Un héritier gênant

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

Un héritier gênant

Messagepar Altéria » Lun 6 Jan 2020 21:46

Cette histoire conte les péripéties de Déméther Altéria, fils d'Yvain Altéria et frère D'Hera Altéria, un demi elfe pris malgré lui dans les rouages du pouvoir.

[Si vous souhaitez en savoir plus sur les Hauts Elfes de Lumière, et en particulier l'organisation des Mages de Lumière, leur description se situe dans le rp d’alliance des « protecteurs de Jade », dans l’onglet « (LHEL) Les Hauts Elfes de Lumière »]


1. Prologue - Un pouvoir sans partage

.
Cela faisait à peine trois ans qu’Hera était montée sur le trône. Descendante des elfes, descendante des chevaliers d’antan, descendante… des cavaliers pourpres. Ce dernier détail n’avait pas manqué de gêner son ascension. Mais faute d’autres descendants, faute d’autres prétendants, Hera monta sur le trône. En l’espace de quelques mois, elle réduisit drastiquement l'influence de ses conseillers afin de renforcer son règne, et fit rapidement taire toute velléité d’opposition, n’hésitant pas à se servir au besoin de la guilde des assassins de la Rose Rouge.

Hera prenait goût au pouvoir, mais les murmures lui parvenaient toujours, et elle ne put bientôt plus faire fît de la menace que représentait son petit frère, Déméther Altéria, pour le pouvoir qu’elle désirait pour elle seule. Trois ans après sa prise de pouvoir, elle envoya Déméther dans le complexe des Mages de Lumière. Elle savait qu’il n’avait que peu d’affinité, et promit secrètement à la secte un appui plus important s’ils acceptaient le potentiel rival parmi eux.

En temps normal, Déméther n’aurait jamais eu la puissance magique nécessaire pour entrer dans la secte. Le test d’entrée fut donc truqué, et Déméther se vit condamné à vivre une vie restreinte loin de tout.

Ce jour-là, Yvain se rendit compte de la soif de pouvoir grandissante de sa fille, mais ne put malheureusement pas empêcher l’isolement de son fils. Au moins se consolait-il en se disant que Déméther n’était plus à la portée d’Hera…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

2. Un néophyte méprisé

Messagepar Altéria » Lun 6 Jan 2020 21:51

Déméther fut projeté en arrière, et ses côtes heurtèrent violemment le sol froid. Il se releva avec peine, sous les rires de ses camarades.

« Un an que tu es là, et tu te fais battre par des nouveaux venus… C’est pathétique, j’en attendait plus d’un descendant du fondateur de la secte. »

Déméther serra les dents et incanta en tendant sa main en avant. Le projectile de lumière se dirigea vers son opposant, qui n’eut aucune peine à le dévier. L’elfe incanta à son tour, une boule de lumière se dirigea vers Déméther et passa sans difficulté les défenses magiques de l’elfe. Celui-ci eut juste le temps de se protéger avec ses avant-bras, et s’écrasa à nouveau sur le sol.

Le néophyte qui lui faisait face eut un sourire narquois, et incanta une nouvelle fois en direction de son adversaire, qui peinait à se relever.

Déméther ferma les yeux mais le trait ne l’atteignit pas. Le mage qui faisait office d’examinateur venait de se placer devant lui et venait de dissiper le sort qui lui était destiné. Déméther leva les yeux en direction du mage, et ne put y lire que du mépris pour sa faiblesse apparente. Le mage s’écarta et se mit à parler froidement.


« Sélérion, ça suffit. Le combat est terminé, tu deviens officiellement apprenti, comme les autres. Quant à toi Déméther… tu as échoué au test. Tu pourras retenter ta chance dans un an. »

Déméther serra les dents et se releva péniblement. Sans attendre, il déambula dans les couloirs et se dirigea vers l’alcôve qui lui servait de chambre. Il referma la porte derrière lui et sans attendre, frappa la pierre de toutes ses forces avec son poing en serrant les dents de rage. Il sentit les os de sa main vibrer sous le choc, alors qu’il sentait la tiédeur du sang dégouliner sur son avant-bras.

Déméther resta ainsi de longues minutes, ressassant cette épreuve à laquelle il venait d’échouer pour la deuxième fois. Il était faible. Il n’avait que peu de magie, et il en était conscient, tout comme il savait qu’il n’aurait jamais dû être accepté ici. Il haïssait sa sœur, celle qui lui avait tout enlevé. La lumière du jour, sa famille, ses amis… elle était seule responsable de son malheur. Il dépérissait à petit feu, et il refusait de se résigner à passer le restant de ses jours assigné sous terre, dans un monde qui n’était pas le sien.

« Si tu crois que je resterais pourrir ici Hera, tu te trompe lourdement... »

La douleur le ramena bientôt à la réalité. Il se dirigea vers un petit coffret, d’où il sortit bandages et onguents. Il avait pris l’habitude de soigner lui-même ses blessures, bien qu’il aurait pu faire appel à un mage expérimenté pour les guérir par magie. Mais, autant qu’ils le méprisaient pour sa faiblesse, il les méprisait pour ce qu’ils étaient et refusait de s’abaisser à demander leur aide.

Déméther releva sa tunique noircie et appliqua l’onguent sur les brûlures de ses avants bras en grimaçant. Déméther avait abandonné depuis longtemps l’idée de gagner en puissance magique. C’est à peine s’il pouvait utiliser des sorts de base. Aussi essayait-il de compenser ce manque en s’évertuant à forger son corps, s’imposant un entraînement strict chaque jour.

Déméther s’étendit sur son lit, la main sur son front. Il n’avait toujours pas abandonné l’idée de sortir d’ici, mais la sortie était trop bien gardée pour qu’il ait une chance de fuir. En un an, il n’avait trouvé aucun passage dérobé, aucune issue. Alors son seul espoir était de s’enfoncer plus profondément dans le complexe, à la recherche de quelque chose qui pourrait le rendre plus puissant, qui pourrait l’aider à s’enfuir…

S’il ne pouvait augmenter de rang, alors il lui faudrait trouver un autre moyen d’y accéder, d’une manière ou d’une autre…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

3. L'appel

Messagepar Altéria » Sam 11 Jan 2020 15:05

Déméther regardait le plafond de son alcôve, perdu dans ses pensées.

Le complexe des Mages de Lumière jouxtait la cité. Mais malgré la courte distance qui les séparaient de la civilisation, les mages étaient comme coupés du monde extérieur. Quelle ironie quand on y pensait… des mages de lumières qui, pour la plupart, n’avaient plus vu la lumière naturelle depuis leur arrivée…

Jour, nuit… ici-bas, il n’y avait pas de tel cycle. Chacun avançait et se reposait au rythme qu’il s’était défini. Après tout, le temps n’avait que peu d’importance pour les elfes. Et pourtant… Trois ans. Cela faisait déjà trois ans qu’il était présent ici. Chaque jour de plus qu’il passait ici était une corvée, chaque jour était une insulte qui lui était adressée, chaque jour lui rappelait encore et encore l’injustice qui lui était faite.

A quoi bon s’acharner à progresser ? Même avec tous les efforts du monde, on ne pouvait pas créer un potentiel qui n’existait pas. Il resterait à jamais dans le bas de la hiérarchie. En l’espace de trois ans, il n’avait même pas atteint le rang de disciple de lumière, là où d’autres mettraient moins d’un an. Et c’était là le maximum qu’il pouvait espérer.

Déméther se retourna en fermant les yeux. Pendant plusieurs heures, il changea sans cesse de position, incapable de trouver le sommeil. Dans un état semi réveillé, les images se bousculaient dans sa tête. Les images de sa sœur détestée, de ses parents qui l’avaient laissé pourrir ici. Il se voyait bloquer dans une pièce emplie de lumière, sans aucune échappatoire. Puis dans ce rêve étrange, il vit une porte, sombre, qui tranchait avec la lumière aveuglante de la salle… Il s’approcha lentement. Une sensation étrange le poussait vers cette porte, qu’il effleura de la main. La porte s’ouvrit. La lumière s’engouffra dans l’ouverture, comme absorbée, plongeant dans le même temps la pièce dans le noir. Déméther entra, ses pas le menant vers l’étrange objet qui se trouvait en son centre. Celui-ci scintillait dans la pénombre, et lui semblait familier, comme s’il l’avait toujours attendu. Sa main s’approcha et…

« Déméther ! Encore en train de dormir ? »

Déméther se réveilla en sursaut et ses yeux clignèrent plusieurs fois, essayant de se remémorer l’objet de son rêve, avant de poser son regard sur le visage souriant et moqueur de son ami qui venait d’ouvrir l’alcôve.

« Aaran ? Qu’est-ce que tu fiches ici ? »

« C’est pas tous les jours qu’un Haut Mage de lumière tente la cérémonie de passage ! »

« C’est aujourd’hui !? »

Déméther se leva précipitamment, et enfila sa robe d’apprenti en vitesse.

« Dépêche-toi, on est en retard. »

Déméther suivit l’elfe dans le couloir, finissant d’ajuster son habit. Aaran était l’un des seuls avec qui il s’entendait. A l’inverse de lui, on ne l’avait pas forcé à rejoindre la secte, c’était tout le contraire. Aaran était autrefois un orphelin sylvain de son âge, qui n’aurait pas survécu dans les bas-fonds de Lythélia, ou qui aurait finit par mal tourner. Nourri, logé, respecté pour son potentiel, il avait tout pour s’épanouir comme il le souhaitait ici. Tout les séparait finalement, leurs origines, leurs motivations, leurs… talents. Déméther se demandait encore comment il avait fini par se lier d’amitié avec le sylvain. Déméther fut tiré de ses pensées, et posa les mains sur ses tempes tout en suivant Aaran. Le réveil avait dû être trop brutal, la migraine lui martelait le crâne.

Déméther et Aaran rejoignirent le grand hall du premier cercle. La cérémonie de passage pour le rang de Technomage était un événement rare. Il s’agissait de la plus haute strate de la secte, le titre auxquels tous les mages rêvaient d’accéder. Celui qui réussissait était alors à même de contrôler la secte dans son intégralité, et sa puissance magique était certaine de décupler. Malgré tout, les Hauts mages avaient tendance à garder leurs positions sans tenter le rite, car si la récompense en valait la peine, les risques associés étaient démesurés…

Des milliers de mages s’étaient rassemblés pour l’événement : Néophytes, disciples, mages… Déméther bouscula plusieurs personnes en s’approchant du centre, s’attirant quelques bougonnements de mécontentement. Il arriva bientôt à la limite de la foule, au centre, tout en bas d’un promontoire de quelques mètres. Sur celui-ci le Haut mage prétendant au titre de Technomage attendait, concentré. La foule s’écarta pour laisser passer les trois autres Hauts Mages qui composaient le troisième cercle, et qui amenaient l’artefact qui allait servir à la cérémonie. Les Hauts Mages grimpèrent les quelques marches du promontoire avec le coffret, qu’ils posèrent avec précaution à côté du prétendant. Ils ouvrirent le coffret, et s’écartèrent. Déméther aperçut alors le gantelet du fondateur. Celui qui avait été porté par tous les autres Technomages. Il ferma les yeux un instant, sa migraine s’accentuant.

Le Haut mage s’avança, adressa une prière à Adonysia, prit le gantelet doré et l’enfila à sa main gauche. Il sembla lutter pendant plusieurs minutes, puis sourit. Il se mit face à la foule et leva le poing d’un air victorieux. Les mages commencèrent à l’acclamer, un nouveau Technomage voyait le jour.

Puis le Haut mage fut pris d’un tremblement. Son sourire se transforma peu à peu en rictus de terreur. Il hurla de douleur et tenta d’enlever le gantelet, en vain, alors qu’une odeur de chair brûlée emplissait la salle. L’elfe fit quelques pas en arrière en se tordant de souffrance, puis son regard se vida de toute vie et il chuta du promontoire. Le corps tomba aux pieds de Déméther et des autres mages qui l’entouraient. Ceux-ci s’écartèrent avec effroi, mais Déméther resta planté là. Sa tête lui faisait mal, au point qu’il sentait que son crâne pouvait exploser à tout moment. Ses yeux se posèrent sur le corps sans vie et le gantelet. Il s’en souvenait maintenant, c’était de ça qu’il avait rêvé… Il se sentait comme attiré par toute la puissance qu’il pouvait sentir dans ce seul objet.

Il tendit la main, comme dépourvu de toute volonté propre. Avant qu’il ne s’en rende compte, elle se posa sur l’artefact…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

4. Le réveil

Messagepar Altéria » Lun 13 Jan 2020 19:19

.
Au moment où Déméther posa sa main sur le gantelet, il se sentit comme coupé du monde réel. C’était comme dans son rêve… il était seul dans un endroit vide, baigné de lumière, loin de tout. La seule chose qu’il pouvait voir, c’était l’ombre omniprésente qui entourait cet espace éclairé.

Le demi elfe était subjugué par la puissance qu’il pouvait ressentir… et en était tout autant terrifié. L’ombre autour de lui sembla remarquer sa présence. Un frémissement la parcourut et elle commença à se rapprocher. Comme mue par une soif insatiable, elle avançait inexorablement vers lui en enveloppant de ténèbres la clarté vacillante de son être.

Tout les sens de Déméther lui criaient de fuir. Il chercha du regard une échappatoire, mais quel que soit l’endroit où ses yeux se posaient, l’ombre était présente. Alors qu'elle n'était plus qu’à quelques mètres de lui, l'ombre se déforma, et sembla prendre une vague forme d’être humain. Elle s’extirpa de la masse sombre environnante et parcourut en quelques pas la distance qui les séparait. Sous la pression et la peur, les muscles tétanisés de Déméther refusaient obstinément de faire le moindre mouvement. L’ombre s’arrêta près de lui, il pouvait sentir toute la malveillance qui s’en échappait. Le demi elfe entendit comme un chuchotement lointain.

« Laisse-moi te prêter un peu de ma puissance… mon descendant. »

L’ombre lui prit la main, Déméther hurla de douleur sans pouvoir se dégager de son emprise. Alors que son bras tout entier le brûlait de l’intérieur, il fut brutalement ramené à la réalité.

***

Lorsqu’Aaran avait vu son ami toucher le gantelet, il avait eu un instant d’hésitation. Mais lorsqu’il entendit Déméther hurler de douleur, son sang n’avait fait qu’un tour et il s’était jeté en avant, plaquant Déméther au sol, rompant dans le même coup son contact avec le gantelet.

Aaran se pencha sur le corps de Déméther, qui avait perdu connaissance. La scène n’avait duré qu’un instant, et pourtant… L’intérieur de la main gauche de Déméther était brûlée au troisième degré, et s’était en partie propagée à son avant-bras.

Certains mages récupérèrent le gantelet pour l’enfermer à nouveau dans le coffret, en prenant bien soin de ne pas le toucher. Dans le même temps, d’autres s’approchèrent de Déméther et tentèrent de le soigner par magie, mais celle-ci resta inefficace. Ils se résignèrent donc à le porter jusqu’à son alcôve, sous le regard impuissant d’Aaran.
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

5. Ascension

Messagepar Altéria » Mar 14 Jan 2020 19:30

.
Hera projeta rageusement un vase au sol.

« C’est impossible ! On m’avait affirmé qu’il n’avait aucun potentiel ! Il y a deux ans, Déméther était aux limites de la mort. Et maintenant, il a réussi à se hisser au sommet de cette maudite secte !? Damnés soient les mages de lumière pour m’avoir dupé de la sorte, ils me le paieront ! »

L’elfe encapuchonné, porteur des mauvaises nouvelles, resta silencieux. Hera, elle, faisait les cent pas en essayant de trouver une solution.

« Pire, il a réussi leur fichue cérémonie… il était sensé croupir le reste de ses jours là-bas, pas gagner en influence et en pouvoir ! »

La souveraine frappa la table avec fureur, continuant son monologue.

« Et comme si ça ne suffisait pas, tu m’apprends qu’il va rencontrer les conseillers que j’ai renvoyé… il va les retourner contre moi, c’est certain. »

Hera reprit soudainement son calme, et souffla en fermant les yeux. Elle se tourna ensuite vers l’elfe, le fixant avec froideur.

« Faites ce que vous avez à faire. »

L’elfe s’inclina et porta la main vers son cœur en guise de respect, proche de la broche forme de Rose qui fixait sa cape.

« Dame… »

L’elfe fit quelques pas en arrière, puis se releva en se retournant, sortant de la salle du trône…

***

Ydélias marchait dans la nuit, avec pour seule lumière la petite lanterne qu’il tenait d’un bras, resserrant son manteau de l’autre pour affronter le froid glacial.

Ydélias était autrefois conseiller du trône. Au début, il pensait qu’Hera ferait une bonne dirigeante, mais il avait sous-estimé sa soif de pouvoir. Lui et les autres conseillers avaient vite déchantés. En l’espace de quelques jours, leur pouvoir était devenu inexistant, et en seulement quelques semaines, ils avaient dû démissionner de leurs postes les uns après les autres… Depuis, l’elfe s’était rangé, mais il lui arrivait de passer ses soirées en taverne. Et c’était là-bas qu’on l’avait contacté.


L’elfe s’arrêta, sortit le petit bout de parchemin et vérifia l’adresse. Pas de doute, ses pas l’avaient bien mené jusqu’au lieu de rendez-vous. Les mots que lui avaient murmuré l’inconnu en lui glissant le bout de parchemin avaient attisé sa curiosité, mais ils avaient le mérite d’être clair : « Voulez vous récupérer votre place ? »

L’elfe hésita un instant, puis poussa les portes de la pièce. Le manoir était assez impressionnant. Il fut surpris de retrouver tous les autres conseillers, rassemblés dans le grand hall, richement orné. Des escaliers en marbre menaient à un étage ouvert qui donnait sur le hall. Mais il était plus surpris encore de voir la personne qui trônait au milieu des conseillers.

« Sire… Déméther ? »

Le demi elfe lui adressa un sourire en écartant les bras en signe de bienvenue. Ydélias ne put que remarquer le changement d’apparence du garçon. Il ne ressemblait en rien au petit garçon de 16 ans qu’il était alors. En seulement 5 ans, il avait tant changé… ses cheveux avaient blanchi, ses yeux avaient pris une teinte dorée, et un gantelet métallique recouvrait désormais son bras gauche.

« Alors les rumeurs disaient vrai, vous avez bien réussi à prendre le contrôle de la secte… et je suppose que nous ne sommes pas ici pour une simple visite de courtoisie ? »

Déméther hocha la tête avec un sourire impassible.

« En effet, vous devez vous douter de la raison pour laquelle je vous ai réunis ici. »

Ydélias secoua la main en signe de déni, parlant au nom des autres conseillers.

« Je n’ai pas envie de placer un nouveau tyran sur le trône, votre seule présence ici nous prouvent que vous ne vous satisfaisez pas de secte des mages… Vous souhaitez que nous vous aidions à récupérer le trône pour vous-même, mais qu’est-ce qui vous fait croire que nous appuierons votre demande ? »

Déméther s’approcha d’Ydélias avec un sourire et lui murmura à l’oreille :

« Pour être honnête, je ne suis pas vraiment prêt à partager le pouvoir, que ce soit Hera ou des conseillers… »

Ydélias fut surpris de la réponse de Déméther.

« Mais alors, je ne comprends pas… pourquoi nous avoir fait ve… ? »

Un bruit de claquement raisonna dans l’air. Ydélias recula, surpris par le trait d’arbalète qui s’était fiché dans sa poitrine.

« Je… »

Ses yeux se révulsèrent, et il tomba en arrière. Les assassins sortirent de leurs cachettes et s’alignèrent sur la rambarde de l’étage. D’autres bruits sourd raisonnèrent dans la pièce, et les conseillers furent criblés de traits meurtriers. Les traits d’arbalète qui visaient Déméther se heurtèrent à un mur invisible, et ricochèrent.

Déméther murmura quelques mots, et une sphère de lumière s’abattit sur le groupe d’assassins. La plupart des elfes moururent brûlés vifs sur le coup, mais leur chef eut la présence d’esprit de sauter par-dessus la rambarde esquivant de peu la magie de sa cible. Il dégaina une dague et se rua sur le mage. Déméther dévia la lame de son gantelet, et saisit son adversaire à la gorge, le soulevant du sol.

« Enflure… si tu savais… que nous allions… venir… pourquoi as-tu… laisser les conseillers… se faire tuer ? »

Le visage de Déméther prit un air navré.

« C'est une terrible tragédie, vraiment. Envoyer des assassins tuer ses anciens conseillers, ainsi que son frère… je suis sûr que le peuple sera affreusement déçu lorsqu’il apprendra la nouvelle. »

L’assassin le foudroya des yeux avec rage, et Déméther referma l’étreinte de son gantelet dans un craquement sinistre, un rictus de satisfaction malsaine déformant son visage…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

6. Qui es-tu vraiment ?

Messagepar Altéria » Mer 15 Jan 2020 19:10

.
Les rumeurs ne mirent pas longtemps à circuler. Hera Altéria avait employé la guilde des assassins de la Rose rouge pour faire assassiner ses anciens conseillers, ainsi que le chef de la secte des mages de lumière, son propre frère. Par chance, Déméther Altéria aurait survécu de justesse à l’affrontement, ce qui n’était pas le cas des conseillers…

Comme une flamme dans une poudrière, cette nouvelle détonna dans toute la cité. Il ne fallu pas longtemps pour que le peuple se mobilise : Hera était allée trop loin. Appuyé par l’influence de la secte des mages, le peuple lythélien se dirigea vers le Capitole, centre névralgique de Lythélia. L’armée se garda d’offrir une quelconque résistance, ne pouvant se résoudre à prendre les armes contre son propre peuple, et ne sachant plus où sa loyauté devait aller.

La salle du trône fut retrouvée vacante : Hera avait fui, probablement avec l’aide de loyalistes et de la guilde des assassins. Quand bien même, la question était alors de choisir un successeur : mais qui pouvait bien reprendre le pouvoir ? Les conseillers, personnalités les plus éminentes du royaume, avaient trouvé la mort, et il fallait un héritier au trône.

Les regards se tournèrent donc vers Déméther, celui qui était parti de rien et qui avait tant progressé, celui qui était un membre de la famille régnante, celui qui était au-delà de tout soupçons… C’est avec humilité qu’il accepta de prendre la place qu’on lui offrait, il serait celui qui offrirait à Lythélia un nouvel âge d’or.

Pour tous, il était Déméther, descendant des Altéria, Technomage et héritier légitime du trône…

***

Au milieu de la foule en liesse, Aaran observait en silence le couronnement de Déméther. Le sylvain se mordilla la lèvre en voyant le visage souriant de Déméther. Il tourna les talons, ne souhaitant pas assister plus longtemps à la cérémonie.

Aaran n’avait pas vécu longtemps au côté de Déméther, mais ce temps avait été plus que suffisant pour qu’ils se connaissent l’un l’autre. Ce n’était pas normal. Rien dans cette histoire ne collait. Ce n’était pas normal. Depuis ce fameux incident…

Lorsque Déméther s’était brûlé, un an auparavant, il était resté plusieurs jours dans l’inconscience. Lorsqu’il s’était réveillé, c’est à peine s’il l’avait reconnu… il s’était mis à changer ses habitudes, sa manière d’agir, ses idées... Il n’était plus lui-même.

Et son comportement n’’était pas la seule chose qui avait changé. Du jour au lendemain, son potentiel magique avait changé du tout au tout, et le néophyte était devenu plus puissant que les Hauts mages eux-mêmes. Pour la plupart des mages, il avait été béni par Adonysia… quelle bande d’imbéciles finis.

Mais ce n’était pas la chose la plus étrange. Même s’il avait essayé de le lui cacher, Aaran s’était aperçu que Déméther disposait d’un excès de connaissances. Avant de progresser dans la hiérarchie, Aaran l’avait vu s’entraîner à jeter des sorts qu’il n’aurait pas dû connaître. En un temps record, il était devenu Haut mage. La semaine d’après, il invoquait le droit de passer le rituel de passage, et le réussissait sans complications.

Et maintenant ? Avant qu’il ne soit nettoyé de fond en comble, Déméther était allé voir le manoir où les assassins avaient tué les conseillers. L’endroit même Déméther avait « réchappé de justesse à l’attaque ». Foutaises… depuis qu’il avait gagné en puissance, aucun mage de Lythélia ne pouvait le surpasser, ce n’était pas quelques assassins de bas étage qui auraient pu menacer sa vie. Pire encore, il aurait dû être à même de sauver facilement les conseillers.

Tout en ruminant ses idées noires, il sortit du Capitole, regarda vers le haut, et son regard se perdit dans l’immensité bleuté qui s’étendait au-dessus de lui. Depuis qu’il était devenu mage, il était à nouveau libre de ses mouvements, il avait oublié la splendeur du ciel. Le temps était parfait, aucun nuage ne venait perturber le ciel ensoleillé. C’était le signe avant-coureur que la tempête s’annonçait… Aaran soupira, et lança en direction des cieux la question qu’il gardait pour lui-même.

« Déméther, qui es-tu vraiment ? »

***

La cérémonie avait finalement pris fin, les gardes firent sortir les derniers invités avant de les suivre et de fermer les imposantes portes derrière eux, laissant leur dirigeant seul pour récupérer des festivités qui avaient suivi son couronnement.

Déméther grimpa quelques marches, et se laissa tomber sur le trône, éreinté. Il étendit son bras droit et son gantelet sur les accoudoirs. Le trône… cela faisait longtemps. Il jeta un œil par les fenêtres. Le crépuscule approchait. Les nuages commençaient à s’accumuler dans le ciel, le temps virait à l’orage.

Le visage de Déméther se défit de son masque de sérénité habituel, et il esquissa un sourire mauvais. Il était temps de rattraper le temps perdu…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

7. Si proche du but…

Messagepar Altéria » Jeu 23 Jan 2020 03:06

Malgré les années qui continuaient inexorablement de passer, Aaran n’avait pas abandonner. A Lythélia, il avait trouvé un échange de lettres intéressant entre Aldénaïr Altéria et Eledhwen Galyfreya. Il avait appris qu’Aldénaïr avait lutté pour garder le contrôle sur lui-même… en supposant que Déméther avait été confronté au même problème, il avait probablement succombé à l’influence du gantelet, quelle qu’elle soit.

Il avait alors entrepris un voyage pour Bourg Galyfrey, afin de confirmer ses soupçons. Aaran avait rejoint le continent par bateau, puis il s’était aventuré dans la forêt elfique. Bien sûr, il ne savait pas comment il allait pouvoir les convaincre de le laisser accéder à leurs archives, mais il trouverait bien un moyen…

Au sortir de la forêt, le sylvain s’arrêta dans une taverne. Aaran réfléchissait en mangeant. La route prendrait quelques semaines, d’ici là il avait tout le temps de penser à la manière de les en persuader. Le fait qu’il s’agisse d’un individu de leur propre sang ? Bah, ils ne le croiraient probablement pas. Missionné pour un recueil ? Il n’avait aucun document, et si les Galyfreya envoyait une missive de confirmation à Lythélia, autant dire que sa vie ne vaudrait plus grand-chose quand Déméther ou… autre chose… l’apprendrait.

Il commençait à se faire tard… Aaran paya son repas, et décida de louer une chambre dans une auberge à proximité, la route était encore longue et il allait besoin d’être en for…
La vision de l’elfe s’obscurcit alors qu’un sac lui enserra soudainement la tête. Il se débattit quelques secondes avec vigueur, puis il reçut un violent coup sur le crâne, et tomba dans les limbes de l’inconscience…


***

Aaran se réveilla dans une pièce exiguë, seulement éclairée par la lumière vacillante d’une bougie. L’elfe, qui était ligotté à une chaise, essaya de déterminer ce qui avait pu se passer. On l’avait enlevé, mais il devait encore se trouver dans l’auberge, le décor environnant était trop familier. Avait-on trouvé l’objet de ses recherches ? Avait-il été trop indiscret. Aaran tira sur ses entraves pour essayer de se libérer, mais ne fit qu’accentuer la pression du nœud. Il lui était impossible d’utiliser la magie dans cette position. Il sursauta en entendant une voix féminine derrière lui.


« Qui t’envoie ? Non pas la peine de répondre, ça ne fait aucun doute. Dis-moi seulement comment tu m’as retrouvé et tu ne souffriras pas avant de mourir. »

Aaran déglutit. Ainsi, il ne s’agissait pas de Déméther ou ses sbires ? Difficile d’être rassuré pour autant.

« Je suis juste en voyage en direction de Bourg Gal… »

Avant qu’il ne puisse finir sa phrase, Aaran se prit un coup de poing dans la mâchoire, emplissant sa bouche d’un goût cuivré. La femme avait parcouru la distance qui les séparait en un instant. Elle se pencha vers lui avec un visage menaçant.

« Ne me mens pas ! Tu es là pour me tuer, n’est-ce pas !? Qu’est ce qu’un mage de lumière ferait si loin de la cité autrement ? »

Aaran écarquilla les yeux en reconnaissant Hera Altéria, la dirigeante déchue.

« Je… je… non, je ne suis pas là pour vo… »

Un autre coup de poing jaillit vers son ventre, lui coupant sa respiration. Aaran toussa en tentant de reprendre son souffle. Hera lui agrippa le menton et plongea ses yeux dans les siens.

« Je répète ma question : comment m’a tu retrouvé ? »

« Je ne suis pas à votre recherche ! Je le jure sur ma vie ! Je veux accéder aux archives des Galyfreya, pour en savoir plus sur le gantelet que porte Déméther ! »

Hera, fixa tour à tour son œil droit et son œil gauche, cherchant à déceler le mensonge.

« Donc tu travailles pour lui ? »

« Par les dieux non ! Il me ferait exécuter s’il savait ce sur quoi je travaille… j’ai des raisons de penser que Déméther… n’est pas Déméther. Enfin si, c’est bien lui, mais il est probablement contrôlé ! »

« Tu te fiches de moi !? »

« Non ! Je sais que c’est… dur à croire… et seulement une hypothèse… que je n’ai pas encore confirmé… »

Hera leva le poing une nouvelle fois, et Aaran ferma les yeux par réflexe. Il attendait le coup, mais il n’arriva jamais. Il entendit à la place les pas s’éloigner et rouvrit alors les yeux. Hera passa la porte et claqua la porte derrière elle. Aaran lâcha un soupir de soulagement. Bon sang, dans quoi s’était-il embarqué…

***

Hera était sceptique, mais elle n’avait pourtant pas décelé les mensonges dans les paroles du sylvain. Allons bon, Déméther serait possédé ?

Lorsqu’Hera descendit les escaliers, les bruits cessèrent. Une vingtaine de regards se tournèrent vers elle, dans l’attente d’une réponse. Hera jaugea les elfes en habit noir du regard. Toute la guilde des assassins de la Rose rouge ne l’avait pas suivi, mais ceux qui étaient présents ici comptaient parmi les plus fidèles.


« On poursuit le plan. »

Les assassins acquiescèrent et se levèrent, récupérant armes et protections. Il était temps de bouger, et les jours à venir allaient être décisifs…
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

8. Invité manquant

Messagepar Altéria » Ven 24 Jan 2020 23:03

Aaran avait été contraint de suivre Hera et ses subordonnés. Au moins, il pouvait s’estimer heureux d’être encore en vie… Le sylvain observa les hommes qui l’accompagnaient. Vingt soldats… non, il en comptait trente en tout, tous des assassins de la guilde de la Rose rouge, à en juger par leur insigne. Aaran tourna la tête vers l’elfe le plus proche.

« Où allons-nous au juste ? »

L’elfe ne dédaigna pas lui répondre, continuant sa route sans même lui répondre. Aaran haussa un sourcil. Bon, ce n’est pas comme s’il pouvait tirer quelque chose d’eux, mais au moins avait-il essayé.

Leurs chevaux s’enfoncèrent dans la Forêt de Jade, sans qu’Aaran n’en sache plus sur leurs intentions. Après plusieurs dizaines de lieues, Hera, qui était en tête de file, leva la main en signe de halte. Les elfes de la guilde descendirent de leurs chevaux, et les attachèrent aux arbres environnants. Aaran descendit à son tour. Les elfes autour de lui sortirent arbalètes, carreaux, dagues et épées courtes. Ce détail le dérangeait… ils portaient tous plus d’équipement qu’à l’accoutumée, comme s’ils se préparaient pour la guerre…

Le groupe se remit en route à pied, marchant encore sur plusieurs centaines de mètres. A mesure qu’ils avançaient, Aaran sentait monter la tension. Ils avaient dû laisser leurs chevaux en arrière pour être plus discrets. Avant qu’il ne s’en rende compte, il ne voyait plus que deux assassins autour de lui, restés pour le surveiller probablement. Les autres s’étaient dispersés en se fondant dans les frondaisons. Aaran murmura pour lui-même :


« Dans quelle galère je me suis embarqué, moi ? »

***

Quelques jours plus tôt, Déméther avait reçu une missive. Un sommet important allait se tenir entre elfes et chevaliers. Déméther afficha un petit sourire. Il était temps de reprendre la main sur les affaires politiques…

Déméther était escorté par une cinquantaine de soldats de sa garde rapprochée ainsi que quelques mages. Après avoir débarqué sur le continent, la troupe s’était mise en marche à travers la Forêt de Jade, par laquelle ils devaient passer pour atteindre le huis-clos.
Déméther arrêta sa monture et leva la main.


« Halte ! »

La troupe s’arrêta sans comprendre, et les soldats au sol portèrent leurs regards vers lui.
Quelque chose n’allait pas. La forêt était trop calme. Et surtout, il avait cette sensation qu’il n’avait que trop souvent connu dans sa vie précédente.

Le déclic des arbalètes s’enclencha. Une pluie de traits s’abattit sur le flanc gauche de la troupe, emportant une dizaine de gardes sur le coup. Déméther déploya sa magie pour bloquer les projectiles qui le ciblaient. Le mage qui chevauchait à ses côtés n’eut pas ce réflexe et tomba au sol, la gorge transpercée.

Les soldats tentèrent de former un mur de bouclier, mais de nouveaux déclics se firent entendre. Cette fois, les carreaux d’arbalète jaillirent du côté gauche de la forêt et vinrent se loger dans les omoplates de ceux qui lui tournait le dos. La monture de Déméther s’effondra, transpercée elle aussi, et le souverain tomba au sol. Il mit quelques instants à se relever, sa garde le protégeant du mieux qu’ils le pouvaient.

Le visage de Déméther avait changé du tout au tout, affichant un sourire de joie malsaine. Ainsi, on osait le défier ? Il regarda autour de lui, les pertes ne faisaient qu’augmenter à mesure que le temps passait. Défendre ne servait à rien.

Déméther tendit son gantelet en avant et incanta. Une boule de lumière fut projetée vers le flanc droit, détonnante. Elle embrasa le bois précieux, pourtant résistant aux fortes chaleurs, brisa les troncs des arbres majestueux. Un assassin dévala la butte dans un cri de douleur, les flammes omniprésentes sur son corps. Il fut reçu par trois lances, qui le transpercèrent de part en part. Alors que Déméther se satisfaisait de sa performance, un carreau vint se loger dans son épaule.

Le souverain réprima un de douleur, et redéploya sa barrière magique. Il lança un regard haineux vers l’autre côté et hurla.


« Rompez les rangs ! »

Les soldats abandonnèrent la formation et se jetèrent à l’assaut. Parmi ceux qui escaladèrent la butte, six furent abattus à mi-chemin. Les autres tentèrent d’engager le combat, mais leur ennemi restait invisible… Une nouvelle volée s’abattit. Ceux qui y survécurent regardèrent vers le haut, et perdirent tout espoir. Leur ennemi était perché dans les arbres, inatteignables. Ils armèrent leurs arbalètes. Les gardes survivants levèrent leurs boucliers, attendant la mort qui allait les cueillir. Une vive lumière fendit l’air. Les soldats reprirent espoir quelques secondes, jusqu’à ce que le souffle de l’explosion qui résulta de l’impact les atteignent eux aussi…

***

Seul un cercle concentrique était encore intact autour de lui. La magie qu’il avait déployée avait brûlé tout le reste sur plusieurs dizaines de mètres. L’elfe regarda en direction du brasier. Cette dernière attaque, espérait-il, avait dû venir à bout du gros des assassins. Mais il en restait peut-être dans les environs…

Déméther haletait. Il aurait dû être capable d’utiliser encore bien plus de puissance magique avec le gantelet, même avec ce corps sans potentiel. Ce jeune garçon était un hôte parfait… une coquille vide de magie qui n’avait pu opposer aucune résistance. Et le fait qu’il soit de son sang avait facilité leur… compatibilité.

Pourtant, ce corps qu’il avait emprunté avait un défaut : il ne pouvait pas tenir le choc, il le sentait. En l’espace de seulement quelques années, alors qu’il utilisait sa magie, il s’était détérioré de l’intérieur, ne pouvant supporter la charge. S’il n’avait pas été aussi renforcé physiquement, il aurait probablement déjà lâché. Mais même ainsi, quelque chose n’allait pas, il sentait le flot de magie se tarir.

Il jeta un œil au carreau d’arbalète fiché dans son épaule, et jura tout bas.


« Du poison… »

Il se retourna vers le dernier garde encore en vie, qui était resté à ses côtés, couvert du sang de ses camarades tombés.

« Le point de rendez-vous n’est pas loin, va chercher de l’aide ! »

Le soldat s’exécuta, horrifié par le nombre de morts et le comportement de son souverain qui n’avait pas hésité à sacrifier ses gardes. Il se mit à courir en direction du lieu où devait se dérouler le huis clos.

Il retira le trait malgré la douleur. Ne réussissant pas à la refermer par magie, il se contenta de cautériser la plaie dans une grimace de souffrance.

« Sors, je sais que tu es là. »

Hera se rapprocha, marchant d’un pas assuré dans les cendres, réduisant l’espace qui le séparait de sa proie.

« Moi qui espérais te surprendre… »

Déméther tendit le bras vers Hera et incanta, mais rien ne se produisit. Il l’abaissa, exténué. Hera lui offrit un sourire moqueur et cruel.

« C’est ce que la guilde utilise, quand les contrats concernent des mages… tu vas devoir te passer de magie pour un moment, Déméther. Enfin, je dirais plutôt une éternité… »

Hera se jeta en avant, la dague pointée vers le cœur de celui qui lui avait pris la place qui lui revenait de droit, celui qui l’avait humilié en la forçant à fuir. Elle allait terminer ce qu’elle aurait dû faire il y a des années.

Déméther se décala, mais n’esquiva pas la lame. Le fer déchira la chair, ripa sur une côte, et ressortit de l’autre côté. Hera avait sa revanche. Elle releva la tête avec un air victorieux pour fixer celui de Déméther et… elle éprouva subitement une terreur intense, devant le visage carnassier qu’elle avait devant elle, et les yeux à l’aspect doré qui semblait transpercer les siens.

Déméther agrippa l’avant-bras d’Hera avec sa main droite, l’empêchant de retirer la dague, et la saisit à la gorge avec son gantelet.


« Tu pensais que me priver de magie suffirait ? »

Il commença à resserrer son emprise, devant le regard affolé d’Hera, qui lutta quelques instants avant de perdre connaissance. Bien, il ne restait qu’à lui briser la nu…
Déméther ressentit une vive douleur au niveau de son bras. Hera tomba sur le sol, vivante, mais inanimée. Déméther recula de quelques pas, regardant avec surprise son gantelet sur le sol, sectionné au-dessus du coude. Sa vision se brouilla, alors qu’il posait les yeux sur le visage de son agresseur.


« Toi… »

Puis il tomba sur le sol en perdant connaissance.

Aaran laissa tomber l’épée courte sur le sol, choqué par son propre geste. Le sylvain s’agenouilla aux côtés de Déméther et commença à soigner les blessures avec sa magie.
Il parla dans le vide, les larmes commençant à perler sur son visage.


« Pardonne-moi, Déméther, il le fallait ! C’était la seule solution… C’était la seule solution… »

***


Le soldat arriva dans la cour, en piteux état et recouvert de sang.

« De l’aide, j’ai besoin d’aide ! Déméther… notre dirigeant… nous sommes tombés dans une embuscade… de l’aide… dans la forêt… »

Les gardes se regardèrent en silence un instant, puis donnèrent leurs ordres. Le soldat fut pris en charge, et un groupe de cavaliers sortirent au galop. Il n’était peut-être pas trop tard...
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40

9. Epilogue

Messagepar Altéria » Lun 3 Fév 2020 10:17

.
Cela faisait déjà plusieurs jours. Déméther avait été rapatrié à Lythélia, après avoir reçu les premiers soins. La magie prodiguée par Aaran et les mages sylvains avaient à peine suffit à refermer les blessures et maintenir le demi elfe en vie. Lorsqu’Aaran avait été retrouvé, il avait avoué avoir tranché le bras de Déméther. Alors qu’il aurait pu ôter la vie de leur bien aimé souverain, le peuple se demandait pourquoi le sylvain avait commis un tel acte. Lui et Hera furent donc arrêtés et enfermés en attente de leurs sentences. Si Déméther se réveillait, il déciderait lui-même de leur sort. Dans le cas contraire… ils seraient exécutés pour haute trahison…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Toujours inconscient, le demi elfe était allongé sur une table de pierre froide. Le guérisseur, l’un des quatre Hauts mages de la secte, se pencha au-dessus de lui et enleva les bandages imbibés de sang séché de la blessure, qui se remit à saigner. Il esquissa une grimace en voyant son état. Il aurait dû être simple de refermer une blessure comme celle-ci, et les magiciens des sylvains auraient pu la refermer facilement en temps normal, mais… Le Haut mage souleva le tissu, observant d’un mauvais œil la marque noire présente aux abords de la chair sectionnée.

Le Haut mage se concentra, étendit les mains au-dessus de la blessure, et ferma les yeux. Une lumière commença à pulser de ses mains, et les chairs commencèrent à se mouvoir, refermant peu à peu la blessure.


. . . . . . . . Image

La marque noire rendait le processus plus difficile, mais il n’allait pas se décourager pour autant. Il était l’un des cinq plus puissants mages de Lythélia, et le meilleur dans l’art de la guérison. La vie de son souverain et chef de secte dépendait de lui, et il mourrait s’il échouait ici. Des gouttes de sueur commençaient à perler sur son front. Les chairs se rejoignirent, et cicatrisèrent, mais ce n’était pas fini. Le Haut mage commença à réparer la blessure interne, et continua l’exercice de longues minutes durant, prenant soin d’éliminer tout risque d’infection.

Il retira finalement ses mains, reprenant son souffle, éreinté. Après s’être reposé un moment, il passa la main au-dessus de corps, illuminant à nouveau sa paume. Il fit la moue, chagriné par l’état de Déméther, mais le soigner à ce niveau là était hors de ses compétences. Au moins, il survivrait un temps.

Le Haut mage resta à son chevet pendant plusieurs heures, s’assurant de l’état du demi-elfe, jusqu’à ce que Déméther ouvrit enfin les yeux…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Déméther était assis sur le trône. Plusieurs elfes éminents patientaient, et les gardes demeuraient impassibles. Les portes s’ouvrirent, Hera et Aaran entrèrent, traînés par des soldats, les fers enserrant leurs mains.

Déméther regarda les deux prisonniers qu’il avait fait convier, et son visage se durcit. Il se leva, sachant déjà la sentence qu’il allait prononcer. Déméther les observa en silence pendant plusieurs secondes, accentuant la tension dans l’air. Puis, enfin, il prit la parole.

« Hera Altéria, vous êtes coupable d’avoir attenté à ma vie. Vous êtes coupable d’avoir provoqué la mort de quarante-quatre soldats elfiques et de quatre mages de lumière. Vous serez jugé pour haute trahison. »

En face de lui, Hera le regardait avec une expression décidée, prête à affronter la mort. Le souverain se tourna ensuite vers le sylvain.

« Aaran, mage de lumière, vous êtes coupable d’avoir attenté à ma vie. Vous êtes coupable d’avoir sectionné mon bras. Vous serez jugé pour haute trahison. »

Aaran baissa les yeux, le visage blême.

Déméther regarda la foule, qui acquiesçait à ses dires. Tous étaient convaincus que les deux traîtres allaient trouver la mort, restait à savoir de quelle manière. Ils restèrent suspendus aux lèvres de leur souverain, attendant le verdict.

« Hera Altéria, votre sentence est la mort. »

Hera essaya de rester froide et digne, mais elle ne put réprimer le tremblement qui parcourut ses mains.

« Aaran, votre sentence est la mort. »

Aaran regarda le sol, les larmes perlant à ses yeux. Ainsi, il avait échoué. La foule était souriante à l’annonce de l’exécution. Après tout, c’était le sort réservé aux traîtres. Elle commença à applaudir en acclamant leur souverain.

« Cependant… »

Le bruit cessa aussitôt.

« Cependant, Aaran a su amoindrir sa trahison en me maintenant en vie, alors qu’il avait l’occasion de me tuer. C’est pourquoi, en tant que souverain magnanime, j’ai décidé de lui offrir une seconde chance. Il servira donc le trône et les souverains après moi, et ce jusqu’à sa mort. »

La sentence était inattendue, mais la décision semblait juste, et la foule acquiesça, soutenant la décision.

Aaran releva la tête, ne sachant comment réagir. L’espoir et l’émotion le saisirent, et il ne put retenir ses larmes de soulagement.


« Quant à Hera… En tant que garant des traditions, je lui offre le choix de tous les condamnés. Ayant su se démarquer, et le poste étant vacant, c’est en tant que commandante qu’elle pourra choisir de rejoindre la Garde de Lumière, renonçant ainsi à son sang et à son nom pour combattre au nom des Hauts Elfes de Lumière et ainsi racheter ses fautes. »

La foule commença à murmurer, ne comprenant pas que le jugement ait des allures de promotion, puis elle commença à applaudir. Nul autre que leur souverain ne pouvait faire preuve d’autant d’indulgence, il était un modèle de bienveillance qu’ils devraient s’évertuer de suivre.

Hera écarquilla les yeux sous la surprise. Déméther lui sauvait la vie ? Il la sauvait, elle ? Elle tomba à genoux en pleurant, versant des larmes trop longtemps retenues.


« Le jugement est rendu, veuillez disposer. »

Les gardes commencèrent à disperser la foule, qui sortit de la salle du trône.

Ça avait été comme un long rêve, un cauchemar dont il n’avait pu se défaire. Tout ce temps… combien d’années s’étaient il passées au juste ? L’esprit embrumé, il avait vu par les yeux d’un inconnu, il avait vu toutes les atrocités que son corps avait commis sous les ordres d’un autre. Et pourtant, le peuple l’adulait… Maintenant, il avait enfin récupéré le contrôle de sa vie. Déméther regarda par la fenêtre. Quelle blague sinistre. Sa vie n’avait plus aucune saveur. Peut être était-ce le prix à payer pour goûter enfin à la liberté, vingt-six ans après qu’on la lui ait enlevée…

Bientôt seul restait Aaran. Lorsque les gardes l’enjoignirent à sortir, Déméther leva la main.


« Laissez-nous seuls. »

Les gardes s’inclinèrent, et sortirent en refermant les grandes portes derrière eux. Aaran s’approcha, observant Déméther d’un œil nouveau.

« Déméther ? C’est vraiment toi ? Tes yeux, ils sont verts… oui, c’est toi, ils ne sont plus dorés ! »

« C’est bien moi. Merci de… m’avoir tranché le bras… je suppose. »

Aaran prit un air gêné, ne sachant que dire.

« Je… pardon, je n’ai rien trouvé d’autre… »

« Je ne t’en veux pas. »

Aaran s’agenouilla.

« Je jure que je te servirai au mieux, pour les siècles à venir ! »

Déméther regarda Aaran. A l’époque, c’était son ami, et il l’était toujours. C’était seulement grâce à lui qu’il était redevenu lui-même aujourd’hui. Mais sa naïveté l’avait toujours irritée…

« Je doute que ce soit moi que tu serves pour les siècles à venir. »

Aaran releva la tête surpris.

« Je… je ne comprends pas. »

« Mon corps est en lambeaux. »

Déméther tourna la tête vers son bras manquant, en partie masqué par l’ample toge qu’il portait.

« Je ne te parle pas de ça, mais de mon corps. La magie qui l’a parcouru l’a rongé de l’intérieur. Il n’était pas habitué à un tel traitement. Je vivrai quelques dizaines d’années, tout au plus. Le sang elfe qui parcourt mes veines n’y changera rien. »

Aaran, regarda Déméther, surpris par la nouvelle, et triste de l’entendre. Il détourna le regard, gêné.

« Je vois… »

« Tu as d’autres questions ? »

Aaran en avait tant. Qu’avait-il vécu ? Était-il toujours conscient, quelque part, tout ce temps ? Qu’est ce qu’il allait faire désormais ? Il ouvrit la bouche, puis se ravisa en voyant le regard de Déméther. Il n’y voyait rien d’autre qu’un profonde tristesse.

« Je… non. »

« Bien. Tu peux disposer. »

Aaran hésita. Ce n'était pas les retrouvailles telles qu'il l'avait imaginé. Il s’inclina, puis se retira de la salle du trône à son tour. Déméther regarda par la fenêtre, où son regard se perdit. Il était seul désormais. Désespérément seul.
Lignée Altéria
Avatar de l’utilisateur
Altéria
Haute-Noblesse
 
Messages: 103
Inscription: Ven 8 Juin 2018 18:40


Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron