Bataille de la Forêt de Jade

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Zeraorien » Sam 2 Mai 2020 10:12

Partie 1; Avant la bataille (Zeraorien)

Après plusieurs semaine de marches, l'armée de Torrin était enfin arrivé a sa destination. La forêt de Jade ! Mais il fallait d'abord se reposer pour plus d'efficacité pour la bataille. Les soldats ne comprenait pas pourquoi ils étaient si nombreux pour un petit assaut et de plus qui était censé être avec énormément de discrétion. Surtout que 100 000 soldats ne passé pas inaperçu, surtout pendant une longue traversé. Le plan initial aurait-il changé ? Mais les soldats n'avaient pas le temps de se posé des questions puisqu'il devraient monté les tentes pour le campements.

Le soleil c'était couché, après toute une journée de repos, était rassemblé autour d'un grand feu, recevant les instructions d'un colonel qui ne faisait que retranscrire les ordres. Plus loin, les généraux discuter d'un plan d'attaque dans une grande tente illuminé de l'intérieur. Torrin les écoutés parlez, proposant des solutions.


- Je propose d'utiliser nos nécromanciens pour envoyer une première vague d'assaut de marche mort pour ensuite envoyer nos troupes !
- Sa aurait pu être une bonne idée si vous aviez pas oublié que tout au nord et a l'est d'Hédarion, il n'y a aucun marche mort ! Abruti !
- Attaquons dés ce soir ! Nous aurons déjà plus de chance de ne pas ce faire repéré dès notre arrivé dans la grande Forêt !
- Et bien ! Au lieux de nous compliqué la tache, brûlons la cette maudite forêt !
- On ne se serait pas déplacé dans ce cas ! Ne soyez pas stupide ! Cette Forêt est Sacré et est protégé par Adonysia ! Nous ne pourrions pas la brûlé et le courroux de cette déesse serait terrible !

Torrin n'en pouvait plus de ces chamaillerie puérile. Soudain, un des généraux lui posa une question, le coupant de ces pensés.

- Quand pensez-vous mon seigneur ?
- J'ai envoyé des éclaireurs pour surveiller les environs, voir si il ne trouvé pas quelques soldats ennemis par ci par là.... Mais nous attaqueront cette nuit ! Demain serait trop tard. Préparé vos soldats, nous y allons !

Les généraux s'incliner puis sortirent de la tente pour préparer les soldats. Torrin, quand à lui, il mis sont armure doré, et pria. Il n'était plus tout jeune et il n'avait plus la force de sa jeunesse, il ne pouvait plus se battre. Mais il insistait, il voulait participé au combat. Puis il sortit a son tour, monta sur son cheval, redonnant du morale au troupe.

Ils étaient arrivé à l'entrée de la forêt, prêt à une éventuel attaque. Les torches a la main, ils avançaient sans trop où allaient, suivant leur empereur qui connaissait parfaitement le chemin. La lueur de jour apparaissait petit à petit, rendant plus visibles l'armée de Torrin. Ils marchèrent encore quelque minutes et enfin, aux loin, un temple semblait se distingué, ils étaient arrivé a destination. Torrin se retourna vers ses soldats qui le suivait. Il leva sa main et l'abaissa, faisant signe a plus de 5 000 soldats d'attaqué le temple et de les massacrer.



à suivre.....
Dernière édition par Zeraorien le Lun 4 Mai 2020 15:14, édité 7 fois.
Zeraorien
Colporteur
 
Messages: 29
Inscription: Mer 6 Nov 2019 21:32

Partie 1 : avant la bataille (Raevalia)

Messagepar Raevalia » Sam 2 Mai 2020 13:29

Derrière les lignes elfiques, les généraux s’étaient rassemblés autours d’une table non loin de la butte sur laquelle se trouvait le temple. Ahilya attendait patiemment, sa vision nyctalope lui permettait de déceler chacune des expressions sur le visage de ses subalternes malgré le voile fuligineux du ciel. Un mage, Aderial, se trouvait à côté. Il communiquait à distance avec d’autres membres de sa profession répartis au front, et faisaient ainsi passer les informations de ce qui se passait en première ligne. Les Elfes ne comptaient pas attendre que les assaillants progressent dans la luxuriante forêt, et espéraient s’amuser un peu avec leurs proies.

Mes seigneurs, mes dames, impératrice Raevalia, déclara le mage, soudainement concentré, ils viennent d’entrer dans la forêt par l’est.

L’impératrice sourit. L’heure était venue de tester sa tactique. Elle espérait juste que les gorzagh’ ne reviendraient pas de sitôt, car ceux-ci avaient déferlé dans la forêt la veille. Elle n’avait eu le temps de vérifier les défenses, mais tout devrait bien se passer.

Bien, que les archers soient prêts, dès qu’ils actionnent le premier piège, je veux qu’ils les criblent de leurs flèches et se replient derrière la deuxième ligne de pièges comme prévu, ordonna Ahilya d’un ton autoritaire. On va les attirer dans notre embuscade de cette manière.

Aderial sembla absent à nouveau, permettant à l’impératrice de déduire qu’il communiquait les ordres à son collègue. Edelron, un des généraux d’Ahilya, prit la parole avec un air songeur.

S’ils pénètrent dans la forêt ce soir et qu’ils ne s’arrêtent pas, au vu de leur nombre ils devraient arriver à l’aube demain.

Ahilya hocha la tête. Edelron figurait parmi ses meilleurs généraux. Digne de confiance, autoritaire, charismatique et doué au combat, il ne lui avait fallu que peu de temps pour gagner son estime. Le silence se fit autours de la table, attendant un rapport du front. D’ici quelques instants, les pièges seront actionnés, les traits siffleront et cribleront les corps de ces suderons par milliers. L’impératrice arbora un sourire carnassier, sadique en se représentant le chaos qui envahira la lisière de la forêt.

Une chouette hulula, perçant le silence, et s’envola dans un battement d’ailes sonores. Plusieurs centaines de milliers d’Elfes attendaient autours, mais pas un seul bruit ne s’en dégageait. L’atmosphère était pesante, et Ahilya sentait la chaleur la gagner sous son armure. Edelron fronçait les sourcils, et jetait des regards furtifs à son impératrice, sentant l’inquiétude le gagner. Aderial était concentré, et son regard fermé trahissait son inquiétude. Ahilya se mordait la lèvre inférieure. L’envie lui prenait de secouer le mage et de lui demander des nouvelles. Voilà longtemps que l’affrontement aurait dû commencer. Aderial ouvrit soudainement les yeux, et lâcha.

Nos troupes se replient ! Les nomades n’ont pas actionné les pièges et sont trop près.

Ahilya réprima un juron.

Qu’il aille voir les pièges. C’est anormal !

Le mage acquiesça en faisant passer l’ordre impérial. Ahilya serrait la main sur le pommeau de Cereduil Noruì, récitant la liste des insultes séant à ces nomades dans son for intérieur.

Les pièges ont été activé, votre grâce, déclara Aderial. Par les gorzagh’ lors de leur dernier passage.

Cereduil Noruì s’enflamma dans son fourreau, faisant reculer tout le monde de deux pas autours de l’impératrice, excepté Edelron. Ahilya réfléchit quelques instants aux mouvements qu’il serait plus judicieux de faire, pour les attirer à destination.

Dites aux premières lignes de se dégager de là, ordonna l’impératrice. Si la première rangée de piège est activée, soyez certains qu’il en va de même pour la seconde. Nous savons d’où ils viennent, et où ils vont, donc à nous de nous adapter à cela. Que le gros de l’armée change de position et pivote. Je veux une protection du temple sur le flanc nord. Elargissez également le périmètre, et optez pour une formation linéaire. N’étant pas guidés et ne connaissant pas la région, je crains qu’ils ne s’éparpillent. Allez exécution ! La nuit est courte, bien trop courte pour que nous perdions notre temps. Bougez vous bande de mollassons, soyez plus réactifs par Adonysia ! On dirait des nécromants !

Craignant le courroux de l’impératrice, les généraux se mirent à déambuler en tout sens afin d’affecter leurs unités à une nouvelle position. Seul Edelron prenait son temps pour transmettre les ordres à ses troupes, le visage dur et résolu à tuer du nomade. Ahilya restait seule avec les autres dirigeants et Aderial autours de la table. Si la bataille ne commençait pas comme prévu, il n’était pas trop tard pour rattraper le coup. Ils n’en feraient qu’une bouchée. L’impératrice se déplaça et du haut du promontoire, aperçut une partie des troupes elfiques se déplaçant. Des uniformes verts et gris à perte de vue circulaient entre les hauts arbres, en cadence, sous les injonctions des officiers. La forêt tremblait sous le pas actif des guerriers. Les nomades n’avaient aucune chance : leur dieu sera anéanti à l’aube.

A suivre...
Dernière édition par Raevalia le Lun 4 Mai 2020 16:04, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Raevalia
Vice-Roi
 
Messages: 220
Inscription: Mer 28 Fév 2018 01:11

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Vodianova » Dim 3 Mai 2020 14:05

Mauvaise cible, Mauvais endroit

La lueur de Zhémélésis donnait un aspect fantasmagorique à l'aride étendues de dunes. Un fennec passa en courant poursuivant un lézard. Le sable roulait sous pattes dans un léger crissement. Il disparut et le bruit s'estompa. Plus rien ne bougeait. Allongées derrière une dune, Romana et la Haute-Prêtresse de Zhémélésis attendaient en silence.

Soudain, le ciel s'embrasa et les lueurs ocres d'un incendie illuminèrent le désert. Le fennec, terrifié par les flammes, passa en courant à quelques mètres des deux femmes. Quelques minutes plus tard, un homme glissa sur le long de la dune.
"C'est fait, dit-il en reprenant son souffle.
- Des pertes ?, demanda Romana
-Aucune. Les prêtres dormaient. On leur tranché la gorge dans leur sommeil. Ils ne sont rendus compte de rien.
- Bien. Tu peux rejoindre le camp !"

L'homme s'éloigna et disparu dans l'obscurité tandis que les deux femmes reprirent leur guet. Elles restèrent allongées à observer le désert durant une heure. Puis la Haute-Prêtresse se redressa, l'air préoccupée.
"C'est trop facile, déclara-t-elle. Quelque chose ne colle pas. Nous ne rencontrons aucune résistance. "
Romana ne répondit pas, rassemblant ses pensés. En effet, c'était trop facile. Il n'y avait quasiment aucun garde et ce Culte de Phoebus se laissait tuer sans réagir. Si ils étaient si menaçants, ils auraient du disposer d'une force de équivalente à l'armée de la Main du Feu ou d'une milice telle celle formée en hâte par le Culte de Zhémélésis. Mais rien. A peine un poignée gardes facilement éliminés et encore une fois personne n'était venu constaté les causes de l'incendie. Les fidèles de Zhémélésis détruisaient les temples de Phoebus comme on avale des petit beurres. Et d'après les espions de Romana, Jhelom ne faisait aucun commentaire et n'avait pas l'air de remarquer que leur Culte de Phoebus était cible d'attentat.
"La Main de Feu s'est moquée de nous, une fois de plus, déclara la Haute-Prêtresse. Le Culte de Phoebus n'est qu'une secte minable ne présentant aucune menace. Nous n'aurions pas du les aider.
- Je ne pense pas que la Main de Feu aurait fait tant de bruit pour une menace insignifiante.
-Mais enfin, nous détruisons leurs temples. nous signons nos exploits et Hédarion s'en fiche. A ce rythme,on aura tué tous les fidèles de Phoebus de ce désert avant que quelqu'un ne se soucie de nos actions.
- Nous sommes trompées de cible, déclara soudain Romana. Si nous voulons faire parler du Culte de Zhémélésis, nous devons frapper les adorateurs de Phoebus à leur tête. Nous devons éliminer l'Empereur Torrin Zeraorien."

Quelques jours plus tard, ailleurs dans le désert

Une dizaine silhouettes enveloppées dans des capes couleur sable progressaient dans la nuit. Elles glissaient silencieusement vers le campement nomade. Soudain, l'une d'elle se redressa et poignarda l'un des gardes. Aussitôt d'autre gardes s'effondrèrent. Puis le son strident d'une corne résonna à travers le désert. L'un des assassins s'étaient fait repéré.

Des soldats nomades ensommeillés sortirent en hâte de leurs tentes. Ils s'armèrent précipitamment cherchant l'origine de la menace. Romana sortit Incandescente de son fourreau et la brandit. La lame en fusion illumina l'obscurité et une centaine de miliciens se débarrassèrent leurs capes couleurs sables, dévoilant les couleurs argentés du Culte de Zhémélésis, avant de foncer sur le campement nomade en hurlant.

Les soldats nomades avaient l'avantage de la maîtrise technique du combat mais étaient handicapés par leur manque de sommeil. Tandis que les fidèles de Zhémélésis bien que moins bon combattants étaient avantagés par leurs habitudes de la vie nocturne et leur nombre plus élevé que la petite escorte du Zeraoarien. Ce qui en résultat en une bataille à peu près équilibrée. Les fidèles de Zhémélésis et les nomades tombaient sous les coups. Les lames étincelaient sous la lumière de Zhémélésis. Des cris de guerre et de douleurs se répercutaient à travers le désert. Les tentes étaient piétinées par les belligérants. Le sang des coulant des corps agonisants donnait au sable une teinte écarlate.

De son côté, Romana avançait rapidement vers la tente centrale. La lame en fusion d'Incandescente éloignait les soldats adverses de sa route. La chaleur émanant de l'épée suffisait à enflammer les vêtements des nomades assez fou pour tenter de lui barrer le chemin. Et nombreux de ceux ci moururent en hurlant, le corps ravagés par les flammes. Arrivant près de la tente, Romana arracha le rideau et y pénétra en hurlant:
"Torrin Zeraorien ! Je sais où te caches ! Viens ici que je te bute !"

Un vieillard se tenait dans le fond de la tente, appuyé sur la toile. Il brandissait un cimeterre en tremblant.
"Torrin n'est pas ici", affirma t-il d'une vois ferme malgré son tremblement
La nécromancienne avança rapidement vers lui, le sable craquant durement sous ses bottes. La lame incandescente de son épée projeta des étincelles qui enflammèrent la toile de la tente. Une lueur de panique traversa les yeux du vieux nomade quand la lame s'approcha de lui et il lâcha son cimeterre avant de tomber au travers de la toile de la tente.

Romana la saisit par le col et le redressa
"Où est-il ?", s'écria t-elle.
Les lueurs dansantes de l'incendie donnait à son visage déformé par la rage, un aspect irréel.
"Je dirais rien !", affirma Flavius Zeraorien !
De nouveau la nécromancienne, approcha sa lame du corps du nomade qui hurla de douleur alors qu'une brûlure fumante apparaissait sur sa peau.
"Où est Torrin ?", répéta Romana
Flavius suffoquait sous la chaleur de la lame et tremblait de tous ses membres mais tient bon et dit rien. Cependant quand une étincelle embrassa sa tunique, il se ravisa et s'écria précipitamment:
"Il est parti. Avec son armée. Dans la Forêt de Jade. Détruire le Temple des Enfants de Ramamiskha. Éteignez-moi s'il vous plaît ! Je brûle ! Je brûle ! Vite !
-Merde !"

Elle jeta Flavius au sol, indifférente aux flammes qui l'embrasait de plus belle, et s'éloigna en jurant ! Le nomade roula dans le sable, provoquant des appels d'air, attisant le feu qui le rongeait, hurlant tandis que son corps se consumait petit à petit. Peu à peu, ses cris se calmèrent et bientôt il ne resta plus de lui qu'un tas, encore fumant, de chairs calcinées.

Romana se précipita hors du campement en courant rejoignant la Haute-Prêtresse qui attendait l'issue de la bataille au sommet d'une dune. Elle fit sonner la retraite. Et les fidèles de Zhémélésis survivants abandonnèrent le camp ravagé et ce qui restait des soldats nomades. Ils disparurent rapidement dans l'obscurité. Quelques jours plus tard, la cinquantaine de fidèles de Zhémélésis restante prit la direction de la forêt de Jade.

[HRP]Falvius Zeroarien a été tué lors de ce texte à la demande de Zeroarien[/HRP]
Dernière édition par Vodianova le Lun 4 Mai 2020 17:32, édité 1 fois.
Du Serpentaire,

Vos Morts sont nos Légions !
Avatar de l’utilisateur
Vodianova
Vice-Roi
 
Messages: 308
Inscription: Ven 29 Jan 2016 21:43

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Llerayn » Lun 4 Mai 2020 14:22

Partie 1: Avant la bataille
Car la Main doit servir les Enfants.

    [Bien plus tôt]

"Qu'est ce que....?
L'annonce était parvenue jusqu'au Temple de Ramamishka basé dans la Forêt de Jade. Pas celles des nomades, ça ils le savaient déjà. Celle de la Main de Feu. Elle était parvenue au temple en même temps que les guerriers qui la portaient.

Si les orateurs s'étaient aventurés sur tous les territoires en petit groupe, la délégation ici était bien plus importante. Une bonne centaine d'hommes et de femmes à la main brodée dans le dos s'étaient présentés aux portes du temple, sous le regard médusé des prêtres qui pensaient cet ordre éteint depuis bien longtemps.

-Les nomades vont venir ici, Père, vous le savez aussi bien que moi. En outre, les miens n'ont nulle part où aller.
-Je... Oui, bien sûr que nous vous acceptons ici, Sœur, mais... Comment voulez-vous que nous fassions face? Les Enfants sont pacifiques, et vous.... Vous n'êtes qu'une centaine.
La femme de la Main fronça les sourcils.
-Douteriez-vous de Ramamishka, Père?
-Bien sûr que non. Mais je dois avant tout penser à la sécurité de ceux qui sont sous ma responsabilité.

Les deux se regardaient dans un combat silencieux. Bien sûr, leur façon de faire n'était pas la même, quand les premiers préféraient la diplomatie et la paix, les autres étaient ceux qui prônaient les armes plutôt que les mots. Ils ne seraient pas d'accord, quels que soient les arguments des uns et des autres. Il faudrait des compromis, c'était sûr. La femme soupira.

-Nous avons envoyé des messagers dans tout Hédarion. Ne vous inquiétez pas, bientôt nous aurons de nouveaux novices et des alliés de taille. Nous ne laisserons pas les hérétiques s'en prendre au temple.
-Je l'espère bien. C'est le but de la Main après tout.
La femme inclina la tête. Oui, c'était la raison de vivre des siens, pendant que les Enfants pensaient.


    [Un peu plus tôt]

Comme l'avait imaginé le Grand-Maître, les novices étaient arrivés à nombre. En temps normal, ils en auraient recalé la grande majorité, mais vu les circonstances, la sélection s'était faite beaucoup plus souple. Ainsi que les restrictions de nombre. "Un novice par maître" était-il évoqué dans les anales de la Main. Ils avaient dû revoir ce nombre à la hausse, et avaient finalement plutôt formé des "classes". Ainsi, l'effectif de la Main était passé d'une petite centaine à un bon millier. Certes, la majorité étaient des novices, mais ils avaient déjà commencé leur formation, et étaient capables de se battre sans éborgner leurs frères.

En outre, plusieurs peuples avaient répondu à leur appel. Pas en tant que fidèles, mais simplement pour aider les Enfants que tous, ou presque, semblaient apprécier. Si ça avait fait grincer des dents au sein de la Main, ils avaient accepté l'aide proposé. Notamment parce que les Pères en avaient décidé ainsi, et que ce n'était décidément pas le moment de se les mettre à dos. Ils leurs diraient ce qu'ils en avaient pensé une fois les hérétiques éradiqués.

En attendant, les Enfants géraient les négociations, relisant les courriers envoyés par les membres de la Main pour éviter tout incident diplomatique, et envoyant même des délégations lorsque cela était nécessaire.

Les nomades n'auraient aucune chance.


    [Juste avant]

Le millier de guerriers solaire étaient regroupés derrière leurs alliés, aux portes du temple. Leur nombre n'était clairement pas suffisant pour affronter ce qui déferlait sur eux, une bonne centaine de milliers de nomades d'après les éclaireurs, aussi avait-il été décidé qu'ils gardent leur sanctuaire au plus près. Au cas où leurs ennemis parviennent à percer les défenses mises en place.

Auprès des généraux elfiques, deux Enfants et trois guerriers étaient présents. C'étaient eux qui avaient été désignés comme étant les représentant du Culte auprès de leurs alliés. Le Grand-Maître et deux de ses seconds, bien sûr, et des Haut-Prêtres pour les pacifiques.

Ils assistèrent, témoins impuissants, à l'échec de la stratégie elfique. Ordre fut donné aux guerriers solaires de se tenir prêts. La bataille serait inévitable.
La première ligne était composée des maîtres, les novices ne seraient impliqués qu'en cas de nécessité.

Et que Ramamishka les protège...


Partie 2: Le début de la bataille
Pour le Soleil!


Les elfes étaient dans les arbres. Au sol, une cinquantaine de guerriers en blanc attendaient, en rangs presque parfaits. Enfin, ils entendirent la charge. Des milliers de pieds foulant le sol sacré. Ils dégainèrent leurs armes, et attendirent. Le choc allait être brutal. Mais ils ne laisseraient pas passer leurs adversaires. Pas sans y laisser la vie.

Ramamishka déciderait s'ils devaient vivre ou mourir. Ils s'en remettaient à Son jugement.

Les premiers corps tombèrent. Les soldats expérimentés de la Main faisaient des ravages dans les rangs ennemis. Mais leurs adversaires était trop pour eux. Les blessures s'accumulaient. Ils avaient l'avantage du terrain, et s'étaient débrouillés pour empêcher le nombre de trop influencer la bataille, mais malgré leurs efforts, ils faiblissaient.

Ils se replièrent tant bien que mal, couverts par les sorts des mages des Enfants. Bien que réticent à s'impliquer, ils avaient consenti à prendre part au combat à contre cœur. Ils ne pouvaient pas laisser les autres mourir pour eux sans se battre également. Mais la participation se faisait sur la base de volontariat. Une partie des Haut-Prêtres avaient montré l'exemple. Ils avaient ainsi rassemblé quelques centaines de maîtres des arcanes.

Sûrement pas assez pour vaincre les nomades. Il leur faudrait compter sur leurs alliés.
Lignée Llerayn,
Maître-Penseurs
-----------
C'est avec les mots que l'on fait les plus beaux voyages.
Avatar de l’utilisateur
Llerayn
Modérateur
 
Messages: 354
Inscription: Mar 17 Nov 2015 21:38
Localisation: Hédarion

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Raevalia » Lun 4 Mai 2020 16:59

Une feuille se déposa sur l’épaule de l’impératrice elfique. Juchée sur une épaisse branche avec ses archers, elle patientait calmement. Les Elfes n’avaient rien manqué de l’affrontement entre les hommes de la Main de Feu et les assaillants. Quelle idée de ne pas les laisser s’engouffrer dans le piège, se dit-elle. Elle méprisait ces fanatiques, peu importe quel dieu ils adoraient. Des centaines de milliers d’arcs étaient tendus, pour autant de flèches encochées en direction des survivants nomades dont le nombre devait s’élever aux quatre milliers, dans l’attente de l’ordre suprême qui mettrait fin aux jours des belligérants. Ahilya réfléchit à toute vitesse. Que les nomades attaquent par vague était imprévu, et sacrément con si on voulait son avis. Pas quand il fallait faire face à tant de défenseurs. Toutefois, sa stratégie était mise en danger, n’ayant pas prévu une telle stupidité tactique. L’impératrice, qui avait le bras levé, le baissa lentement, signe à ses troupes réparties dans les arbres sur des lieues de débander leur arc. Ils n’allaient pas sacrifier l’effet de surprise pour si peu d’hommes. Ils pouvaient en anéantir des dizaines de milliers en quelques instants, la propreté devait être de mise dans cet affrontement.

Aderial, prévenez le temple, ils vont recevoir de la visite, murmura-t-elle au mage à ses côtés.

Celui-ci acquiesça et se plongea dans la concentration que requérait la communication mentale.


*


Edelron s’activait sur les marches du temple. Il estimait l’arrivée des quatre-mille assaillants incessamment sous peu. Sept-mille elfes étaient répartis autours du temple en position embusquée, et la garde de Madragor elle-même s’était déplacée. Ils n’étaient que huit-cent, mais ils étaient parmi l’élite de toutes les armées d’Hédarion confondues. Leur efficacité était sans pareille. Que ça soit en combat linéaire, en embuscade ou pour des missions d’infiltration, nul adversaire ne leur avait jamais résisté. Infanterie, cavalerie, mages, tous les corps étaient représentés dans la Garde, y compris la cavalerie mais inutile dans la conjoncture de l’affrontement. Ils étaient dirigés par le capitaine Ervendil, le célèbre Champion doré, qui a remporté sept fois de suite le tournois de Spartes, réputé pour le haut niveau de ses combattants.

Capitaine, le salua-t-il en le croisant.

Général, répondit Ervendil en suivant les protocoles. La Garde est prête à les accueillir.

Bien, les adorateurs du soleil semblent avoir subi des pertes, on va devoir prendre le relais. Je m’en vais voir mes archers, je vous laisse vous amuser, déclara Edelron.

C’est aimable de votre part, général, sourit le capitaine dont l’armure finement ciselée luisait sous les lueurs de l’éclairage du temple.

Edelron traversa les pièces de l’édifice en saluant les fidèles de Ramamishka poliment, bien qu’il n’en pensait pas moins que son impératrice. Tous des fanatiques aveuglés par leur soleil. En sortant du temple, il aperçut un groupe d’archers sur une colline non-loin et s’y dirigea prestement. Ils étaient répartis par groupes de trente, tout autours de l’édifice, et étaient invisibles pour quiconque les cherchait.

Prêts pour le massacre ? demanda le général à ses Elfes en arrivant à leur hauteur.

Oui mon général, répondit l’un d’entre eux avec entrain. Nous allons en fait qu’une bouchée de ces suderons.

N’en laissons le moins possible à la Garde de Madragor, sourit Edelron. Cela leur ferait trop plaisir.

A peine eut-il fini sa phrase que le bruit des bottes des assaillants se faisait percevoir. Un signe de sa tête suffit pour que ses vingt-neufs archers encochent leur flèche. Le général jeta un œil aux autres promontoires sur lesquels étaient placés les autres groupes, et observa avec satisfaction que tous étaient prêts à l’assaut. Il apercevait quelques gardes de Madragor, l’arme tirée, patientant cachés derrière les imposants piliers et les murs du temple. Les suderons étaient désormais à portée de vue. Aucune formation claire, et ils avançaient au pas de course, comme s’ils essayaient de s’infiltrer. Sombres crétins, à trop prier le soleil on se grille les neurones, se dit Edelron. Comme s’ils croyaient qu’il n’y avait personne pour défendre.

Les arcs étaient bandés, les Elfes avaient déterminé leur cible et savaient à l’avance qui mourrait au premier trait, au deuxième… Le destin des nomades était scellé.

Aucun mot ne fut prononcé, juste le mouvement sec d’un bras qui s’affaisse. Les traits sifflèrent par milliers vers les nomades qui ne les virent que trop tard. Nombreux sont ceux qui tombèrent, en s’empoignant la gorge dans un dernier élan de vie.

Tirez à volonté ! clama Edelron en souriant devant le spectacle macabre.

Les nomades pressèrent le pas et accoururent vers le temple afin d’y trouver un abris face à cette pluie de traits qui les décimait un à un. A chaque seconde, de nombreux corps s’effondraient dans leur course. La plupart mourraient sur le coup, mais pour les moins chanceux, leur chute s’ensuivait par une longue agonie s’ils ne se faisaient pas piétiner par le reste des hommes apeurés.

Ervendil, malgré lui, suivait les ordres de l’impératrice et attendait leur arrivée avant de s’engager au combat. Mais plus ils attendaient, plus les archers faisaient des ravages et moins il leur restait de victimes. Tous les guerriers derrière lui trépignaient d’impatience. S’ils avaient appris le respect de la vie, ils savaient aussi quand l’heure était venue de faire couler le sang.

Enfin, le premier nomade posa le pied sur la pierre taillée de l’entrée de la cour.

Garde de Madragor ! Pour la Déesse et l’Arbre de Vie ! mugit le capitaine en brandissant sa lance.

Les guerriers poussèrent un cri de guerre en s’élançant en une charge dévastatrice, ce qui eut pour effet de faire hésiter les nomades durant quelques instants. Ervendil sentait son pouls s’accélérer, alors que l’adrénaline circulait dans son corps, lui procurant un sentiment d’invincibilité. Il brandit sa lance vers le premier nomade, armé d’un sabre courbé et simplement vêtu d’une légère armure en cuir, et la projeta de toutes ses forces vers la cible. La sommaire protection du nomade fut inefficace face au trait qui siffla dans les airs avant de le transpercer de pars et d’autres. Ervendil se pencha pour esquiver la première attaque dans sa course, entreprit sa lance en poussant énergiquement le cadavre du suderon de sa botte. Le capitaine la brandit juste à temps pour parer une attaque, la repousser et d’un mouvement circulaire, arracher la mâchoire de l’assaillant avant de la planter dans sa bouche. Le reste de la garde avait rejoint la mêlée, et faisait un carnage parmi les rangs nomades. A l’arrière, des mages lançaient des sorts destructeurs qui désépaississaient les rangs suderons par le feu ou des éclairs. La pluie de flèche ne cessait guère, amoindrissant les derniers rangs. Plus de la moitié des nomades était déjà tombée, et aucune reddition de leur part ne serait acceptée. Ahilya n’était pas du genre à accepter les prisonniers.

De son côté, Ervendil ne se sentait guère faiblir. Son souffle n’était pas effréné, ses muscles ne le fatiguaient pas. Son visage était maculé du sang de ses victimes. Combien en avait-il tué depuis le début ? Il ne le saurait le dire. La Garde de Madragor n’avait cessé de gagner du terrain et les nomades sentaient la panique les gagner au fur et à mesure du combat. Un mouvement circulaire, une esquive en se penchant, un coup d’estoc dans le pied et l’ouverture fut créée pour mettre fin aux jours de son adversaire en lui perçant la gorge. Chacune de ses attaques était propre, nette, calculée. Trois-cent ans de maîtrise de son art, des dizaines d’affrontements et jamais il n’était tombé, jamais il n’avait été mis hors de combat. libérant une de ses mains, il empoigna le gant d’un autre nomade qui voulait lui frapper le crâne de son sabre, et perça son bras de sa lance, faisant lâcher son arme au malheureux. Son corps ne tarda pas à rejoindre ceux du reste de l’armée qui ne comportait désormais plus que quelques nomades apeurés. Beaucoup lâchèrent leurs armes en guise de reddition, d’autres combattaient avec l’énergie du désespoir.

Il ne fallut guère beaucoup de temps pour que tous les nomades d’humeur belliqueuse ne tombe, et que les autres ne soient tous agenouillés les mains sur la tête. Edelron arriva alors vers eux, alors que le capitaine de la Garde de Madragor attendait patiemment, près à les exécuter. Autours, les archers récupéraient leurs flèches en tâchant de faire preuve de célérité pour accueillir les prochaines vagues.

Général, les exécutons nous ? s’enquit Ervendil. L’impératrice n’aime guère laisser des survivants sur son passage.

Edelron leva le bras pour les dissuader de mettre fin aux jours des prisonniers.

Sauf qu’il ne s’agit pas là de la guerre de l’impératrice. La main de feu fera ce qu’elle désire de ces prisonniers, tant qu’ils ne fourrent plus les pieds dans la forêt, répondit calmement mais non sans autorité le général.

Ervendil sembla hésiter durant quelques instants avant de reposer sa lance.

Bien, après tout, il en va de votre responsabilité.

Le capitaine de la Garde de Madragor partir vers le temple afin de prendre contrôle des pertes et des blessés. Par chance, aucune perte n’était à déplorer dans la Garde, mais il s’y trouvait deux elfes en convalescence, remis aux soins des guérisseurs.

Quelques instants après la fin de l’affrontement, les défenseurs étaient remis en position, il ne restait de l’assaut qu’un immense tas de cadavres.
Avatar de l’utilisateur
Raevalia
Vice-Roi
 
Messages: 220
Inscription: Mer 28 Fév 2018 01:11

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Zeraorien » Jeu 7 Mai 2020 11:58

L'éclaireur revenez faire son rapport, accourant au plus vite. Il a perçu au loin l'armée de son empereur, attendant ce rapport. Il arriva devant son cheval, épuisé de par sa course, et pue prendre enfin son inspiration.

- Alors éclaireur ! Quel est ton rapport ? Dit nous si la charge à était un succès pour le repérage.

L'éclaireur leva la tête, le visage terrifié. Torrin compris immédiatement qu'il lui apporté une mauvaise nouvelle, et fronça les sourcils.

- Parle voyons ! Nous n'avons pas de temps à perdre !

L'éclaireur repris pour la dernière fois son souffle et pu enfin parler;

- Ils.... ils les ont tous massacré ! Tous les soldats que vous aviez envoyer ! Les généraux avaient raison ! Tout l'armée elfiques et là, attendant impatiemment de nous égorger ! Je vous en pris mon empereur ! Rebroussons le chemin, ne risqué pas votre vie et celle de votre armée !

Torrin observait son soldats, le visage assombris par son rapport. Il invita à un de ses généraux de s'avancer, et lui expliqua son idée. Le générale hocha la tête, le visage grimaçant. Puis Torrin appela un troisième personnage, mais personne ne vint.

- Mais où est le dresseur de dragon ? Où est notre dresseur de dragon ?! Il était censé nous rejoindre ici et aujourd'hui même ! Que fait il ?

Mais personne de ne répondait. Un silence de mort envelopper l'armée. Puis un des généraux pris la parole;

- J'ai bien peur que..... il ne sera pas là pour nous épauler mon seigneur... nous avons perdu un de nos meilleurs atouts...

Torrin se retourna vers ses troupes, ils n'avaient rien à dire.... enfin presque.
Il son épée, la brandit, laissant paraître une lumière aveuglante.


- Soldats ! Hurla-t-il, Aujourd'hui est un grand jour, où le culte de Phoebus vaincra, et où Ramamishka tombera sous nos coups d'épées. Nous ravagerons la forêt ! Tueront ces maudits elfes qui ne bouche le passage. Nous devons gagner, pour votre empereur et pour votre dieux !Je sais que pour vous, l'espoir et minime, mais si vous prenez votre courage à deux mains ! Et éliminons ces enflures !

Les soldats hurlèrent, signifiant qu'ils était près. Torrin sourit, satisfait de se courage et hocha la tête faisant signe à son général. L'armée se divisa en trois, une partie qui fonceras dans la forêt, pour faire diversion, et les deux autres contournerait pas le nord et le sud pour les prendre par surprise, espérant que leur assassin feront l'affaire. Ils pensaient avoir un espoir.....


à suivre....
Zeraorien
Colporteur
 
Messages: 29
Inscription: Mer 6 Nov 2019 21:32

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Vodianova » Sam 9 Mai 2020 23:09

A la recherche de Torrin

Les rayons de Ramamiskha se reflétèrent sur l'armure magiquement ignifugée de Romana. Les fidèles de Zhémélésis venaient d'atteindre la lisière de la Forêt de Jade. Elle se tourna la foule qui s'impatientait. En première ligne une dizaine de prêtresses de la Lune attendaient nerveusement. Derrière elles, les fidèles s'agitaient impatients d'en découdre. Malgré la perte d'une cinquantaine d'entre eux lors de l'attaque du campement, d'autres s'étaient joint à eux au cours de leur traversé du continent. Des hommes et des femmes de toutes origines, réunis par leurs fidélités à Zhémélésis. Ils étaient maintenant plus de cent, peut-être cinq cents , Romana ne savait pas vraiment mais arrivée si près des troupes ennemis, elle se rendit qu'ils étaient finalement peu nombreux et qu'ils avaient peu de chance de survivre face à l'armée de Torrin . Avait-elle le droit de demander à ces hommes et femmes de se sacrifier au nom de la Lune ? D'autant plus que le Grand Maître de la Main du Feu n'avait jamais répondu à leur demande d'alliance et qu'elle ignorait totalement comment le Culte de Ramamiskha réagirait leur intervention dans ce conflit.
"Ecoutez, dit-elle, vous n'êtes pas obligés de m'accompagner ! Il y aura sans doute des milliers de nomades face à nous ! Il est encore temps de renoncer ! Je me débouillerais seule !
- Hors de question ! On y est, on y va ! Tuons ce Torrin Zeraorien ! Montrons-leur la grandeur de Zhémélésis !", rugit la foule excitée.

Romana vers la Haute-Prêtresse qui hocha la tête, le regard déterminé. Romana prit une une profonde inspiration, dégaina Incandescente et, suivie par les fidèles, s'engagea sous les arbres.

Ils marchèrent une heure durant dans les sous bois. Ils tendaient l'oreille essayant de repérer les nomades au son des combats. Mais tout était calme. Seuls les bruits habituels de la forêt résonnaient à travers les frondaisons. Ici le chant d'un oiseau, là bas le bruit d'une chute de pomme de pins, mais rien ne ressemblant à des coups d'épées, des râles d'agonies ou bien au crépitement d'un incendie. Soit les combats n'avaient pas encore commencés, soit la bataille était terminée depuis longtemps. Romana ne savait pas qu'en penser mais tant qu'elle n'aurait pas vu le cadavre de Torrin Zeroarien de ses propres yeux, elle continuerait la traque.

Lassée de tourner en rond, Romana fit une pause.
"Vous devez bien savoir où le Temple des Enfants de Ramamiskha ?, demanda t-elle à la Haute-Prêtresse
- Pas vraiment.
- Pourtant vous les affrontez depuis des siècles.
- Nos ancêtres ont surtout affrontés la Main de Feu. Dans le Désert. La Forêt de Jade, nous y allons pas souvent !
- Bon, restez ici. Je pars en éclaireuse ! Toi, avec moi, fit-elle à un des hommes !"

Romana et l'homme avancèrent un quart d'heure, quand des bruits de voix se firent entendre. La nécromancienne fit signe à son compagnon de rester silencieux et il s'approchèrent discrètement, cachés par les troncs d'arbres. Ils découvrirent une dizaine d'homme en uniforme nomade. Plusieurs d'entre eux pissaient contre un arbre.
"Magnez vous !, fit l'un de ceux qui ne pissait pas. On va les perdre ! Ils nous ont pas attendus !"

Romana se tourna vers son compagnon mais celui-ci se glissait déjà derrière les nomades, exalté par la perspective du combat.
"Merde, le con !", jura-t-elle.
L'homme se releva et fonça, hurlant "Crève Torrin !" sur l'un des nomades qui n'eut pas le temps de remettre son pantalon avant de se faire embrocher. Les autres nomades réagirent aussitôt et en dépit la résistance désespérée du fidèle, il finit par succomber sous les coups non sans avoir gravement blessé un autre de ses adversaires. Les huit nomades restant se concertèrent et finalement abandonnèrent leurs deux infortunés compagnons sans doute pour rejoindre le reste de leur compagnie.

Romana s'approcha du blessé qui agonisait en crachant de gros mollards ensanglanté.
"Où est Torrin ?", lui demanda-t-elle ?
Mais le blessé se contenta de cracher du sang.
"Où est le Temple de Ramamiskha de cette Forêt ?, insista-t-elle.
-No...rd Est", réussit-il à articuler en pointant une direction d'un doigt tremblant, avant de s'éteindre.
Satisfaite Romana rejoignit les fidèles de Zhémélésis. Ils prirent la direction du Temple des Enfants de Ramamiskha. Enfin, ils trouveraient Torrin, mettraient fin au Culte de Phoebus et prouveraient à Hédarion la supériorité de Zhémélésis face à Ramamiskha.
Du Serpentaire,

Vos Morts sont nos Légions !
Avatar de l’utilisateur
Vodianova
Vice-Roi
 
Messages: 308
Inscription: Ven 29 Jan 2016 21:43

Re: Bataille de la Forêt de Jade

Messagepar Zeraorien » Sam 16 Mai 2020 21:43

Le véritable assaut !

Après le premier assaut, Torrin avait décidé enfin de sortir le grand jeu. Malgré le manque d'une de ses cartes les plus puissantes, voir la plus puissantes, il sépara son armée pour assaillir ses ennemis de toutes part. Une partit allez vers attaquer part le nord, l'autre part le sud, et enfin la plus petite par l'est.

Torrin traversé la forêt, son armée derrière lui. Il observé les alentours, cherchant la moindre trace d'éventuels éclaireurs ou d'archers. Ses pyromanciens attendait le signale pour brûler des feuillages. Derrière eux, des nomades et des cavaliers le suivait. Son armée n'était pas composé de nomade uniquement. Depuis le début de son règne en tant qu'empereur, il recruter mercenaires sur mercenaires, guerriers sur guerriers pour se constituer une armée d'environ 100 000 hommes. Et aujourd'hui, il pourrais l'utiliser enfin cet armée pour montrer sa puissance.
Soudain, des bruits le sortit de ses pensées. Des bruits d'épées et de cris.


- Les.... se sont nos soldats ! Je ne leur ait pas pourtant donné le signal ! Mais....

Il se tourna vers son armée, il n'avait pas encore reçu le rapport de ses éclaireurs, il ne pouvait pas partir tête baissé pour se fair massacrer. Torrin envoya un soldats observer la situation. Il revint, pour signaler que ce n'étais que la troisième partit qui avait lancé l'assaut sans attendre les ordres. Mais chose étranges, aucune trace de la deuxième partit de l'armée.

- Que ferons nous mon seigneur ! Le plan ne se passe pas comme prévu !

Torrin regarda avec rage son soldats. Il réfléchis, puis se tourna vers les pyromanciens.

- Brûlez moi cette forêt ! Vous qui savez contrôler le feu, brûlez le feuillage des arbres, faites instauré la panique et obligé ces elfes de descendre de leur nids ! Nos soldats sont habitués pour la chaleur, et la fumé, pas de problème, nos masque nous protégerons ! Allez !

Aussitôt dit, les soldats s'activèrent pour faire ce que leur empereur leur avait demandé.

A suivre....
Zeraorien
Colporteur
 
Messages: 29
Inscription: Mer 6 Nov 2019 21:32


Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités