la sensation de chaleur qui se répandait enfin dans son corps, avant de prier toutes les divinités qu’elle connaissait de n’avoir jamais plus à retourner dans la Brume.

Suivant les mages noirs, la petite dizaine de candidats ayant survécu aux premières épreuves retourna au village. Leur chef leur annonça qu’ils souhaitaient s’entretenir individuellement avec chacun d’eux. Sélène passait en septième position. Elle s’assit donc à même le sol, et attendit. Le premier à passer fut le jeune homme qu’elle avait mis en tête de sa liste, celui qui s’entrainait pour devenir nécromancien. Avec un peu de chance, se dit-elle, ils avaient un nombre limité de places, et elle n’aurait pas à passer…

Alors que les minutes s’étiraient, elle passait et repassait en boucle toutes les idées qui lui venaient à l’esprit pour échouer sans en mourir. Peu à peu, la lumière déclina, et les candidats commencèrent à s’agiter, se demandant si c’était bon signe ou non que le jeune homme reste si longtemps dedans.

Quand enfin le soleil disparut derrière les bâtiments du village, un cri étouffé retentit. N’y tenant plus, un candidat se leva précipitamment et se mit à courir dans la rue, s’éloignant du petit groupe. Il n’eut même pas le temps de disparaître de leur vue qu’il s’écroula, comme un pantin auquel on aurait coupé les fils. L’un des nécromanciens cacha sa main dans son manteau, et se tourna vers les candidats restant, figés par la peur, leur rappelant qu’il n’y avait plus d’abandon possible, qu’ils seraient choisis pour servir le Gardien, ou renvoyés à leur petites vies minables… à moins qu’ils ne servent leur Maître de façon moins… volontaire…

A peine eut-il finit sa tirade, que le premier candidat sortit du bâtiment. Il marchait lentement, regardant droit devant lui, sans un mot, l’air perdu. La suivante fut priée d’avancer, ce qu’elle fit d’un pas mal assuré, alors que les autres pressaient celui qui venait de sortir de questions. Les seuls mots qu’ils obtinrent de lui furent: “Méfiez-vous de la Brume.” Ces mots, il les répétait sans cesse alors que les nécromanciens le guidaient à l’écart, ce qui ne rassura pas les autres aspirants.

Les heures se succédaient, certains candidats ressortant presque aussitôt, d’autres au bout d’un temps qui semblait interminable à Sélène, d’autres encore ne ressortaient pas. Bien que personne ne le disait à voix haute, comme si l’absence de mots pouvait rendre l’évènement moins réel, tous savaient que ces absents ne reverraient jamais la lumière du jour.

“Suivant”
La voix du nécromancien sortit Sélène de sa torpeur et de ses pensées. Elle regarda autour d’elle, priant pour que ce ne soit pas son tour, mais le regard fixe de celui qui avait parlé ne trompait personne. Elle serait la prochaine victime des mages noirs.

Tremblante, elle se leva, et avança à petits pas vers la porte, et l’obscurité derrière. Elle inspira un bon coup, fermant les yeux le temps de voir ses parents lui sourire, et fit un pas dans les ténèbres, qui l’enveloppèrent rapidement. Avançant à tâtons au début, une lumière vacillante apparu rapidement devant elle. S’y raccrochant, elle continua son chemin sans la quitter des yeux, seul phare dans le noir irréel qui régnait dans la pièce. Même la lueur de la lune, qui pourtant brillait dans le ciel dehors, ne perçait pas derrière elle.

Puis, la Brume et le froid apparurent, comme par enchantement, comme dans un mauvais rêve. Sa respiration se fit plus rapide alors que les images de la Forêt morte montaient en elle. Elle ne devait pas céder à la panique, pas maintenant, pas ici. Elle devait… Se concentrer… Fixer la lumière… Avancer… Fixer la lumière… Ne pas la perdre de vue… Ne pas sombrer.

“Nous t’attendions, Sélène.” La voix, sortie de nulle part, semblait emplir tout l’espace. Un instant elle fut tentée de chercher sa source, avant de se ressaisir. Ne pas perdre la lumière de vue.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 4 Juin 2019 20:19

“Pourquoi es-tu ici, Sélène?” Un visage remplaça soudain la flamme vacillante. “Trahirais-tu tes parents?”
Elle ferma les yeux, un instant, et les rouvrit. La lumière. Fixer la lumière.
“Tu as peur Sélène?”

Elle détestait ces voix qui entraient dans sa tête, qui répétaient son nom, encore et encore.
“Pourquoi nous fais-tu ça Sélène?”
Cette voix… Celle de sa mère… Non. Ce n’était pas réel. Regarder la lumière.
“Une bougie damoiselle? Vous en avez sans doute plus besoin que moi.”
“Tu veux ressembler à tes parents? Être une ratée, comme eux?”
“Tu nous a tué, Sélène. Tout est de ta faute.”
“Comment as-tu pu faire une chose pareil?”

Toutes ces voix… Arrêtez… Pitié… Faites les taire… La flamme n’était plus là, où était-elle? Il faut… retrouver la lumière…

C’est un joli mot Lumière… Qu’est-ce que c’est?
“Ca tue les Ombres. Ca NOUS tue.”
“Tu veux nous tuer, Sélène?”
“Encore une fois?”
Non, non. Je ne veux pas tuer les Voix. Si je reste là, sur le sol, elle ne me feront pas de mal.
“Nous ne te ferons pas de mal Sélène”
“Viens avec nous”
Oui, les Voix me protègeront.

“Viens dans la Brume.”
Avec les Voix… Dans la… la…
“Méfiez-vous de la Brume”

Elle ouvrit le yeux alors que la voix du garçon retentissait dans son esprit, chassant les autres voix, suivie par celle de sa mère.
“Ne t’approche jamais de la Brume.”
Elle chercha du regard la flamme. Elle devait être quelque part. Bon sang, pourquoi tout était si sombre? Ses yeux se posèrent enfin sur la lumière, et elle se releva sans la lâcher des yeux, plantant ses ongles dans sa paume pour rester connectée avec la réalité. Les murmures retentirent à nouveau dans sa tête. Elle serra plus fort ses poings, jusqu’à ce que des larmes de douleur ne perlent à ses yeux.

Puis ce fut le silence. Glaciale. Et peu à peu, la Brume se dissipa, et l’air se réchauffa. Puis les ténèbres disparurent. En face d’elle, une petite bougie finissait de se consumer. Combien d’heures avait-elle passé ici? Est-ce que le jour était levé? En proie à la confusion, elle mit quelques minutes avant de s’apercevoir des cinq nécromanciens silencieux et immobiles derrière la bougie.

“Ta volonté est forte, jeune fille.” Une voix, féminine, s’éleva dans son dos. Sélène fit volte-face pour regarder la nécromancienne qui avançait vers elle. “Mais tu n’as pas ce qu’il nous faut.”
Elle aurait dû se réjouir, elle le savait, mais la menace de la mort planait encore sur elle, l’empêchant de se détendre. “Tu peux partir.”

Les mots s’évanouirent, en même temps que le décors. Elle se retrouva dans une petite pièce vide aux murs nus. La porte, grande ouverte, donnait sur la rue, où les trois derniers candidats attendaient. Elle voulait se précipiter dehors, courir loin de ces fous dangereux, mais ses jambes refusaient de faire plus que des petits pas lents. Alors, elle se traîna jusqu’à l’extérieur, continuant tout droit dans la rue, sans qu’aucun nécromancien ne l’arrête, ou ne “coupe ses fils”.

Dans un état second, elle rentra chez son oncle, qui n’était pas encore réveillé, et s’écroula sur son petit lit. A sa grande joie, elle dormit d’un sommeil sans rêve, et son oncle ne la réveilla pas, ne sachant pas qu’elle était là. Elle aurait encore sa chance de quitter Vifcomble en vie... Un jour.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 11 Juin 2019 18:37

Partie 5 - Retour à la vie normale (1418)

Le soleil chatouillant son visage lui fit plisser le nez. Encore endormie, elle se retourna pour essayer de reprendre son rêve où il en était. L’obscurité l’engloba, et seule une petite lueur brillait encore au loin. Plus elle s’avançait, plus la lumière s’éloignait. Puis des visages apparurent. Ses parents d’abord, l’air désolé. Puis sa meilleure amie d’enfance qu’elle n’avait pas vu depuis des années. Des inconnus croisés dans la taverne, le regard déçu. Et enfin son oncle, avec son éternel air supérieur.

C’était trop te demander de faire un effort une fois dans ta vie? L’ombre disparut, et se matérialisa un peu plus loin. Il a fallut que tu gâches tout, une fois de plus! Elle ferma les yeux, mais il semblait apparaître sur ses paupières. Tu sais tout ce que j’ai dû faire, tout ce que j’ai dû sacrifier, pour qu’ils viennent à Vifcomble? Elle se boucha les oreilles pour échapper à sa voix qui lui vrillait les tympans. A Tridécagone ils y vont, bien sûr, mais à Vifcomble jamais! Et toi, tu te fiches de la chance que je t’offres!


Elle ouvrit les yeux en sueur. Regardant autour d’elle en tentant de trouver un repère, elle essaya de calmer son cœur battant la chamade. Ses yeux se posèrent sur son miroir. Ses cheveux blonds en bataille faisaient peur à voir, et ses yeux noisette cernés lui donnaient l’air d’être revenue d’entre les morts. Ce qui était en quelque sorte le cas en réalité.

Se passant les mains dans ses cheveux pleins de nœuds, elle soupira, et se leva. Elle fit rapidement un brin de toilette, et hésita à quitter sa chambre. Elle n’était pas sûre d’être prête à affronter son oncle, surtout après son rêve.

Mais il faudrait bien le faire un jour ou l’autre. Elle ne pouvait pas se laisser mourir dans sa chambre! Elle inspira un grand coup, et quitta sa chambre, priant tous les dieux qu’elle connaissait pour que le propriétaire de la maison ne soit pas là.


Dieux sourds, ou simplement pas les bons, la voix étonné de l’homme résonna quand elle passa devant la pièce à vivre, l’appelant. Ok, c’est pas compliqué, dis-lui que tu n’étais juste pas faite pour ça, qu’ils ne voulaient pas de toi…
“Je déduis à ta présence ici que tu as échoué? Tu n’aurais tout de même pas fui j’espère?
-Non mon oncle, je n’ai pas fui.
-Alors pourquoi tu es là?
-Je n’ai “pas ce qu’il faut” d’après eux. C’est tout.
-Alors tu vas repasser ce test!
-Je ne peux pas !
-Si! A partir de maintenant, tu ne sors plus, et tu étudies ce fichu bouquin jusqu’à ce que le connaisse sur le bout des doigts, à la virgule près. Est-ce que c’est clair?
-Non..

L’homme resta l’espace d’un instant bouche bée, avant de s’approcher de sa nièce, l’air menaçant.
-Non?
-Non. Je n’ai jamais voulu ça, c’est toi qui me l’a imposé. As-tu pensé un instant à ce que je ressentais, à devoir rêver de devenir comme ceux qui ont tué mes parents? As-tu pensé, ne serait-ce qu’un seul instant, que je pouvais ne pas vouloir de cette vie?
Il ouvrit la bouche pour répliquer, mais elle le coupa, tant qu’elle s’en sentait la force. Non, je n’ai pas l’intention de satisfaire tes petits désirs et de réaliser tes rêves jusqu’à la fin de ma vie. Non, je n’ai pas non plus l’intention de rester à Vifcomble toute ma vie. Mais si je pars, ce sera par mes propres moyens, et parce que je l’ai décidé, et certainement pas pour rejoindre la Forêt maudite ! Et si tu n’es pas satisfait, tu n’as qu’à l’apprendre, ce fichu livre, et les passer les tests. Tu seras un nécromancien horrible, je te rassure, mais ça ne te changera pas de d’habitude. Regarde-toi! Tu dis que mes parents étaient des ratés, mais toi, qu’est ce que tu fais? Tu restes assis dans ce fauteuil toutes tes journées à rien faire! Tu sais quoi? Je suis même certaine que tu les échouerait ces tests, et c’est pour ça que tu as pas voulu les passer. Parce que tu le sais aussi. Et tant que j’y suis, tu sais quoi? Je m’en vais, et tu n’entendras plus jamais parler de la ratée que je suis, comme ça je ne pourrais plus te décevoir!

Sans attendre de réponse de sa part, elle se détourna et quitta la maison en claquant la porte derrière elle. Dès qu’elle fut sortie du champ de vision de son oncle, elle se mit à courir, sans même regarder où elle allait, prenant les ruelles plutôt que la voie principale. Elle savait que sa colère serait immense, et il ne fallait pas qu’il la retrouve.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Histoire de taverne

Messagepar Llerayn » Mar 18 Juin 2019 18:42

Enfin, elle s’arrêta, et se laissa glisser à terre. Elle se prit la tête entre les mains, et laissa ses larmes couler, se demandant ce qu’elle avait fait. Elle n’en pouvait plus de cette vie. Mais elle n’était pas prête à quitter son village. Elle n’avait aucune idée de où aller, et pas d’argent. Tridécagone n’était pas loin, mais les gens y étaient encore plus fanatiques. Ce n’était pas une option.

De toute façon, toutes les villes de la région étaient de la même trempe, toutes loyale aux nécromanciens. Si elle voulait avoir une chance, il lui fallait partir au nord, ou au moins rejoindre la région de Forgeloup à l’est. Elle savait que ses collègues à la taverne l’auraient aidée, mais ce serait le premier lieu que fouillerait son oncle. Elle ne pouvait pas y aller. Elle devait quitter le village au plus vite, partir le plus loin possible.

Elle se leva, essuya ses yeux humides, et tenta de se repérer. Ses yeux se posèrent sur une porte entrouverte dont l'intérieur était entièrement plongé dans l’obscurité. Elle crut apercevoir une lumière vacillante, et détourna aussitôt le regard en frissonnant. Non, elle ne pouvait pas rester ici. Mais il lui fallait au moins un minimum de nourriture, d’eau et de vêtements de rechange pour son voyage, où que la mènent ses pas. Allez Sélène, tu peux le faire. Courage. Tu as survécu à la Forêt morte.. 2 fois. C’est pas ton petit village qui va te faire peur hein.

Le tavernier l’aiderait, elle le savait. Si elle arrivait à atteindre la porte de derrière sans être vue, elle aurait une chance. Si elle attendait la nuit, elle pourrait profiter de l’obscurité pour se faufiler dans les rues. Rien de bien compliqué. Et, avec un peu de chances, son oncle serait retourné se coucher.

Les heures passèrent lentement alors qu’elle faisait les cent pas, essayant de mettre un plan en place. Enfin, les ombres s’étendirent jusqu’à devenir maîtresses dans les ruelles de Vifcomble. Sélène inspira un grand coup, et se dirigea vers l’unique taverne du village, longeant les murs pour éviter autant que possible la lueur de la lune.

Le début fut assez facile: les petites ruelles qu’elle traversait n’étaient jamais bien fréquentées. Mais quand elle arriverait vers le centre du village, ce serait une autre affaire. Surtout à cette heure ci.

Elle entendit soudain des voix et des bruits de pas. Elle se plaqua dans le petit renforcement du mur à sa gauche, pour voir passer des hommes tenant des torches allumées. Heureusement, aucun ne passa dans la ruelle où elle était.
Une fois qu’ils eurent disparu au bout de la rue, elle sortit de sa cachette, faisant preuve d’encore plus de prudence. Elle ne savait pas si ces hommes étaient là pour elle, mais dans le doute…

Nouveau coup de chance de la soirée, aucun homme n’était devant la porte dérobée de la taverne. Peut-être ne la connaissaient-ils pas? Après tout, elle n’était utilisée que par les employés du bâtiment, et même eux ne passaient que rarement par là. Laissant s’échapper un soupire de soulagement, elle poussa la porte… avant de se retrouver plaquée contre le mur, un couteau sous la gorge.
“Sélène? C’est toi? Bon sang, qu’est ce que tu fiches ici? Tu devrais filer!
-S’il te plait Jacob… commença-t-elle à voix basse et lentement, pour éviter que le couteau ne lui ouvre la peau. Tu peux me lâcher?
-Oh oui pardon! Il desserra sa prise, et posa son couteau, avant de lui désigner une chaise dans un coin de la réserve. Pourquoi tu es encore là?
-J’ai besoin de ton aide Jacob, il faut que je parte d’ici.
Il rit nerveusement.
-Oh ça je te le fais pas dire miss. Ton oncle a promis une prime à celui qui te retrouverait… Un grosse prime.

Sélène se prit la tête entre le main. Elle savait qu’il tenterait de la retrouver… mais de là à mettre sa tête à prix… Et avec quel…
Oh. Bien sûr. La bourse que lui avait donné l’inconnu de la taverne avant que toute cette histoire ne commence. Elle avait failli l’oublier…
-Sélène, eh oh! Ça va?
-Bien sûr que non! Comment tu veux que ça aille alors que je viens d’apprendre que je suis une cible de choix pour le premier chasseur de prime passant par là!
-Désolé, bien sûr. Si je peux faire quelque chose pour toi…
Elle leva un regard suppliant sur son ancien patron.
-Tu aurais pas un peu de nourriture, de l’eau, des vêtements, n’importe quoi pour que je puisse partir.
-Je devrais pouvoir te trouver ça. Tu comptes aller où?
-Forgeloup je crois…
Le tavernier acquiesça sans ajouter un mot.
-Reste là pendant que je regarde ce que je peux te donner.
-Merci.


Alors que le silence régnait en maître dans la réserve, Sélène se faisait la plus petite possible, au cas où quelqu’un entrerait dans la pièce par “mégarde”. Quand des bruits de pas retentirent, elle se recroquevilla un peu plus sur elle-même, s’efforçant de retenir son souffle. C’est dans cette position que la retrouva le tavernier.
“Du calme Sélène, ce n’est que moi. Tiens, je t’ai trouvé quelques provisions, de quoi tenir plusieurs jours. Il lui tendit un sac bien rempli. Et je te présente mon fils, Thomas. Il connaît bien les environs. Il te guidera jusqu’à la frontière avec le territoire de Forgeloup.
La jeune fille prit le sac, reconnaissante, et adressa un sourire rassuré au jeune homme.
-Merci Jacob, je te revaudrai ça.
-Pense à rester en vie d’abord, on verra plus tard pour ta dette. Allez, filez.”
Thomas pris la main de Sélène, et l’entraîna à sa suite alors qu’elle lançait un dernier regard plein de reconnaissance à son patron, et ami.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 338
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Suivante

Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités