La Traque du Monstre

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

La Traque du Monstre

Messagepar Altéria » Ven 8 Mar 2019 12:40

.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vies Brûlées

.

Les portes massives de Lythélia s’ouvrirent, alors qu’une centaine de chevaliers elfiques se ruaient par l’embouchure, poussant leurs montures au galop. Le bruit des sabots brisa le silence environnant, alors que les chevaux faisaient fî de la neige qui recouvrait le sol. Au loin, des volutes de fumées noires recouvraient le ciel de Claireroche.

Le contingent arriva dans le village. Les restes de charpentes de bois brûlaient encore sur le sol, et le vent déplaçait les cendres, dans une odeur de mort et de chair brûlée. Aldénaïr mit pied à terre en regardant les corps carbonisés qui jonchaient le sol. Aldénaïr serrait les poings, maudissant son impuissance.

« Nous arrivons trop tard… »

Aldénaïr se baissa, ramassant une poignée de cendres encore chaudes, qui tranchait avec la froideur du climat à cette époque de l’année. Le dragon était passé quelques minutes plus tôt tout au plus, pourtant aucune sentinelle ne l’avait vu quitter l’île.

« Avec l’arrivée de l’hiver, il vise les lieux peuplés pour trouver sa nourriture… c’est le cinquième village ce mois-ci… »

« Seigneur, en haut, regardez ! »

Aldénaïr releva la tête. Le dragon volait haut dans le ciel, difficilement visible dans la fumée. Il décrivait de grands cercles au-dessus du village. Puis Aldénaïr le perdit de vue. Son lieutenant s’approcha.

« Je pense qu’il est part… »

Aldénaïr écarquilla les yeux, et il se mit à hurler. Le dragon fondait en piqué dans leur direction, bête massive dont la taille suffisait à cacher le soleil.

« À couvert ! »

Aldénaïr s’adossa juste à temps derrière un mur de pierre, et sentit la chaleur du souffle ardent qui envahissait l’allée où il se tenait quelques secondes auparavant.

« Aaahhaaah ! »

Les cris de souffrance et d’agonie des chevaliers qui n’avaient pas eu le temps de s’abriter brisèrent le silence, de même que les hennissements des montures qui ne s’étaient pas enfuies par instinct.

Sitôt le souffle de feu passé, un énorme bruit retentit sur la place centrale du village. La bête venait de se poser. Ceux qui avaient pu s’abriter à temps ressortirent de leur abri, encerclant le monstre avec l’organisation propre aux guerriers entraînés à combattre toute leur vie. Aldénaïr retint un haut le cœur en voyant les dizaines de carcasses carbonisées qui fumaient encore, recroquevillées sur elles-mêmes, puis regarda avec un rictus de haine le dragon massif qui se tenait devant eux. Le dragon était massif. Son œil rouge écarlate tranchait avec la blancheur de ses écailles. Jamais il n'avait vu un tel dragon.

« Abattez-le ! »

Les chevaliers se jetèrent sur le dragon. La bête ne pouvait se défendre de tous les côtés. Les épées commencèrent à perforer la chair, les lances se logèrent entre les écailles, faisant couler des flots abondants de sang. Le dragon se débattait de toutes ses forces. Une patte griffue vint déchirer l’armure de plusieurs assaillants, comme si ce n’était que du vulgaire papier. Les chevaliers volèrent dans les airs avant de s’écraser quelques mètres plus loin, les entrailles à l’air libre.

Deux chevaliers incantèrent une formule, et des traits de lumières s’abattirent sur le torse de la bête, dissolvant les écailles au point d’impact. Le dragon poussa un rugissement, et une lueur orangée remonta le long de son cou. Le dragon relâcha un souffle enflammé qui calcina les deux chevaliers qui tentèrent en vain d’éteindre les flammes avant de tomber sur le sol, méconnaissables. La rage de la bête était palpable, alors qu’une nouvelle lance se fichait dans sa patte arrière, le chevalier responsable n’eut pas le temps de se protéger : les mâchoires se refermèrent sur lui et le soulevèrent du sol encore vivant.

« RhaaaaAAaaah ! Aaaah... rghl... »

Le dragon secoua la gueule de droite à gauche, alors que des craquements sinistres d’os disloqués se faisaient entendre, puis la bête relâcha le corps désarticulé du chevalier.
Malgré les pertes sévères, Aldénaïr savait qu’ils ne pouvaient pas reculer.

« Vivre pour la lumière ! »

« Mourir en son nom ! » reprirent en cœur les survivants, puisant leurs dernières forces pour les jeter dans la bataille.

Aldénaïr projeta sa lance de toutes ses forces en direction de l’œil droit de la bête. La lance rebondit sans se ficher dans celui-ci. Mais au moment ou Aldénaïr pensait avoir loupé son tir, il fut vite détrompé.

La bête poussa un rugissement de douleur. Si la lance avait été déviée, elle n’avait pas loupé sa cible : un liquide écarlate s’écoulait de l’œil du dragon, à travers une profonde entaille. Les mâchoires se dirigèrent vers Aldénaïr, sans qu’il ne puisse rien y faire.
Elles se refermèrent dans une gerbe de sang.

La tête de son lieutenant, qui s’était interposé, se détacha de son corps tandis que le sang dégoulinait des mâchoires du dragon. Celui-ci se dressa sur ses pattes arrière et se propulsa dans les airs, blessé.

Un chevalier s’approcha d’Aldénaïr et lui tendit sa main pour l'aider à se relever

« Seigneur, est-ce que vous allez bi… »

Aldénaïr repoussa violemment la main que lui tendait le chevalier. Son visage était déformé par la haine. Son iris gauche avait pris une teinte dorée plus vive que jamais, alors qu'il essuyait d'un geste rageur la larme qui s'écoulait du bleu de son œil droit. Il ramassa sa lance, et enfourcha un des chevaux encore en vie, qu’il lança au galop, suivi des quelques chevaliers qui avaient survécu. Ils se dirigèrent vers la falaise la plus éloignée de Lythélia, là où se rendait le dragon.

La traque du monstre n'était pas terminée…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Noble
 
Messages: 60
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

Descente aux enfers...

Messagepar Altéria » Ven 8 Mar 2019 18:44

.

Aldénaïr se pencha au-dessus du précipice. Les traces de sang étaient encore fraiches, et se dirigeait vers une cavité à même la roche, sur un promontoire rocheux plusieurs mètres en contrebas. Pas de doute possible, le dragon avait trouvé refuge ici.

« L’antre du dragon… » Chuchota Aldénaïr pour lui même.

Aldénaïr retira une à une les pièces d’armures dont il était revêtu, bientôt imité par ses compagnons d’arme. Assurant leurs prises, ils commencèrent à descendre le long de la paroi rocheuse. La descente se déroulait bien, lorsqu’Aldénaïr entendit un craquement.

« Attention ! »

Le pied du chevalier elfe qui se trouvait au-dessus de lui détacha une pierre et, perdant l’équilibre, l’elfe commença à tomber en arrière, puis à chuter dans le vide. Aldénaïr eut le réflexe d’assurer ses prises et de saisir le bras du chevalier avec son gantelet. Celui-ci regardait d’un air pâle la pierre détachée se perdre dans les vagues qui s’échouaient contre la falaise, des dizaines de mètres en contrebas.

Le visage tendu par la douleur, Aldénaïr sentait ses forces l’abandonner peu à peu, alors que la main qui s’accrochait à la roche commençait peu à peu à glisser. Je ne tiendrais pas longtemps…

« Lâche le. »

La voix pulsait dans sa tête, intrusive, l’emplissant de doutes.

« Il n’est qu’un serviteur fidèle. Lâche le. »

Aldénaïr commençait à desserrer lentement les doigts de son gantelet.

« Ta vie est plus importante, la sienne sans importance. Lâche le. »

Puis Aldénaïr raffermit sa prise sur le bras du chevalier, dans un effort de volonté. « Non, je refuse de l’abandonner ! » Aldénaïr fit balancier avec son corps et lâcha prise au-dessus du promontoire rocheux. Il atterrit avec difficulté, mais indemne avec son compagnon d’arme, son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine.

Le chevalier haletait, blanc comme un linge. Il avait eu la peur de sa vie.

« Merci… je vous dois la vie, seigneur Altéria... » souffla t’il.

Aldénaïr attendit que les autres chevaliers les rejoignent, puis le groupe s’engouffra dans l’antre obscure…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Noble
 
Messages: 60
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

Le Choix du Coeur

Messagepar Altéria » Sam 9 Mar 2019 17:31

La caverne était oppressante… les flammes de leurs torches se mouvaient sur les murs froids de la grotte. Malgré leur volonté de rester discret, chaque pas raisonnait sur le sol, et l’écho se répercutait sur les parois jusque dans les profondeurs de la grotte. L’embouchure était large, assez grande pour permettre à la bête de se mouvoir. En attestait les flaques de sang, laissées par le dragon blessé.

Aldénaïr regrettait d’avoir dû laisser son armure en haut de la falaise, il se sentait vulnérable sans elle. À un tournant, Aldénaïr mit son index sur les lèvres et fit signe à ses camarades de ne plus bouger.

« Plus un bruit. »

Il pencha légèrement la tête. Quelques rayons de lumière naturelle perçaient le plafond, illuminant le grand espace où était allongé le dragon assoupi, qui récupérait de ses blessures. Le sang avait coagulé sur les entailles, stoppant le saignement : ils devaient l’achever maintenant avant qu’il ne se remette complètement.

Les chevaliers elfes se rapprochèrent le plus silencieusement possible, lances, épées et bouclier au poing. Quelques mètres… quelques pas de plus, et le dragon serait à portée de sa lame. Un pas… deux pas… la sueur perlait sur son front. Trois pas… ça y est ! Sa gorge était à portée de lame ! Aldénaïr releva sa lance, prêt à porter le coup décisif.

Crac

Le chevalier qui se trouvait derrière lui venait de marcher sur un des os qui jonchaient le sol. L’œil écarlate s’ouvrit d’un coup, et se releva dans un rugissement de colère, projetant Aldénaïr sur une paroi. Le choc fut violent. La vision du demi elfe devenait floue, alors qu’il voyait ses camarades être mis en pièces un par un. La douleur pulsait dans sa tête, à chacun des battements de son cœur.

La gorge du dragon prit une teinte orangée, et il projeta une boule de feu sur le plafond de la grotte. Des morceaux de roches se détachèrent, et les chevaliers qui se trouvaient en dessous furent broyés. Je dois me lever… ses muscles ne répondaient plus.
Un chevalier abattit son épée sur le cou de la bête, mais elle se brisa sur les écailles. La queue du dragon le frappa de plein fouet, et se fut cette fois le corps du chevalier qui se brisa. Lève-toi ! Bouge ! Aldénaïr répétait ces mots inlassablement ces mots dans sa tête.

« La traque d’un monstre… tu les laisse mourir devant tes yeux… es-tu ce monstre, Aldénaïr ? » se moqua une voix dans son esprit.

Un des soldats tenait sa jambe écrasée, sous les morceaux de roches. La gorge du dragon prit la teinte de la mort. Un camarade s’interposa, bouclier levé pour protéger son frère d’arme. Le souffle de feu s’abattit sur le bouclier qui résista… une seconde… deux secondes… puis il se mit à fondre. LEVE TOI ! Aldénaïr s'agenouilla, faisant circuler la magie dans son corps, forçant ses membres à se mouvoir malgré la douleur de son corps. Il ne ressentait que des fourmillements dans ses jambes mais réussit à se relever. Il se dirigea vers sa lance, qui reposait sur le sol, entre lui et le dragon. Son regard se figea sur la scène qui s'offrait à lui. Les cadavres jonchaient le sol, écrasés, déchiquetés, brûlés.

Le dernier des chevaliers encore debout prit son épée à deux mains, la pointe dirigée vers une zone vulnérable du dragon immaculé : l’endroit où les écailles avaient fondues grâce aux sortilèges, lors de la bataille précédente. L’accès vers le cœur du dragon. Il chargea.

« Pour la lignée Altéria ! Pour Adonysia ! »

Slarsh

Le chevalier recula de quelques pas. Il regardait ses deux bras manquants, qui reposaient au sol, déchiquetés par les griffes du dragon. Il tomba à genoux, et regarda d’un air hébété les deux mâchoires se refermer sur lui.

Ce fut trop. Aldénaïr hurla de rage, en se ruant sur sa lance. Il se jeta sur le dragon, pointe en avant. L’œil gauche entaillé du dragon ne put le voir arriver. La hampe s’enfonça sans résistance dans la chair, puis la lame pénétra encore plus profondément, jusqu’à atteindre le cœur.

Le dragon se releva sur ses pattes arrière en rugissant, puis son corps s’effondra sur le sol. Aldénaïr restait sans réaction devant sa victime. Ni joie, ni tristesse, il ne ressentait qu'un vide.

« Eh bien, tu es plus chanceux que je ne le croyais… » ricanait la voix.

« … » Colère

« Ce ne serait pas arriver si tu maîtrisais le pouvoir de ce gantelet… Tu es responsable de leur mort, tu sais ? »

« Je… » Désespoir

« Abandonne-toi. Libère toi de cette souffrance. Je suis celui qui peut libérer la puissance du gantelet, je protégerai ce peuple à ta place. »

Aldénaïr ramassa une épée encore intacte de ses compagnons d’armes, et tomba à genoux.

« Que fais-tu ? Je ne t’ai pas demandé de mourir, mais de me laisser ta place. » s’inquiéta la voix

Il posa la pointe de sa lame vers le sol et posa son front sur la garde. Il commença à réciter à haute voix le code de chevalerie de son ordre.

« Agir sans avoir de regret ni de remords. Et ne jamais avoir honte de nos actions. »


« Ces elfes sont morts, leurs familles les regretteront. » s’impatienta la voix.

« Vivre avec honneur, défendre ceux qui ne le peuvent pas eux-mêmes. » continua Aldénaïr sans sourciller. Ses mots se répercutaient dans la salle.

« Tu ne peux protéger personne ! »

« Nous sommes les boucliers du Bien. Nous ne pouvons et devons pas reculer. Faire briller la lumière de l'espoir et de la détermination dans les yeux des enfants. Être digne de notre rang. »

« LAISSE MOI CE CORPS ! »

« Disparais. »

Aldénaïr entendit les hurlements se répercuter dans son esprit, et quelque chose se brisa. La présence de Delnaïr n’était plus présente dans le gantelet. Il sentait des vagues d’énergie se libérer de l’artefact et traverser son corps. Ainsi, c’était ce fantôme du passé qui avait réfréné son potentiel, toutes ces années…

Aldénaïr se releva, soudain serein. Son regard se porta sur ses compagnons morts.

« Vous avez vaillamment combattu… votre sacrifice n’était pas en vain… plus aucun village ne sera réduit en cendre par ce dragon, maintenant… »

Le demi elfe, dirigeant de l’Ordre allait faire demi-tour, lorsqu’il entendit un crissement, derrière le corps du dragon. Aldénaïr s’approcha, l’épée à la main. Une petite cavité se trouvait juste derrière. Il ne l’aurait jamais remarqué sans le bruit. Ce qu’il vit lui coupa le souffle.

Une douzaine d’œufs étaient tapis dans la cavité, et l’un d’eux se fissurait. Ainsi, si ce dragon avait été aussi agressif, c’était à cause de ses petits ? Un pan de coquille tomba, puis le dragonneau, sortit la tête, puis réussit à briser sa coquille. Il était aussi immaculé que sa mère, les yeux écarlates, tels des rubis brillant dans le noir.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Image

Même s’il était jeune, il deviendrait un danger en grandissant. Aldénaïr prit sa décision, et leva son épée, un reflet de lumière faisant miroiter sa lame…

[Fin interactive : Envoyez moi vos préférences par missive, décision lundi soir ^^]
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Noble
 
Messages: 60
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

Choix difficile...

Messagepar Altéria » Lun 11 Mar 2019 19:47

[Merci pour vos retours ! Mais quand même, vous êtes cruels… pauvre dragonneau…]

.

Le dragonneau pencha la tête sur le côté, en l’observant, puis il fit quelques pas hésitants avant de venir se frotter contre la jambe du demi-elfe. Les yeux écarlates du dragonneau immaculé fixaient avec admiration les yeux vairons d’Aldénaïr, la première personne qu’il avait vu à l’aube de sa vie.

Aldénaïr détourna le regard et… abaissa sa lame.

Plic

Le sang dégoulinait de l’épée.

Ploc

Les gouttes tombaient à intervalle régulier sur le sol, brisant le silence environnant de la cavité.

Plic

Aldénaïr s’appuya contre la paroi en se tenant la tête. Pourquoi, bon sang… pourquoi avait-il prit cette décision…

Ploc

Aldénaïr poussa un soupir, et regarda le jeune dragonneau, qui continuait à courir gaiement autour de lui. Le demi-elfe appliqua son gantelet sur l’entaille de son bras droit, et commença à refermer la blessure en diffusant une douce lumière, pour le plus grand émerveillement du nouveau né.

« Qu’est ce que je vais faire de toi, bon sang… »

.

[Vous avez eu un instant de doute, n’est-ce pas ?]
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Noble
 
Messages: 60
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40


Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron