La Folle Aventure de Lisa Nel

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

La Folle Aventure de Lisa Nel

Messagepar Roi Nel » Ven 26 Juin 2020 22:48

La Folle Aventure de Lisa Nel

Ceci est le compte rendu d'une folle aventure m'étant arrivée dans ma jeunesse.

Alors...alors. Par où commencer ? Me présenter me semble être un bon début.
Je suis donc Lisa Nel. Nel. Oui...oui, comme le Sultan Nel, c'est bien ça. Mais pour être franche, il y a une bien demi-douzaine de famille Nel dans la région. Par la région, je veux dire Château-Brave mais évidemment à mon époque, elle ne s'appelait pas Château-Brave puisque le château n'existait pas encore. Je suis assez claire ? Oh et puis diaule ! Au pire, tu demanderas à tes parents de t'expliquer la géopolitique d'Hédarion. L'histoire Bravaroise n'est pas la sujet de mon aventure.
Allons bon, où en étais-je avant que tu ne m'interrompes avec tes réflexions anachroniques ?
Ha oui ! Je suis donc une descendante du Sultan Nel. Enfin pour être exacte, je fait partie d'une des six familles de la région qui se prétendent descendante du Sultan Nel. Ce qui à mon avis n'est que des carabistouilles. Déjà parce que nos ancêtres se sont installés dans la région pour fuir les persécutions du Sultan Nel. Ensuite parce que le Sultan a mystérieusement disparu, sans laissez de descendance reconnue, après s'être lancé à la poursuite d'un esclave évadé. Pourquoi s'est-il lancer à la poursuite de cet esclave en particulier alors qu'il en avait des centaines d'autres ? Je n'en sais rien, moi. Mais certains prétendent qu'ils avaient le type de relation que nous appelons mœurs elfiques...Oh et puis diaule ! Tant pis pour les vieilles greluches ! Qu'est ce que j'en ai a fiche d'être irrévérencieuse, après tout ? Tu notes bien, Suzette, j'ai bien dit certains prétendent qu'il avait une relation homosexuelle avec son esclave. Mais je trouve cela bien improbable puisque c'est le Sultan Nel lui même qui a interdit et fait condamner à mort l'homosexualité. Et...Attends, attends Suzette, mon aventure n'a rien à voir avec les relations sexuelles du Sultan Nel. Tu me couperas ce passage et à l'avenir tu te contenteras d'écrire ce que je te dicte au lieu de me faire diverger. C'est compris ?
Donc je reprends. C'est qui important à savoir c'est que cette absence de descendance était bien pratique puisqu'elle permettait à n'importe qui pouvant prouver qu'une femme de ces ancêtres avait fréquentée le Sultan de se prétendre son descendant. Tout ça pour des histoires de gouvernance du territoire. Enfin bref, des histoires politiques. Et, comme te le ferais remarquer ma mère, je suis une fille et la politique étant des histoires d'hommes, je n'avais pas à m'en soucier. Effectivement, on s'était bien gardé de m'y éduquer et je ne savais rien de tout ceci à l'époque. Voilà, je pense que le contexte est clair, maintenant. Place à l'aventure !

Mon aventure débuta le jour où mon père décida d'envoyer mon petit frère Sylvain en mission diplomatique dans une île récemment découverte au sud d'Hédarion. Cette mission avait pour objectif d'établir des contrats commerciales au nom de la famille Nel avec les autochtones et ainsi s'assurer la supériorité économique de notre famille sur les autres familles Nel du territoire et par extension son contrôle. Enfin j'explique ça maintenant parce j'ai vécue une folle aventure et que les événements survenus m'ont obligée à m’intéresser à cela mais pour être franche à l'époque je n'avais aucune idée des implications de ce voyage. Quand j'ai appris que mon frère partait en voyage, j'en étais juste toute excitée et je me précipitais demander à mes parents l'autorisation de l'accompagner. Evidemment, ils refusèrent. Ils arguèrent que c'était des affaires politiques, que ce serait ennuyant pour une fille, que ça n'aurait rien à voir avec les romans d'aventures qui me vrillaient la tête, qu'à 16 ans il était temps que je me trouve un bon mari et que je leur ponde des héritiers, que je n'étais plus une petite fille et que je devais me comporter en adulte... Enfin bref, le blabla habituel, celui qu'on sort aux jeunes filles éprises d'aventure, ça n'a pas tellement changé de nos jours.
Tout ce qui m'importait à cet instant c'était que c'était une occasion unique de découvrir le monde. Enfin bref, je passais la semaine à tenter de les convaincre, je tapais du pied, je m'enfermais dans ma chambre en refusant d'en sortir pour les repas, je retiens ma respiration, je fis la grève des latrines et même je menaçais de quitter la maison pour devenir prostituée. Mais en vain, ils ne prirent jamais mes menaces aux sérieux. Pour être franche, ils n'avaient pas tord, à l'époque j'ignorais ce qu'était une prostituée et je n'avais dit ça que parce qu'ils nous avaient dis, à Syl et moi, que ce n'étaient pas des femmes fréquentables et qu'elles devraient avoir honte de faire un tel métier. Enfin bref, ils soutinrent mordicus que mon comportement n'était pas digne d'une femme raisonnable et que je ferais mieux de m'apprêter pour le bal de la semaine prochaine. Il faut les comprendre quoi, tous les célibataires de la région seraient présents à ce bal et ce n'est pas en faisant des caprices que j'obtiendrais les faveurs de l'un deux. Ce qu'ils ne comprirent pas, c'est que j'étais résolue à embarquer avec mon frère et que je me passerai de leur autorisation s'il le fallait.

Enfin, je devais faire vite. Il ne restait plus qu'une journée avant que "L'Espadon" ne quitte le port. Mais non, c'est le nom du navire dans lequel Syl et ses hommes feraient le voyage, quelle gourde celle-là. Mais oui je sais que c'est un poisson mais là c'est un bateau. Et bien non, on ne donne pas toujours des noms de femmes aux bateaux. Non mais oui c'est génial que ton petit ami ai nommée sa barque "Suzette" mais on peut revenir à mon aventure plutôt? Ha merci, bien.
Donc il restait plus qu'une journée avant que "L'Espadon" ne quitte le port. Mais j'avais mon plan. Je rédigeais un mot doux et le fit passer à l'un des soldats qui accompagnerais mon frère par ma Ada, ma suivante. Je lui recommandais d'en choisir un à ma taille et de me l’amener dans le vieux cabanon près du port dans la soirée. De mon côté, je mis ma plus belle robe, m'apprêtais tout comme si je me rendais un rendez-vous galant sans oublier de me munir d'un panier à pique-nique. Ainsi apprêtée , mes parents me laissèrent sortir sans difficulté, heureux que je me comporte enfin comme la femme respectable de leur rêve.
Je me rendis donc dans le vieux cabanon et y attendis Ada. Elle ne tarda à apparaître accompagnée d'un soldat. Pétochard ou Pithivier, il me semble qu'il se nommait. Allez, on va dire Pithivier. Je reprends...Ada ne tarda pas à apparaître accompagnée du soldat Pithivier. Je me souviens qu'il était tout fringuant, tout souriant, tout excité à l'idée de partager un repas avec la plus jolie fille d'Hédarion. Effectivement, nous partageâmes un repas. Il me raconta probablement plein de ces choses inintéressantes dont parle les hommes lors de ce genre de rendez-vous mais j'en ai depuis longtemps oublié les détails. Ce dont je me souviens parfaitement en revanche, ce que guettais avec impatience le moment où le somnifère que j'avais glissé dans son vin ferais effet. Ce lut une longue attente et Zhémélésis était déjà haute dans le ciel quand enfin il s'effondra dans son assiette. Satisfaite, je rappelais Ada, qui attendait non loin, afin qu'elle m'aide à échanger mes vêtements avec son uniforme. Nous le déshabillâmes donc et je passais sa chemise, son pantalon, ses chausses et tout le bazar. Puisque je prenais sa place, je lui laissais ma robe et mes chaussures. Je n'en aurais plus besoin et je n'allais pas le laisser aller nu dans les rues, ce serait indécent. Surtout que c'était de ma faute s'il n'avait plus de vêtements. En lui laissant de quoi se couvrir, nous étions quittes.
Nous le laissâmes donc cuver son vin. Ada me guida jusqu'à "L'Espadon" puis je m''y embarquai discrètement. Je trouvais à tâtons une bannette vide et m'y couchais au milieu des autres soldats. Je ne devais pas tarder à apprendre que j'avais surestimer ma capacité à me faire passer pour un soldat. En effet, à cause de la houle qui agitait le navire et le faisait craquer de toute part, j'avais peiner à m'endormir et donc quand le son d'un cor résonna, je préférai me cacher la tête sous l'oreiller plutôt que de m'agiter comme mes compagnons de dortoir. Il s'avéra que ce n'était vraisemblablement pas le comportement attendu d'un soldat puisque le sergent...non lieutenant...ou capitaine peut-être ? Bon peu importe...c'était un gradé, ça j'en suis certaine. Enfin bref...le gradé me secoua en hurlant:
"SOLDAT ! ON TIRE AU FLANC !!!??? VOUS ME FEREZ QUINZE !!!"
Les yeux encore ensommeillé, je me redressais en le regardant stupidement. En voyant ma tête, il écarquilla les yeux de stupeur:
"Que...Qui êtes vous ? Que faite vous à bord ?
- Je.."
Mais je ne pus commencer mes explications, déjà nous étions entourés des soldats qui murmuraient entre eux.
"Une femme ?Que Kanghar nous vienne en aide, le malheur est sur nous !
- N'importe quoi, l'autre !
- Mais si. Même que c'est le cuistot qui me l'a dit.
- Il a raison, il faut faire demi-tour et la débarquer avant que le malheur ne frappe le navire.
- Pas besoin de faire demi-tour, la jeter dans un canot suffira amplement.
- On ne va pas gâcher un de nos canots pour une femme, quand même.
- SUFFIT !!! ELLE VA S'EXPLIQUER AVEC LE CAPITAINE ET MESSIRE SYLVAIN !!! VENEZ- VOUS !!!"
Le gradé me prit fermement par le bras et me traîna, tremblante et inquiète quant au sort qui m'attendait, vers le pont.

Allez, on s'arrête là pour aujourd'hui. Tiens on peut même dire que c'est la fin du chapitre. Comme ça on finit sur un suspense et ça donne envie au lecteur de lire la la suite. Est-ce que je mets des titres à mes chapitres. Oh et puis diaule, non. Flemme de chercher, le lecteur comprendra bien par lui même. Non mais Suzette ! Arrête d'écrire là, je ne dictes plus. J'ai fini mon chapitre, là. On continuera demain. Quelle gourde, celle-là ! Et dire que je la paye. Je suis vraiment trop généreuse.OH ! POSE TA PLUME !
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Colporteur
 
Messages: 40
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: La Folle Aventure de Lisa Nel

Messagepar Roi Nel » Mar 30 Juin 2020 00:20

Tu es prête ? On peut y aller ? Très bien, mais je te préviens Suzette, si tu me refais le coup d'hier, je serais contrainte de te remplacer. Non...non...non inutile de protester, tu n'auras pas avec ton sentimentaliste éhonté. Les scribes ne manquent pas dans la région, je te trouverais une remplaçante sans difficulté. Maintenant allons-y ? Où en étais-je, déjà ? Ha oui !

Donc, le gradé me traîna sur le pont jusqu'à mon frère et au capitaine du navire qui partageaient un petit-déjeuner à l'avant de "L'Espadon". Mais non Suzette, c'est pas le même type de capitaine. Là, c'est le capitaine de "L'Espadon". Mais non, l'autre peut être capitaine lui aussi. Mais non, c'est pas pareil. Il y en a un qui est capitaine d'un navire et l'autre capitaine dans le sens militaire du terme, ça n'a rien à voir. Oh et puis diaule ! Revenons à mon histoire, veux-tu !

Quand Syl me vit, il recracha son thé par les narines. Sur le coup, je pensais que c'était bien fait pour lui. Sérieusement comment on peut boire un breuvage aussi immonde que le thé ? ça me dépasse. Le gradé me jeta à leur pied:
"Capitaine, Messire Nel, j'ai trouvé cette passagère clandestine dans les couchages de mes hommes.
- Avec les hommes ?, s'étonna le Capitaine.
- C'est comme, je vous dit mon Capitaine ! M'est avis que c'est une quelconque catin ramenée par les hommes hier soir. J'suis d'avis qu'on la foutte à la flotte et j'vais donner quinze à tout nos hommes afin de leur apprendre la discipline. Avec votre permission, Messire Sylvain.
- Hé ho, mollo ! Syl !! Tu vas pas les laisser me noyer sans rien dire."
Syl n'avait pas encore récupéré de sa stupeur.
"- Lizzie ??? Qu'est ce que tu fais à bord, nom d'Adonysia ? Et c'est quoi cette tenue indécente ?
- Je me suis donnée la permission d'embarquer, comme tu vois.
- Tu es folle, tu ne te rends pas compte que...., Nyquist, si vous proposez encore une fois de noyer ma soeur, c'est vous que je balance à la mer.
- Je...Désolé, Messire Nel. Damoiselle Nel, je ne vous avais pas reconnue dans cette tenue. Comprenez bien qu'si j'avais su...Si vous aviez été habillée correctement...Croyez bien que...
- Non mais...Nom de Nystra ! Qu'est ce que vous avez tous avec mes vêtements ?
- Bon..Bon foutez le camp, Nyquist ! Allez faire votre travail !
- A vos ordres !"
Puis Syl se tourna vers le capitaine:
"Monsieur Clamiral, il faut faire demi-tour. Nous devons ramener ma sœur à la maison !
- Monsieur Nel, avant toutes manœuvres, je dois vous avertir que le vent est avec nous. Faire demi-tour, nous obligerais à ramer et il nous faudrait des jours à rejoindre le port. De plus, je vous rappelle que vous nous avez fait lever l'ancre avant l'aube. C'est vous même qui vouliez de la discrétion. Faire demi-tour et repartir attirera l'attention sur "L'Espadon'. Je vous propose plutôt de la déposer à la prochaine escale.
- Pas question. Je me suis donnée tant de mal pour venir, je reste ! Diaule à la fin !
- Enfin, Lizzie. Nous sommes sur un navire à destination d'une contrée inconnue, ce n'est pas la place d'une femme. Et nos parents vont s'inquiéter. Tu n'as pas laissé de mot, j'imagine.
- Ada sait où je suis. Elle leur expliquera tout.
- Il faut néanmoins que je prévienne nos parents par sécurité. Et qu'on decide ce qu'on fait de toi. Où est notre prochaine escale, Monsieur Clamiral ?
- Au sud du Rempart. Bas Richepont. Comme nous avions convenu."
Là, je me dois de préciser que j'ai adapté les propos du capitaine Clamiral. Oui, c'est ça Suzette, le pont n'existait pas à l'époque. Voilà, la ville ne pouvait pas s'appeler Richepont, je simplifie pour le lecteur. Mais ce qui est vraiment important d'assimiler, c'est que, puisque le pont n'existait pas, pour remonter au nord, il fallait soit passer par la mer, soit longer le Rempart à travers une sinistre forêt remplie de créatures terrifiantes, on disait même qu'il y avait des Marche-Morts. Dans tous les cas, il était hors de question de me laisser y aller seule. Mon frère refusait de quitter "L'Espadon" pour m'escorter. Et ça se comprend, il voulait conserver son avance sur les autres familles Nel. D'un autre côté, il lui était impensable de confier ma sécurité à d'autres hommes que lui-même. Avec le recul, je pense qu'il avait raison, je suis certaine que ce Nyquist n'aurait pas hésiter à abuser de ma personne, si on m'avait laissée seule en sa compagnie. Quoi qu'il en soit le Capitaine Clamiral proposa de me laisser à Bas-Richepont, qui ne s'appelait pas Bas-Richepont, et de me reprendre au retour, bien évidemment je refusais. Je n'était pas venue pour poireauter plusieurs semaines à environ une journée de navigation de la maison. Après moult discussions, mon frère finit par conclure que le meilleur moyen de me surveiller et d'assurer ma sécurité était encore de me laisser les accompagner. Le Capitaine Clamiral haussa les épaules à cette annonce:
"C'est vous qui payer, après tout !"
Puis il me proposa de loger dans sa cabine personnelle, tandis que lui irais dormir dans les quartiers de l'équipage. Ce que j'acceptais avec plaisir. J'étais bien contente de plus avoir à partager mes nuits avec les soldats. Parce qu'en plus de la houle, il fallait compter leurs ronflements, leurs pets et autres incommodités. De plus sa couchette était plus spacieuse que la bannette que j'avais occupé cette nuit-là. C'est inconfortable de dormir sur un bâteau en vrai, les romans se gardent bien de le préciser.

Le soir venu, nous entrâmes dans le port de Bas-Richepont. Je m'étonnais auprès du Capitaine Clamiral d'une escale si rapidement après notre départ:
"Ordre de votre frère, Mademoiselle. Il veut brouiller les pistes.
- Brouiller les pistes ?
- En cas d'espions...Après vos histoire de familles...moi vous savez...Tant qu'on me paye !".
Il haussa les épaules et s'éloigna.

Le lendemain, les soldats, Nyquist, Syl et moi débarquèrent. Nous dirigeâmes vers le marché. Nyquist et ses soldats se mirent à acheter diverses marchandises. J'appris plus tard que ces achats n'étaient destinés qu'à embrouiller les éventuels espions des autres familles Nel sur les objectifs du voyage de Syl. Quant à Syl, il m'entraîna chez un fripier, afin de m'acheter des vêtements convenables pour une femme de mon rang. Pour être franche, je fus soulagée soulager d'enlever l'uniforme du soldat Pithivier et de retrouver le confort d'une robe. Je n'en pouvais plus de cette chemise qui me comprimait la poitrine depuis presque deux jours, ni de ce pantalon qui m’étouffait l'entrejambe. Je ne comprends pas comment les hommes font pour supporter ces vêtements qui vous collent à la peau, se coincent et frottent dans vos orifices, vous démangent les parties intimes. Surtout les pantalons, comment ils peuvent supporter de coincer leur service trois-pièces dans ce truc ? Je le dis, rien ne vaut la douceur d'une robe en coton qui laisse respirer notre intimité. Vraiment, je préfère la garde-robe féminine à la garde-robe masculine. Je veux bien faire une concession à leurs chaussures qui sont bien plus confortables et pratiques que nos chaussures à talons. Enfin elles sont tout de même bien moins jolies. Enfin bref, Syl m’acheta plusieurs robes et paire de chaussures puis nous rembarquâmes.

A la vérité, je devais vite me rendre compte que les voyages en bateau étaient beaucoup plus excitant dans mes romans que dans la réalité. Je m'ennuyais franchement. J'avais beau proposer mon aide, exprimer ma volonté d'apprendre à naviguer. Rien à faire ! L'équipage et les soldats m'évitaient, les uns à cause de leur superstition idiote sur les femmes et les navires, les autres car Nyquist leur avait interdit ne serait que d'échanger un mot avec moi. Il n'y avait que Syl, le Capitaine Clamiral et le Chef-Coq Cochonou qui acceptaient de me parler. Et encore seulement à l'heure des repas, le reste du temps ils étaient trop occupé aux tâches qu'ils me refusaient. Bon pour être franche, je suis de mauvaise foi, de temps en temps, après mon trentième tour du pont à soupirer et râler sur le manque d'attraction de ce voyage, le Chef-Coq Cochonou me prenait en pitié et me proposait d'aider à éplucher les patates. Ce n'était guère passionnant, mais ça avait le mérite d'occuper quelques heures. Oui, il y a d'autres choses à faire en cuisine. Mais moi, Suzette, je n'avais jamais eu à cuisiner de ma vie, notre famille avait toujours eu du personnel pour ça. Des cuisinières, des pâtissiers, tout le bazar. Et puis le Chef-Coq Cochonou m'avait bien proposé d'autres tâches, mais quand j'ai accidentellement mis le feu à sa marmite de soupe à l'oignon, il a estimé que ce serait plus prudent pour le navire que je me cantonne à la pluche. Honnêtement, je ne peux pas lui en vouloir.

Enfin bref. Après plusieurs semaines, le courant nous ayant légèrement fait dériver d'après le Capitaine Clamiral, nous arrivâmes enfin à la fameuse île. Cette île est devenue l'Île aux Forbans de nos jours, Suzette. Mais à mon époque, elle n'était peuplé que de quelques tribus de pêcheurs et pas encore des redoutables bandits qui lui valent sa réputation. Evidemment, ce qui intéressait Syl et ma famille sur cette île, c'était les perles noires. Seul lieu d'Hédarion, où l'on en récoltaient . Probablement car seules les tribus locales maitrisait l'art de la perliculture. Le poisson nous pouvions en pêcher près de chez nous. Et l'île ne fabriquait pas encore de navire de guerre. Enfin bref, l'exploitation de ces perles devaient assurer notre fortune. Comme toujours, je raconte ça après coup. Evidemment, personne ne m'avait mise au courant à l'époque.

Enfin bref, j'était contente de débarquer, j'allais enfin avoir une occasion de m'amuser . Nous rejoignîmes un village que l'on nous avait présenté comme "La Capitale". Sur place, ce qui me frappa en premier lieu, ce fut l'absence de port. Juste des petites embarcations, canoë, kayak, barques, attachées à des poteaux et quelques pontons. Rien d'équivalent à "L'Espadon" et aux ports que nous avions fréquentés précédemment. Ensuite il n'y avait aucune maison de pierre, tout juste des cabanons et des huttes en bois. Oui, Suzette, comme chez les elfes. Et pourtant, les habitants étaient bien humains. Ils affluèrent rapidement vers nous, intrigués par notre présence. Je faillais défaillir à la vue de tant d'indécences. Ils portaient des pagnes autour de la taille mais tous que ce soit les hommes ou les femmes étaient torses nus, certains étaient même totalement nus. Je n'étais pas préparée à un tel manque de pudeur. C'était des sauvages. Des vrais sauvages. Heureusement, ils furent très amicaux. Ils se pressèrent autour de nous, nous palpant, touchant nos vêtements avec curiosité, nous pressant de questions. J'ignore encore comment c'est possible mais nous parlions la même langue. Il y avait évidemment des spécificités locales mais globalement nous nous comprenions. Peut-être d'autres humains ayant fuit les persécution du Sultan Nel, qui sait ?

Syl laissa "L'Espadon" au soin de son équipage. Puis accompagné de Nyquist, il partit parlementer avec le chef de "La Capitale". Puisque la politique n'était pas une affaire de femme, je n'avais évidemment pas été conviée à la réunion. Je me retrouvais donc seule au milieu du village. Les soldats étant partis s'amuser de leurs côtés. Surmontant mon malaise, face à tous ces corps à moitié nus, musclés par l'effort physique, hâlés par le soleil, je décidais de visiter. Je ne peux pas nier que je ressentis une certaine excitation sexuelle face à tous ces hommes huileux, surtout qu'il y en avait pas mal de mon âge, mais sur le coup j'en étais gênée et honteuse. J'étais Lisa Nel, une descendante du Sutan Nel, je ne pouvais pas tomber amoureuse d'un simple sauvage. Je dois rappeler que je n'avais que 16 ans et ne connaissait des choses de l'amour que j'en avais lu dans mes romans. Et évidemment, ces romans n'évoquent jamais le désir sexuel et tout le bazar, seulement l'amour dans le sens noble du terme. J'ignorais donc totalement que l'attirance sexuel et l'attirance amoureuse pouvaient être deux choses distinctes. Par conséquent j'étais persuadée être tombée amoureuse de ces sauvageons ce qui était indigne de mon rang. C'est pourquoi, je m'enfuis vers l'extrémité du village. Je comptais me plonger dans la mer, à l'abri des regards, afin de soulager mon excitation. Oh et puis diaule ! Disons-le franchement, j'avais envie de me masturber bien que je l'ignorais totalement puisque personne n'avais juger bon de m'expliquer ce genre de choses. Et pour être franche, c'est la première fois que ça m'arrivait. Ou tout cas, la première fois que ça me faisait un effet aussi intense. Je précipitais donc dans vers coin isolé de la mer. Et c'est là que, au bout d'un ponton, je me vis moi-même.

Qu'est ce que ça veut dire "Je me vis moi-même" ? Et bien, Suzette, nous l'apprendrons au prochain chapitre. Quoi ? Non, je suis fatiguée pour aujourd'hui ! Pose ta plume !
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Colporteur
 
Messages: 40
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: La Folle Aventure de Lisa Nel

Messagepar Roi Nel » Lun 6 Juil 2020 18:47

Avant de commencer, je dois t'annoncer que je suis très mécontente , Suzette ! Je passe sur ton zèle à noter toutes mes paroles. Ces frasques je pouvais encore les tolérer. On aurait pu corriger lors des phases de relecture, correction et mise en page. Mais là, c'en est trop ! Faire publier les deux premiers chapitres de mon aventure sans mon accord dans cette feuille de chou, Le Bravarois Libéré, alors que nous n'avons pas fini de la retranscrire, ça c'est intolérable ! Je suis donc dans la contrainte de te renvoyer, j'en suis navrée...Inutile de te plaindre...Comment ça ? Une campagne de promotion ? Via la pré-publication dans un journal ? D'où tu sors cette idée, nom de Nystra ? Monsieur Lippoutou ? Le type qui ramasse le crottin de cheval dans les rues ? Suzette ! Suzette ! Suzette ! Premièrement je suis ta patronne, c'est moi qui donne les ordres pas cet éboueur de Lippoutou. Ensuite tu as fait publier le texte brut, sans correction, sans relecture. On passe pour quoi, nous ? Non, non non ! Tu as fauté, tu es virée. C'est comme ça, diaule ! J'ai besoin de toi pour ce chapitre mais dès demain j'aurais recruter une nouvelle scribe. Enfin bref, commençons.

J'en étais donc au moment où je me vis moi-même. Là-bas ! Au bout d'un ponton en train de jouer du hautbois. Evidemment, à moins de se regarder dans un miroir, se voir soi-même est impossible. Mais pourtant ce fus ma sensation profonde, c'était comme si je me regardais dans un miroir. Intriguée, je me rapprochais. En m’entendant arriver, la sauvageonne lâcha son hautbois et se tourna dans ma direction. Pour être franche, elle n'était pas mon reflet parfait. Il y avait quelques subtiles différences. Pour commencer les vêtements. De mon côté, je portais une jolie robe rose à fanfreluches. Oui, l'une de celles que Syl m'avais acheté à Bas-Richepont qui ne s'appelait pas encore Bas-Richepont. Tandis qu'elle, tout comme les autres sauvageons, n'était vêtue que qu'un pagne qui lui laissait la poitrine et les jambes nues, offertes aux regards du premier manant venu. Ensuite nos cheveux étaient de la même couleur noir ébène mais les siens étaient détachés, mal coiffés et lui descendaient jusqu'aux reins. Tandis que les miens ne n'arrivaient qu'aux épaules et étaient coiffés comme il en convenait à une femme de mon rang. La dernière différence majeur étaient notre couleur de peau, évidemment la sienne était hâlée par le Ramamishka, rien à voir avec la pâleur laiteuse qui convient aux nobles dames. Mais pour le reste, nous étions identiques en tout point. Mais vraiment identiques. Les mêmes yeux violets en amande. Le même nez aquilin. La même taille. Une corpulence équivalente. Et surtout la même tâche de naissance sur le sein gauche. Je la voyais distinctement comme je l'ai dit elle était à demi-nue.

Je me risquais à engager la conversation:
"Bonsoir !"
Quoi ? De quelle couleur elle parle ? Comment ça, Suzette ? Ho ! Pour que le lecteur différencie nos voix. Et bien, il va devoir faire un effort le lecteur. C'est mon sosie, on a la même voix. Elle parle donc de la même couleur que moi. Rouge si tu veux. Mais le même rouge que le mien. Donc elle m'a répondu:
"Salut ! Étrangère être étrangère de l'Au-Delà-Ramamishka?
- Heu ??
- Étrangère avoir fringues zarbis. Comme étrangers dans grosse barque. Et Truite Frétillante avoir jamais vu ta tronche dans village. Toi être avec eux. Truite Frétillante être certaine. Truite Frétillante être Truite Frétillante. Étrangère avoir blase ?
- Moi être...pardon. Je suis Lisa Nel. Mais nous ne venons pas d'au-delà de Ramamishka. Simplement d'Hédarion. Le continent au nord de cette île.
- Nord ? Hédarion ?
- Heu...Peut importe. C'est compliqué à expliquer. Mademoiselle Truite Frétillante, vous êtes sûres de ne m'avoir jamais vue ? Il me semble pourtant que...
- Lisa Nel être zarbie. Étrangers arriver quand Ramamishka plonger dans Kanghar. Truite Frétillante pas pouvoir voir Lisa Nel avant."


Oui, je sais Suzette. J'ai dit au chapitre précédent qu'ils parlaient la même langue que nous et là Truite Frétillante parle petit gorzagh. Il faut croire que je n'avais pas fait attention aux conversations lors de mon débarquement. C'était surtout Syl, Nyquist et le Capitaine Clamiral qui avaient échangé avec les sauvageons. Moi, j'avais tout juste entendu quelques mots, je n'avais pas fait attention à leur conception particulière de la grammaire.

"Ecoute Truite !"
Puisqu'elle me tutoyait je la tutoierais aussi.
"Je me suis souvent vue dans un miroir. Et je suis certaine que tu es mon portrait craché. De plus tu as exactement la même tâche de naissance que moi. Comment est-ce possible ?
- Miroir ? Portrait ? Tâche de naissance ? Truite Frétillante pas comprendre Lisa Nel. Lisa Nel parler gloubiboulga."

A ce moment, j'ignore ce qui me prit, probablement les restes de l'émoi sexuel dans lequel m'avait mise les sauvages à demi-nu, mais j'embrassais Truite Frétillante. Mais une vraie galoche. Avec la langue et tout. Et j'eu l'impression de m'embrasser moi-même. Je ne sais pas comment décrire se sentiment. Mais c'était à la fois très agréable et très embarrassant. Enfin agréable jusqu'au moment où Truite Frétillante me décocha un coup de pied dans le ventre en hurlant: "KESADIREQUECECI ??!!!". Le coup m'envoya valdinguer dans la mer. Heureusement, je réussis me rattraper à l'un des poteaux du ponton et la sauvageonne me hissa hors de l'eau:
"Truite Frétillante s'excuser. Truite Frétillante pas vouloir tuer Lisa Nel. Mais Lisa Nel faire flipper Truite Frétillante. Lisa Nel être zarbi-folle ! Echange-salives pas faire avec femme dans île. Village de Truite Frétillante pas être village de Lisa Nel. Ici pas Hédarion ! Ici Village-Capitale ! Ici échange-salives femme-femme mauvais ! Homme-homme aussi ! Zenayna va être très colère ! Echanges -salives réservé avec compagnon. Truite Frétillante être réservée à Python Dressé !
- Je suis désolée, Truite ! Je ne sais pas ce qui m'a prise. Je ne recommencerais plus. On ne fait pas ça chez moi non plus. Enfin ça peut arriver mais...Enfin bref, c'est compliqué.
- Lisa Nel être humide. Fringues à Lisa Nel devoir sécher. Truite Frétillante proposer à Lisa de venir sécher dans baraque de Truite Frétillante. Truite Frétillante terminer boulot pour aujourd'hui. Zhémélésis nager dans Nystra maintenant. Crabes dormir ! Plus pouvoir pêcher ce soir !"
- Tu pêchais ?
- Truite Frétillante être pêcheuse ! Tout le monde dans village être pêcheurs !
- Tu n'as pas de canne ? Ni de filet ?
- Truite Frétillante être pêcheuse-flûte
, dit-elle en me montrant son hautbois. Python Dressé être pêcheur-filet. Pêche-filet exiger muscle-force ! Pêche-filet avoir besoin homme. Pêche-flûte exiger tendresse-douceur ! Pêche-flûte avoir besoin femme !
- Tu pêches à la flûte ?
- Da. Pas faire comme ça dans village de Lisa Nel ?
- Non. "

N'y connaissant rien à la pêche à l'époque, je ne fis pas d'autres objections. Truite Frétillante enleva son pagne, puis sauta dans l'eau. Elle plongea sous le ponton et en ressortit avec un panier d'osier dans les bras.
" Grosse récolte ! Lisa Nel venir avec Truite Frétillante ! Lisa Nel partager frichti avec famille de Truite Frétillante !"

Nous nous mirent en chemin vers la hutte de Truite Frétillante. Une fois arrivées, elle m'introduisit auprès d'un homme en train de s'occuper d'un nourrisson de quelques mois. A mon grand étonnement, je fus subjuguée par cet homme et pas seulement parce qu'il était entièrement nu, non. Je commençais à m'habituer à l'absence de pudeur des sauvageons. Certes, je ressentais encore de l'attirance sexuel mais il y avait autre chose. J'avais des papillons dans le ventre, des frissons dans le dos, des sueurs froides, bref c'était tout comme si je couvais une grippe. Je compris plus tard que j'étais tombée amoureuse de ce grand homme brun aux muscles saillants et aux cicatrices témoignant de la rudesse de son existence.
"Truite Frétillante présenter Pyhon Dressé à Lisa Nel. Python Dressé être compagnon de Truite Frétillante. Lisa Nel être étrangère de l'Hédarion.
- Je...Enchantée, Monsieur !
- Python Dressé être content de rencontrer Lisa Nel. Lisa Nel grailler avec nous ?
- Je...oui.. Si je ne dérange pas.
- Lisa Nel pas déranger. Truite Frétillante faire bonne pêche. Python Dressé va préparer crabes. Truite Frétillante s'occuper de Lombric Flagada. Frichti arriver vite !"
Il quitta de la pièce avec la panier de crabe. Truite Frétillante se pencha sur le berceau, prit le bébé dans ses bras et lui donna le sein.
"Lombric Flagada être fils à Truite Frétillante et Python Dressé
, m'expliqua t-elle
- Ton fils ? Mais tu as quel âge ?
- Age ? Lisa Nel encore parler gloubiboulga."
Faisant de mon mieux pour lui expliquer le concept d'âge, je finis par comprendre que les sauvageons mesuraient le temps en fonction du niveau de Kanghar. J'ignorais cela à l'époque mais Truite Frétillante avait un nombre de marée équivalent à 16 ans dans notre calendrier. C'est à dire que nous avions le même âge. Ce que je m'étais de toutes façon déjà imaginé puisque c'était mon sosie. Enfin bref, pendant que Python Dressé préparait les crabes et Truite Frétillante s'occupait de son fils, je mis ma robe à sécher. Ensuite je m'improvisait une tunique avec couverture et une cordelette. Et bien oui, j'avais un minimum de pudeur et de savoir-vivre, moi. Une femme de mon rang ne se montrait pas nue devant des étrangers. D'ailleurs pas forcément des étrangers, je ne me serais même pas montrée nue devant mon frère, c'est dire.

Les parents de Truite Frétillante, Raie Épanouie et Requin Édenté, nous rejoignirent pour le repas. Je ne pouvais pas le savoir à l'époque ça, Suzette. Bon je t'explique parce que c'est ton dernier jour mais c'est du divulgâchage, ça. Donc les parents de Python Dressé n'étaient pas présent car son père, Maquereau Avide, était le chef de "La Capitale". Il était donc accaparé par les négociations diplomatiques engagées par mon frère et Nyquist. Sa mère ? Elle n'a aucune importance dans mon aventure. Mais si tu y tiens, elle s'appelait Chatte Visqueuse et était décédée plusieurs années auparavant. Satisfaite ? Oh, un banal accident de pêche. Oh diaule à la fin !Et oui, il arrive qu'il y ai des accidents lorsqu'on pêche des crabes au hautbois. Bien, on revient à mon aventure maintenant ?

J'en étais donc à prendre un repas avec la famille de Truite Frétillante. Nous mangeâmes en parlant de tout et de rien. Enfin, nous tentions de nous parler malgré nos conceptions éloignées de la grammaire. Je n'appris rien de vraiment nouveau si ce n'est que leur société n'était finalement pas très différente de la mienne. Les hommes s'occupaient généralement de la pêche en haute-mer, de la construction des barques et des huttes tandis que les femmes s'occupaient de la pêche depuis le rivage, de la récolte des perles, de l'entretien de la maison et des enfants. Tout comme chez moi finalement.
Bref le repas fut paisible et après avoir partagé un vin d'algues Python Dressé se mit à chanter des chansons locales pour son fils. J'en profitais pour me rapprocher de Raie Épanouie et revenir au sujet qui m'avait tourné dans la tête toute la soirée:
"Madame Raie, vous ne trouvez que je ressemble à votre fille ? "
Elle me dévisagea surprise et enfin elle dit:
"Da. Maintenant que Lisa Nel dire. Raie Épanouie trouver ressemblance.
- C'est improbable, vous ne croyez pas ?
- Improbable. Quoi Lisa Nel vouloir dire ? Lisa Nel pouvoir avoir même famille que Truie Frétillante.
- Mais c'est impossible, ça. Ma famille n'est jamais venue ici avant nous et vous-même n'êtes jamais venu chez nous. Comment pourrions nous être ne serait-ce que cousins ?"
Elle sembla hésiter puis murmura à l'oreille de son compagnon qui s'éloigna d'un air entendu.
"Raie Epanouie avoir jamais avouer à Truite Frétillante mais Raie Epanouie pas être vraie mère de Truite Frétillante.
-Que voulez-vous dire ?
- Requin Édenté avoir trouvé Truite Frétillante bébé sur Rivage. Truite Frétillante était enveloppée dans fringue zarbis. Comme fringues que Lisa Nel faire sécher.
- Vous l'avez trouvée sur la plage ? Et ensuite vous l'avez adoptée ?
- Da. Requin Édenté être malade. Pas pouvoir faire gosses. Raie Épanouie vouloir gosses. Truite Frétillante être cadeau de Kanghar.
- Donc votre fille n'est pas née sur cette île ?
-Da. Raie Épanouie penser que Truite Frétillante venir du Dessous-Kanghar. Mais Requin Édenté pas penser pareil. Requin Édenté penser que Truite Frétillante venir de l'Au-Delà-Ramamishka..
-"
A ce moment Requin Édenté revient un tissu dans les bras. Ils m'expliquèrent que c'était le tissu dans lequel ils avaient trouvé Truite Frétillante. En le saisissant, je reconnu avec stupeur l'une des robes que Syl m'avait acheté à Bas Richepont qui ne s'appelait pas encore Bas-Richepont. Elle était d'une couleur rouge délavée par le temps mais à part ce détail elle était identique à celle que je possédais. Il n'en fallut pas plus pour me convaincre que Truite Frétillante était originaire d'Hédarion. J'était donc face à une mystérieuse orpheline me ressemblant en tout point et venant du même endroit que moi. Une seule explication s'imposait. Mais c'était si improbable. Si contraire aux valeurs que mes parents m'avaient enseignées que je ne pouvais y croire. Pourtant j'en avais la preuve sous les yeux. Il était maintenant évident que j'avais une sœur jumelle, que mes parents l'avaient jetée à la mer à la naissance et que par miracle elle avait dérivé jusqu'à cette île. Comment ? Pourquoi mes parents avaient abandonnés ma sœur ? Je n'en savais rien mais je devais prévenir Syl au plus vite.

Et voilà, c'est fini pour ce chapitre, Suzette. Tu peux poser ta plume, prendre tes affaires et ton salaire. Inutile de revenir demain. Rhoo, tu n'as qu'à aider ton ami Lippoutou à nettoyer nos rues. Elles sont immondes,les chevaux y laissent tellement de crottin. La suite ? Et bien, tu attendras sa publication comme tout le monde. QUOI ? Tu as promis l'exclusivité au Bravarois Libéré ! De MON aventure !!! Et bien débrouilles toi avec eux ! Moi je ne publie plus dans ce torchon. Inutile de pleurer. Et pose cette plume ! Tu fais des pâtés dans l'encre !
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Colporteur
 
Messages: 40
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: La Folle Aventure de Lisa Nel

Messagepar Roi Nel » Dim 19 Juil 2020 23:56

NDLR: Le Bravarois Libéré tient à s'excuser pour l'interruption de votre feuilleton. Cependant après d'âpres négociations auprès de Dame Lisa Nel, nous avons pu récupérer les droits de diffusion. Nos lecteurs seront donc heureux d'apprendre que La Folle Aventure de Lisa Nel est de retour dans nos pages. Nous remercions Dame Lisa Nel ainsi que nos lecteurs pour la fidélité et la confiance qu'ils nous accordent en dépit de la concurrence de ces escrocs du Magret Enchaîné, de La Gazette d'Hédarion et du Décennal d'Hédarion. Nous vous souhaitons une agréable lecture.

Je venais donc de découvrir que j'avais une sœur jumelle cachée. Mon premier réflexe fut évidement de prévenir Syl de ma découverte. C'était mon frère, il était de fait lui aussi concerné par cette nouvelle. Cependant sa réaction ne fut pas celle escomptée.
"Ecoute Lizzie ! J'ai du travail important, je ne suis pas en vacances, moi ! Je n'ai pas le temps pour tes histoires de bonnes femmes ! Laisse moi travailler !" me répliqua-t-il.
Son indifférence me vexa profondément. Dire que je l'avais consolé quand il faisait des cauchemars, que nous avions tourmenté les domestiques ensembles, que nous avions construits des cabanes secrètes dans les combles de la maison...Et voilà que, maintenant qu'il avait une mission officielle, il se prenait pour quelqu'un, me traitait avec mépris et estimait que je n'étais pas à ma place.

N'ayant personne à qui me confier sur cette île, je finit par en parler au Capitaine Clamiral qui m'assura qu'il 'était impossible qu'un bébé ai pu dériver vivant jusqu'à cette île.
"Vous comprenez Mademoiselle, par la mer il aurait dérivé durant des jours sans manger, sans boire, dans le froid. Non...Impossible de survivre..Surtout pour un bébé. Il serait mort au bout de quelques heures.
- Et par la cascade du Rempart ? On peut-être arriver jusqu'à cette île ?
- Peut-être mais il faudrait traverser la forêt hantée, personne ne s'y ai jamais risqué. Et puis, ça ne change rien. Il y aurait fallu des jours pour arriver jusqu'ici, il n'aurait put arriver que mort. De plus sans embarcation, il n'aurait pas pu flotter indéfiniment. Les sauvages n'ont bien parlé que d'une robe ? Pas de berceau ? Ni de panier ?
- Non. Juste une robe.
- Croyez-en un vieux loup de mer, un bébé enveloppé dans une robe ça ne flotte pas bien longtemps. Il aurait finit par couler. Un bébé ça ne sait pas nager. Et puis nager sur une telle distance est impossible pour un adulte, alors un bébé.
- Mais comment expliquer ma ressemblance alors ?
- Une coïncidence, rien de plus.
- La tâche de naissance, alors ? C'est bien une preuve que nos sommes jumelles.
- Pas nécessairement ! Juste une improbabilité de notre monde à ajouter à la liste.
- Que voulez vous dire ?
- Mademoiselle, j'ai bourlingué à travers le monde. J'y roule ma bosse depuis des années et je peux vous dire que j'en ai vu des choses incroyables. Des morts-vivants ! Des filles toutes en bois ! Des hommes à demi-poisson ! Des animaux gris avec un phallus à la place du nez ! J'en passe et des meilleures ! Alors un simple sosie, c'est d'un banal.
-Mais la robe vient bien de chez nous. Ils sont à demi-nus les sauvage d'ici. Ils n'utilisent pas de robes.
-La robe peut très bien venir de chez nous et par un hasard improbable elle se serait enveloppée dans ce bébé. Vous feriez mieux de ne pas trop compter sur cette idée de sœur cachée. Il y a certes des choses incroyables dans le monde, mais les sœurs jumelles cachées je n'ai vu ça que dans les romans. Bon, Mademoiselle, c'était un plaisir de discuter avec vous mais du travail m'attend ! "
Il me salua et s'éloigna vers la proue de "L'Espadon".

Je m'en ouvrit également au Chef-Coq Cochonou qui fut moins réticent à ma théorie.
"J'imaginons qu'deux filles, ça signifiait 2 dots pour vieux. T'vois gamine ?
- Pourtant mes parents ont conçus Syl après moi. Ils étaient donc prêt à acceuillir deux enfants, diaule !
- J'voyons qu'tu saches pas c'qu'est l'dot, gamine ! L'dot c'quand tes parents paye ton époux pour ton mariage.
- Quoi ? Vous voulez dire que mes parents vont m'acheter un mari ?
- En gros, c'l'idée. Après, il y a des subtilités. Enfin c'des histoires de la haute, tout ça. Moi, j'faisons des soupes et j'sommes bien content d'pas être mêlé à ces histoires !
- Mais enfin je suis assez grande pour choisir un époux moi-même, pas besoin de m'en acheter un! Ni une épouse à mon frère !
- C'plus compliqué qu'ça gamine ! Et puis l'dot c'que pour les filles, gamine ! C'est pour'ça qu'les parents de la haute préfèrent avoir des garçons.
- Mais...mais c'est complètement injuste !
- C'est la vie, gamine ! Fallait choisir homme quand l'Déesse t'a demandée.
- La Déesse m'a rien demandée. Je suis née fille, je n'y peut rien. Diaule à la fin !
- Façon de parler, gamine. En tout cas, j'imaginons qu'ça arrange ton frangin de pas avoir reconnaître officiellement sa deuxième frangine. Pas de deuxième frangine, pas de deuxième dot, égal plus gros héritage pour sa pomme.
- Quoi ? Il refuse de m'écouter pour une simple histoire d'argent ?
- C'ça la politique, gamine !"
Suite à conversations, j'en conclus que la seule manière d'être fixée sur Truite Frétillante était d'en parler à mes parents.


Communication commerciale
Votre feuilleton est parrainé par le jeu de plateau La Fantaisie Héroïque.
Rejouez les plus grandes batailles d'Hédarion. Prenez part à l'éternel combat des Forces du Bien contre les Légions du Chaos ! Chevauchez aux côtés des Protecteurs de Jade lors de la Grande Croisade d'Adonysia ! Ou bien rejoignez la Guilde Marchande lors de leur héroïque défense face à la Ligue des Rangs Forcés ! C'est vous qui décidez !
De 2 à 9 joueurs, réécrivez l'Histoire militaire d'Hédarion en fonction de vos jets de dés et vos choix stratégiques !
La Fantaisie Héroïque, le jeu indispensable pour passer des soirées inoubliables en famille ou entre amis !
Offre exclusive pour les lecteurs du Bravarois Libéré: Présentez ce coupon dans votre boutique de jeux préféré et obtenez 75% de réduction exclusive sur le paquet d'extension Darko. Paquet contenant une figurine inédite à l'effigie de Lord Darko ainsi qu'un lot de cartes permettant de tuer vos personnages de diverses manières toutes plus amusantes les unes que les autres. Et en échange de vos meurtres organisés, obtenez des bonus pas piqués des hannetons. Invoquer Thempkar en lui sacrifiant votre beau-fils ! Ou bien provoquez la colère de Kanghar en noyant votre grand-mère ! C'est vous qui choisissez !
Alors n'attendez plus. Rejoignez La Fantaisie Héroïque !
Communication commerciale

Les négociations avec Maquereau Avide furent plus longues que je ne me l'imaginais et Syl faisait tout pour m'éviter désormais. Il avait peur que je lui reparle de Truite Frétillante, ça se comprends. Mais du coup je n'avais aucune idée de l'état d'avancement de ces négociations. Enfin bref, les journées passèrent longues et monotones. N'ayant aucunes tâches à bord de "L'Espadon", ni auprès des soldats, je passais mes journées en compagnie de Truite Frétillante. Je m'occupais de Lombric Flagada pendant qu'elle jouait du hautbois pour les crabes. Jouer avec le bébé m'amusait et les journées n'était finalement pas si désagréables mais pour être franche j'avais hâte de rentrer à la maison. L'aventure n'était pas aussi excitante que je me l'était imaginée , j'en avais marre de manger du poisson et des crustacés et du boire du vin d'algues à tout les repas et surtout j'étais pressée d'interroger mes parents au sujet de cette mystérieuse sœur jumelle.
Cependant le destin n'en voulut pas ainsi, j'appris quelques temps plus tard que si les négociations étaient si longues c'est que mon frère avait entendu une légende locale concernant un trésor caché sur un îlot au sud de notre position. Un trésor magique. Un trésor ayant pour particularité de rendre immortel. Oui, vous l'avez deviné, les fameux diamants éternels. Syl projetait de monter une expédition afin récupérer ces fameux diamants avant de rentrer victorieux à la maison. Il espérait que ce trésor apporterait la gloire sur notre lignée et imposerait ainsi notre famille comme la seule famille Nel légitime sur le territoire de Château-Brave qui ne s’appelait pas encore Château-Brave à l'époque. Evidemment, je n'avais aucune idée de tout ça à l'époque mais en entendant parler de ce projet d'expédition, je résolue d'en faire partie. A la poursuite des Diamants Éternels, ça ça sonnait Aventure avec un grand A. Une aventure digne de mes romans préférés.

Enfin bref, le chef, Maquereau Avide, nous réunit quelques temps plus tard afin de discuter de cette expédition. Nous en parlâmes durant un repas composé de soupe de méduses, de liqueur d'algues et de gâteaux à la coco.
"J'avoue que je n'ai pas tout bien saisi. Qu'est ce que c'est que cette histoire de diamants magiques ?, demandais-je.
- Lizzie n'ennuie pas nos hôtes. Ce sont des affaires politiques, tu n'es pas concernée., me reprocha Syl
- Mais..Je.
- Lisa être curieuse. Maquereau Avide comprendre. Maquereau Avide pas être ennuyé. Sylvain Nel pas s'inquiéter. Maquereau pouvoir raconter encore une fois ! Il y avoir beaucoup de Zhémélésis, Déesse Nystra descendre sur île des Hommes Véritables.
- Les Hommes Véritables ? Qui sont-ils ? Vous ?
- Da. Nous être Hommes Véritables. Pas comme étrangers de l'Hédarion. Étrangers d'Hédarion pas être Hommes Véritables !
- Oui, oui, On a comprit...Passez...Passez, fit mon frère vexé.
- Nystra causer avec Hommes Véritables. Nystra demander à Hommes Véritables de protéger son Trésor. Trésor être ce que Étrangers appeler Diamants Magiques.
- Nystra vous a donner les diamants ? Ils sont ici alors ?
- Niet. Hommes Véritables promir protéger Trésor. Nystra aider Hommes Véritables à cacher Trésor. Trésor être caché sur Îlot Hanté !
- Hanté ?
- Da. Nystra et Hommes Véritables avoir installé protection ! Nombreux dangers ! Traquenards ! Pièges ! Épreuves ! Jungle Infranchissable! Ravin sombre ! Montagne insurmontable ! Failles de Thempkar ! Colère de Khangar ! Tempête de Perathion ! Monstres de Vabrogh'Zagh ! Îlot Hanté être hostiles ! Très dangereux !
- Pfiou...Ils ont l'air bien protéger. Qu'est ce que le Vabrogh'Zagh ?
- Vabrogh'Zagh être dieux des monstres ! Gorzaghs !
- Je ne comprends pas.
- Gorzaghs être monstres ! Gorzaghs cruels ! Gorzaghs bouffer Hommes Véritables !
- Vous utilisez des monstres mangeant les humains pour protéger les Diamants ?
- Niet ! Hommes Véritables pas pouvoir contrôler Gorzaghs ! Personne pouvoir ! Gorzaghs arriver sur Îlot Hanté après !
- Après ?
- Da. Gorzaghs arriver et bouffer Hommes Véritables qui garder Trésor ! Peu avoir bol de décamper !
-Pff... Superstition de sauvages, tout ça ! Vous dîtes vous-mêmes que vous n'allez plus sur cet îlot depuis des années. Tous ces dangers sont du passé, soupira mon frère, ces monstres sont morts depuis longtemps.
- Donc le trésor est toujours sur l’îlot ?
- Da.
- Vous n'êtes jamais allé le reprendre ? Personne n'a jamais souhaité l'immortalité chez vous ?
- Hommes Véritables avoir essayé ! Homme Véritables pas revenir ! Gorzagh empêcher! Et Nystra avoir interdit ! Trésor réservé pour Homme balèze !
- Haha, ils m'attendent ! Je le savais ! Je suis l'homme qu'ils vous faut ! Je suis l'Elu ! Avec l'aide de Nyquist, quelques-un de ses hommes et un de vos sauvage, ce sera du gâteau de récupérer ces Diamants.
- Niet ! Hommes Véritables pas aller sur Îlot Hanté !
- Python Dressé volontaire pour guider Sylvain Nel !
- Python vouloir vraiment ? Python Dressé risquer de crever sur Îlot Hanté. Python Dressé bien comprendre dangers que Maquereau Avide dire ? Python Dressé pas oublier être fils de Maquereau Avide ?
- Da. Python Dressé être volontaire. Python Dressé prouver être grand guerrier ! Pas être simple pêcheur-filet !
- Si Python Dressé vraiment vouloir Python Dressé aller ! Sylvain Nel être certain de vouloir aller sur l'Îlot Hanté ?
- Evidemment. Ces diamants rendent immortels ! Je serais idiot de passer à côté. Ils m'apporteront gloire et richesse ! Grâce à ce trésor, j'écraserais les autres Nel.
- Dans ce cas, je viens aussi, diaule ! Je suis venue pour l'aventure, je ne manquerais ça pour rien au monde.
- Truite Frétillante venir aussi. Python Dressé avoir besoin de Truite Frétillante ! Truite Frétillante pouvoir soigner, cuisiner, baiser...
- Pas question. Maquereau dit que c'est dangereux. Ce n'est ni la place de ma soeur, ni celle d'une sauvageonne ! Cette expédition est une affaire d'hommes !
- Sylvain Nel avoir raison ! Îlot Hanté trop dangereux pour femmes ! Truite Frétillante devoir s'occuper de Lombric Flagada !
- Truite Frétillante confier Lombric Flagada à Raie Epanouie !
- Niet ! Maquereau Avide devoir protéger peuple ! Un seul Homme Véritable aller crever sur ilot Hanté ! Python Dressé aller ! Maquereau Avide avoir parler ! Lombric Flagada pas devenir orphelin ! Sylvain Nel faire comme lui vouloir avec Lisa Nel !
- Ha non, Syl ! Diaule à la fin ! Tu as dit toi-même que ces dangers sont du passé. Rien ne nous empêche de venir avec vous !
- J'ai dit hors de question. Personne ne t'as demandé de venir ici, Lizzie ! Tu es sécurité au village, tu y restes ! Maman et papa me tueront si je ne te ramène pas en vie.
- Mais, puisqu'il n'y a plus de dangers....
- Suffit...J'ai dit qu'il n'y a sûrement plus de monstres. Mais ce ne sera pas une promenade de santé, non plus. Maquereau a parlé d'épreuves, de montagnes, de jungles...Les femmes ne sont pas faites pour ce genre de voyage. De plus, il ya aura du matériel et des provisions à porter. Nous n'avons pas de chevaux, ici! Non, ce serait trop dangereux et pénibles pour des femmes. Je préfère vous épargner cette épreuve.
- Truite Frétillante pouvoir faire. Truite Frétillante pas être Lisa Nel d'Hédarion ! Truite Frétillante être Femme Véritable ! Truite Frétillante être forte !
- Maquereau Avide dire niet !
- Et si toi tu meurs, là bas, Syl ? Que deviendrais-je, seule ici ?Comment rentrerais-je ?, dis-je des larmes dans les yeux.
- Tu n'est pas seule, Lizzie. Il reste des soldats, tout l'équipage de "L'Espadon" et les sauvages. Dans le pire des scénarios, Nyquist terminera la mission et vous ramènerez les Diamants à la maison. N'insiste pas, tu ne viendras pas !" !
Nous eûmes beau protester, Syl et Maquereau Avide ne cédèrent pas. Je n'eus pas non plus l'occassion de mettre en oeuvre un stratagème équivalent à mon embarquement sur "L'Espadon3 puisque Syl méfiant m'avait faite suivre par ses soldats tout le reste de la journée.
Ainsi, le lendemain matin, Syl, Python Dressé, Nyquist et deux des soldats embarquèrent dans deux pirogues et prirent la direction du sud. Je les regardais disparaître à l'horizon la mort dans l'âme.


Retrouvez la suite de votre feuilleton La Folle Aventure de Lisa Nel dans la prochaine édition du Bravarois Libéré.
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Colporteur
 
Messages: 40
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18

Re: La Folle Aventure de Lisa Nel

Messagepar Roi Nel » Dim 2 Aoû 2020 11:25

Communication commerciale
Votre feuilleton vous est proposé par Guerrier du Nord VPN !
Mais qu'est ce que donc Guerrier du Nord VPN ? Et bien, c'est tout simplement une agence de location de Guerriers du Nord ! Guerrier du Nord VPN vous propose une gamme variée de Guerriers du Nord ! Allant de la simple surveillance de votre demeure jusqu'à la crevaison des yeux des personnes mal attentionné zyeutant vos achats durant vos commissions en passant par la protection de votre nid intime, Guerrier Du Nord VPN est la solution optimale pour vous assurer votre sécurité tant en gardant votre intimité !
Envoyez une missive au siège de Guerrier du Nord VPN à la Forteresse Blanche en y précisant le code LISANEL et recevez 1 mois de location gratuite sur votre abonnement d'un an !
Communication commerciale

L'après-midi, il se mit à pleuvoir drue et la mer s'agita méchamment . Déjà que "L'Espadon" n'était pas stable par temps calme, là c'était carrément l'Outre-Monde. Heureusement, j'étais restée à terre sinon j'y aurais repeins le pont avec mon déjeuner dans en moins d'une minute. Enfin bref, la tempête obligea les soldats, l'équipage de "L'Espadon" et les pêcheurs-filets à rentrer plus tôt de leur journée. Nous retrouvâmes donc tous confinés au village attendant que la tempête se calme tout en nous à inquiétant du sort de l'expédition de Syl. Enfin pour être franche, j'ignore si les autres s'inquiétait mais moi je m'inquiétais vraiment pour Syl.
Enfin bref, pour passer le temps Maquereau Avide nous proposa de jouer au "Un". C'est un jeu local, se jouant avec des écorces gravées de diverses signes. Le but est de se débarrasser de toutes ses écorces en suivant certaines règles liés aux signes gravés. Je ne détaillerais pas les règles, vous en fichez probablement et toutes façons je compris vite que c'était le genre de jeu où chacun joue avec règles personnelles. Quoi qu'il en soit la règle la plus constante est qu'il faut crier "UN" quand il ne nous reste plus qu'une écorce sous peine que nos adversaires crie "CONTRE-UN" nous obligeant ainsi à piocher de nouvelles écorces. Pourquoi je vous raconte ça ? Ce jeu n'a pas eu d'influence significative sur mon aventure.

Enfin bref, passons directement à la soirée bien après le dîner quand le Chef-Coq Cochonou , dégoulinant de pluie, s’introduisit dans ma tente. Oui, la tempête ne s'était pas calmée et les sauvageons nous avait monté en hâte des tentes en feuille de bananier afin que nous puissions passer la nuit au calme. Enfin voilà, le Chef-Coq Cochonou s'était donc introduit dans ma tente et me secouai doucement:
"Chut..Fais pas d'bruit, gamine !
- Keskispass ? Keskevoufailà, vous ?
, répliquais-je d'une voix ensommeillée.
- Chut...Doucement...T'es en danger. T'dois fuir."
Je n'étais pas du tout réveillée et les mots du Chef-Coq Cochonou ne percutèrent immédiatement pas dans mon esprit. De plus le martèlement de la pluie sur les feuilles de bananier me berçait et je me tardais à retourner au pays des songes. Voyant que je me rendormais, il me secoua plus fermement.
"Réveille-toi, gamine ! Dangereux d'rester là !"
A force d'être secouée, j'en fus irritée et sans réfléchir je criais:
"HEEE V..." mais il me mit sa main sur la bouche m'empêchant de finir de l’engueuler.
"Chut !"
Finalement, a peu près réveillée, je commençais à m'énerver:
"Vous vous amusez à réveiller les jeunes femmes à des heures pareilles ? A votre âge, diaule !
- Oui...Calme-toi, gamine. J'savons qu'il est tard, mais t'dois fuir. Rejoindre ton frangin. Il est en danger aussi.
- Quoi ? Mais de de quoi parlez vous ?
- Bon, j'expliquons mais vite fait, hein ! Ce soir, j'avons comme qui dirait entendu causé les gars du Nyquist, gamine.
- Oui ? Ils ont le droit de parler. Est-ce que ça valait vraiment la peine de réveiller pour me dire ça ?
- Justement, gamine. Les gars du Nyquist y causaient de ton frangin. Y disaient qu'l'Nyquist en aurait bientôt fini avec l'patron. Y disaient aussi qu'y feraient mieux de se débarrasser d'la gonzesse dès maintenant. D'simuler un accident. Comme ça qu'y disaient y pourrait s'barrer sans emmerdes dès l'retour du Nyquist.
- Je..Je ne comprends pas.
- Bon...V'là ma théorie, gamine. L'Nyquist a été payé par les autres Nel pour s'débarrasser d'ton frangin pendant le voyage. Et maintenant qu'il est en expédition et qu'y a plus d'témoins, il va en profiter pour exécuter sa basse besogne. Toi, t'étais pas prévue évidemment mais maintenant qu't'es là ils vont devoir t'éliminer aussi, juste au cas où. Tu comprends, tu risquerais d'faire des histoires s'y reviennent avec l'cadavre d'ton frangin.
- Diaule ! Mais c'est horrible! Il faut prévenir le Capitaine Clamiral et Maquereau Avide immédiatement ! Qu'ils montent une équipe de secours et arrêtent les hommes de Nyquist !
- Tout doux! L'sauvages ont peur de l'îlot, t'sais bien. L'Maquereau va pas vouloir envoyer d'autres sauvages. Et du côté du Cap'taine, il doit rester auprès de "l'Espadon" et nous on doit rester auprès du Cap'taine ! Moi, j'voulons bien t'aider, gamine mais en face on a des merc'naires. C'des soldats entraînés, pas nous. On a pas l'autorité pour c'genre de cas. Désolé mais c'toi de débrouiller seule, gamine.
- Ne vous tracassez pas, Monsieur Cochonou, une autre expédition n'arrange pas la suite mon aventure. Ils risquent de refuser que je les accompagne une nouvelle fois et dans ce cas je ne serais jamais une héroïne comme dans les romans. Et même si ils acceptent, j'ai déjà trop de personnage récurrents, il n'y a pas assez de types d'encres différentes sur le marché pour les différencier tous. Ils sont déjà cinq dans l'expédition de Syl, je préfère ne pas en ajouter de nouveau. Je me contenterais de l'aide de Truite Frétillante pour arracher Syl aux griffes de Nyquist. Trouvez-moi juste un bateau, le temps j'aille chercher Truite !
- Ta frangine secrète ? Pourquoi elle en particulier ?
- Il me faut un guide dans l'îlot! Et c'est important pour la suite mon aventure.
- C'toi qu'décide, gamine."
- Dépechez-vous !
Il acquiesça et sortit de ma tente en vitesse.

De mon côté, je me précipitais dans la hutte de Truite Frétillante. Occupée à nourrir Lombric Flagada, elle ne dormait pas. Tant mieux, il n'y aurait pas à la réveiller !
"Lisa Nel ? Quoi Lisa Nel faire ici ? Nystra être très noire dehors !
- Je sais, je sais. Mais tu dois m'aider. Syl et Python Dressé sont en danger. Nysquist et ses hommes vont les tuer !"

La surprise faillit lui faire lâcher son bébé.
- Nyquist buter Python Dressé ? NIET ! Truite Frétillante refuser ! Python Dressé devoir revenir ! Python Dressé avoir lardon à éduquer ! Lombric Flagada devoir devenir grand pêcher-filet Truite Frétillante prévenir Maquereau Avide maintenant ! Maquereau Avide envoyer secours vite !
- Pas le temps, diaule ! Le temps d'organiser des secours, il sera trop tard ! Peut-être même qu'il est déjà trop tard. Toi seule peut m'aider à les retrouver ! Viens !
- Mais...Truite Frétillante devoir s'occuper de Lombric Flagada. Et être tempête dehors ! Nous devoir attendre retour de Ramamishka !
- Pas le temps, diaule ! Laisse le bébé à tes parents ! Tu me dois me guider sur l'Îlot Hanté ! Allons-y !
- Mais... Truite Frétillante être jamais allée sur Îlot Hanté. Truite Frétillante pas savoir chemin. Et puis Maquereau Avide dire Îlot Hanté très dangereux.
- A d'autres, je suis certaine que tu connais des tas d'astuces de sauvageons pour suivre des pistes et retrouver des gens. Tu ne veux pas laisser Python Dressé à la merci d'assassins, quand même ?
- Niet ! Niet ! Nous devoir faire vite ! Truite Frétillante venir ! Truite Frétillante se fringuer, laisser mesage pour darons et venir !
- Dépêche, diaule ! On n'a pas le temps !
- Lisa Nel pas être fringuer pour voyager. Truite Frétillante prêter pagne ! Fringues zarbis pas pratiques !"

Evidemment, la tempête nous ayant empêcher de remonter à bord de "l'Espadon", j'avais toujours ma robe de la journée. La même robe rouge que celle dans laquelle on avait retrouvé Truite des années plus tôt, d'ailleurs. En plus neuve évidemment. Enfin bref, je refusais le pagne préférant rester décente. Tant pis si ma robe n'était pas pratique et sale, avec Syl en danger j'avais d'autres choses en tête que de m'adapter à la mode locale.

Quelques minutes plus tard, Truite et moi embarquâmes sur une pirogue réquisitionnée je ne sais comment par le Chef-Coq Cochonou. J'avais finalement décidé d'échanger mes chaussures à talons, avec les bottes étanches du Chef-Coq Cochonou. Parce qu'en y réfléchissant, j'avais estimé que le trajet serait probablement long, humide et passant par des sentiers non aménagés. Des bottes confortables et étanches serait plus pratique pour mon aventure que de jolies chaussures. Pour être franche, il y avait une petite odeur et elles juraient avec ma robe mais bon la survie de Syl était plus importante que mon confort olfactif et visuel. Enfin bref, le Chef-Coq Cochonou nous aida à mettre la pirogue à l'eau puis nous nous engageâmes au milieu des vagues. La traversé fut difficile, il faisait noir, pagayer était physiquement beaucoup plus difficile que je ne me l'imaginais et la mer de cessait de nous secouer, enfin bref nous avions du mal à garder le cap. De plus, l'eau s’engouffrait de toute part et nous étions trempées jusqu'aux os, surtout Truite qui n'était vêtue que d'un pagne enfin, à bien y réfléchir, ça n'avait pas l'air de la déranger plus ça. Moi, en tout cas, j'étais trempée, couverture de sueur, j'avais froid et les muscles de mes bras hurlait de douleur. Pour être franche, nous faillîmes chavirer plus d'une fois et je finis par me demander si le faux accident dont j'aurais du être victime n'allait pas en devenir un vrai. Heureusement à l'aube, l'îlot fut en vue. Totalement épuisée, je laissais Truite pagayer seule jusqu'à la plage. Nous fois débarquées, nous n'en pouvions plus, nous effondrâmes à l'ombre d'un palmier et nous endormîmes aussitôt. Des heures plus tard, me sentant étrangement ballottée, je me réveillais et m'aperçue avec effroi que j'étais ligotée par les pieds et les mains à un bâton transporté par deux créatures à la peau rouge. Me tordant le cou, je constatais avec dépit que Truite Frétillante avait subie le même sort.


Retrouvez la suite du feuilleton La Folle Aventure de Lisa Nel dans la prochaine édition du Bravarois Libéré.
Avatar de l’utilisateur
Roi Nel
Colporteur
 
Messages: 40
Inscription: Mer 11 Sep 2019 19:18


Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Alule, Raevalia et 3 invités