La chute.

Les livres poussiéreux racontent beaucoup de choses.

La chute.

Messagepar Yazgart » Mar 30 Juin 2020 00:55

La guerre avait usé le moral des Templiers depuis des années. Ils avaient échoué dans la noble tâche de protéger les enfants bénis de Thempkar.

Dans cette guerre contre leurs frères de croyance, ils avaient gagné des batailles, tout comme ils en avaient perdu...

L'ordre, pour espérer combattre, n'a eu d'autre choix que de s'associer à des nordiques, des mages, des chevaliers, et des elfes... ennemis d'un jour, alliés de circonstance pour un moindre mal...

Les troupes étaient affaiblies, démoralisées, les rations maigres. La Maison, autrefois riche, croulant sous les ressources, devait maintenant se battre pour la moindre petite économie, pour fournir les portions nécessaires à leur peuple et leurs soldats.

Ayli, la guide, choisit pour le salut de son peuple d'abandonner cette guerre, de s’avouer vaincue, d'accepter qu'elle avait échoué à servir Thempkar, de protéger ses enfants, il fallait maintenant s'accrocher à une nouvelle mission pour survivre...

Essayer de survivre, voilà à quoi en était réduite la maison Yazgart...

L'ordre fut donné pour cacher les troupes et les partisans, dans la zone surnommée le Rempart d'Hédarion. Une fois le campement créé, et fortifié.

Ayli appela les membres de la Maison Yazgart.

"Mes protégés... Nous devons nous cacher. Dans les livres du Sanctuaire il y a des légendes selon lesquelles il y aurait une grotte près d'ici, un passage vers un lieu où nous pourrions nous cacher ensemble. Nous irons en petit comité essayer de trouver ce lieu."

« Bien, dirigeante » répondit Kyoukai d'un ton fatigué mais solennel.

« Nous partirons demain soir, préparez vous... L'avenir de la Maison Yazgart se jouera alors. »

Ainsi les membres partirent chacun dans leur tente vaquer à leurs occupations, boire, pleurer, prier, chacun cherchait un moyen, une issue à ce malheur...

Ayli, quant à elle, s'installa à son bureau de fortune... bien loin de son somptueux cabinet à la nécropole. Fini  les réserves d'alcool pour les visites de la capitaine... Disparues les Balades dans les champs des empalés avec Taret, son amour.
Sa plume à la main elle commença à tracer ces lettres sur un bout de parchemin vierge.


Taret Mon Amour.

Tu me manques, demain, moi et les membres de la Maison allons essayer de trouver l'entrée d'une mystérieuse grotte où le reste de la Maison et des templiers pourront se cacher. 

Mais je dois te l'avouer mon aimé, ce n'est qu'un mensonge, Thempkar m'a abandonnée, je me sens mourir... Sa bénédiction faiblit car nous avons échoué à protéger ses enfants. Je suis toujours vivante grâce à la magie de Nystra mais plus pour longtemps...

Demain je sacrifierai aux dieux toute la famille Yazgart, ils ne sont au courant de rien, mais dans la grotte il mourront pour les dieux et moi aussi.
 
Cette lettre est un au revoir mon tendre. Je t'aime, je t'ai toujours aimé, sans toi ma non-vie n'aurait aucun sens.

Nos disputes me manquent, les sensations que j'ai quand je suis avec toi, le fait d'être à tes côtés sont mes seules envies.

Les balades à la nécropole entre les messes noires et les empalements ne sont plus qu'un souvenir me rappelant à quel point je t'ai aimé. 

Même s'il est vrai que je t'ai menacé quelques fois de te retrouver au bout d'une pique, mais Tarinou tu l'avais bien cherché aussi. Puis tu le sais très bien, que je l'aurai fait. Ce pot de miel n'était pas une menace en l'air.

Les sorties sur le Forbandais volant, l'air marin, l'équipage, toi, tout ceci me manque, j'aimerais revenir à notre vie. 

Même fonder une famille, si on peut l’appeler comme cela avec toi. Mon âme brûle pour toi Taret.

Le souvenir de notre rencontre au sanctuaire, est l’instant de ma non-vie que je chéris le plus.

Tu es le non-mort parfait, mon amour parfait. Nous ne sommes qu'un à jamais mais je dois te quitter. Si Thempkar le veut, peut-être serons nous de nouveau ensemble un jour.

Je t'aime Taret.... tu me manques, je ne pense qu'à toi, au diable les dieux, les vivants, les Marches Morts, la guerre, je ne veux que toi....


Au revoir mon aimé.

Ton amour de toujours, Tarinou

Ayli ton aimée



De ce fait, le lendemain Ayli, Kyoukai, et les membres de la maison prirent la route pour la recherche. 

Les heures passèrent... les recherches en suivant les anciens textes continuaient.
« Chercher le feu millénaire, derrière le rideau des larmes de la dame, amis ils vous aideront, ennemis, ils vous chasseront. »

« Les larmes de la dame... derrière le rideau. » ronchonna Ayli "foutue énigme..."

L'investigation continua,. La nuit commençait à arriver, le manteau sombre venait recouvrir le ciel d'Hédarion. 

Le secteur où se trouvaient Les Yazgart était un petit bosquet, où une cascade tombait ce qui crée un petit lac en son centre où découlait une rivière qui partait en direction des marécages quelques kilomètres plus loin.

Le lac brillait de mille lumières avec l’éclat de la Lune. La zone donnait là une impression de tranquillité.

À la vision de cet havre de paix, Ayli ouvrit en grand ses magnifiques yeux dorés.

« Mais oui ! » dit-elle en se tapant le front avec sa main. « La cascade, derrière la cascade. » cria-t-elle à ses proches. 

Les Yazgart partirent aussitôt voir derrière la chute d'eau pour y découvrir l’entrée d'une grotte.

Ils s'y engouffrèrent, le passage était escarpé, un chemin taillé à même la roche mais non adapté pour toute personne de plus d'un mètre soixante.

La compagnie, le dos courbé, continua son avancée jusqu'à une salle ouverte se divisant en plusieurs embranchements. 

« Arrêtons nous, dame, nous devons nous reposer... » suggéra Kyoukai les mains écorchées tout comme ses habits à force de fouiller les lieux.

«  Non, nous devons trouver ce feu millénaire, pour espérer survivre. » répondit Ayli d'un ton sec.

« Bien madame, nous obéirons. » Puis Kyoukai se retourna et continua les recherches avec sa famille.

Soudain, le bruit d'une épée dégainée se fit entendre suivi du le bruit lourd d'un corps qui tombe au sol.
« Au revoir, Ranshaka puisse le seigneur Thempkar t'accueillir les bras ouverts. »

À ces mots, Adalbert, Euphrasie et Kyoukai se retournèrent horrifiés.

« Mais pourquoi Ayli ? Pourquoi ? Tu es la guide ! Que fais-tu ? » 

Puis ce fut la tête d'Euphrasie qui tomba. D'un seul geste Ayli venait de décapiter un membre de sa famille.

 « Au revoir, Euphrasie puisse le seigneur Thempkar t'accueillir les bras ouverts. » Les larmes coulaient sur le visage d'Ayli.

« Je suis la guide, et vous allez me suivre dans la mort et les bras de Thempkar. Nous avons échoué, nous devons accepter la sentence des dieux. »


Quelque heures plus tard...

Un groupes de nains lancés au pas de course dans un enchevêtrement de galeries.

« Le signal a été activé, vite ! »

Le groupe des nains traversait les galeries à toute vitesse, les couloirs parfaitement adaptés à leur dimension, pour finalement arriver dans une salle repeinte de sang, de viscères. 

Au sol, un homme étranglé avec un fouet. Non loin de là, une femme décapitée. Une autre avait été victime d'une attaque en traître, transpercée par une épée.

L'épée qui transperçait la bouche d'une autre femme, suspendue à presque un mètre du sol.
L'arme plantée retenait le corps pendant quelque instants avant qu'il ne s’effondre sous son propre poids  déchirant le visage de la femme.

Quelques nains sous cette vision d'horreur se mirent à vomir. D'autres combattaient cette envie par une volonté de fer. Cependant il était sûr que cette vision les traumatiserait pendant de longues nuits...

Une jeune femme était assise, la poitrine ouverte. Là où devait se trouver son cœur, il n'y avait qu'un trou béant, sa main gauche sur la rune du « feu », et dans l'autre main ensanglantée tenait une gemme, et une dague finement ouvragée.

« Mais que s'est-il passé ici !? » jura N'roll 

« Aucune idée mon roi, que faisons nous ? » demanda le soldat

« Envoyez des nains nettoyer cette zone, l'odeur du sang pourrait attirer des charognards des profondeurs. Brûlez les corps, dans la forge ils alimenteront le cœur de la montagne. Que la pierre les accueillent et que la dame les protège...."

« Que faisons nous de l'arme, seigneur ? » questionna le soldat

N'roll examina la dague puis la gemme. «  Une puissance, magique est dans cette dague. Elle a été bénie par Nystra, la mère des runes, tout comme cette gemme, mais elles sont abîmées et fragiles. »

N'roll fronça les sourcils « Convoquez dans la salle du trône, les anciens, le ténébrarque, le gardien des arts maudits et le gardien des secrets. »

N'roll prit une grande inspiration. « Alors, la prophétie était vraie... nous allons devoir suivre les volontés de la dame. »
Tous nos opposants doivent mourir.
Yazgart
Vagabond
 
Messages: 14
Inscription: Lun 21 Oct 2019 18:45

Retourner vers La Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron